Avr. 15 06

Couteau Benchmade 485 Valet

Il vous servira avec distinction

  • Currently 3.7/5

Note : 3.7/5 (3 notes)

Le Valet (485) est une nouveauté 2015, un de type de gentleman qui est un genre que maîtrise bien la firme au Papillon. C’est l’archétype même du à usage urbain, les dimensions sont des plus modestes et son proche du Warren Osborn Emissary première mouture, à ceci près que le Valet ne dispose d’aucun système d’aide à l’ouverture et que son manche est légèrement moins épais. En revanche, il possède deux platines en acier inoxydable et l’acier de la lame est du M390 dans la version qui peut être entretenu avec les céramiques ultrafines du système Triangle Sharpmaker.

Le est un système Axis Lock, un peu serré d’origine sur mon exemplaire, mais cette impression disparaît au bout de quelques semaines d’usage régulier, au besoin il est toujours possible de desserrer légèrement le pivot de l’axe de la lame, mais alors il sera prudent de freiner la visserie démontée avec de la Lock It frein filet, ce qui peut être ennuyeux.

Le fermé mesure 9,4 cm pour une longueur totale de 17 cm lame déployée, ce qui est parfait pour ce qui est pour moi un de bureau. La masse demeure très raisonnable avec 60 grammes. Mon exemplaire est une First Run Production portant le numéro 950 sur 1000.

Le système Axis Lock fonctionne toujours aussi bien avec un verrouillage impeccable de la lame : une fois de plus on note l’absence totale de jeu vertical ou horizontal. Des rondelles de bronze phosphoré sont présent de chaque côté de la lame au niveau de l’axe du pivot : la configuration est donc très simple, mais aussi très robuste. Les platines en acier inoxydable sont ajourées chacune par 3 découpes circulaires de diamètre constant, en plus des découpes liées au fonctionnement de l’Axis Lock.

L’épaisseur des platines est de l’ordre de 1 à 1,5 mm et confère une très grande rigidité à l’ensemble. Les platines reçoivent des côtes en G-10 gris argenté d’une épaisseur similaire à celle des platines, mais plutôt dans la fourchette basse de 1 mm d’épaisseur. Le détourage et la finition poncée de ce G-10 sont très soignés. Une petite entretoise en G-10 de même couleur est présente à l’extrémité du manche, avec un léger crantage de surface à l‘utilité purement symbolique.


Cette entretoise est traversée par deux vis torx de petit diamètre, le stop pin plutôt robuste est lui aussi fixé à l’aide d’une visserie torx, l’axe du pivot de la lame est lui aussi un système torx mais de diamètre largement supérieur. De toute évidence on a pris beaucoup de soin pour que le soit très solide malgré sa formule très compacte.

Le clip est réversible, mais uniquement en position tip up, en revanche il est d’excellent qualité et permet une excellent tenue sur le bord de la poche : il est toutefois assez agressif, donc à éviter sur le pantalon d’un costume de marque !!! Les flancs gagneraient à être mieux finis, mais il n’y a rien de dramatique (cf photographies).

Le manche possède une épaisseur de 9 mm, ce qui est sans doute le minimum, même pour un urbain et le manche possède une hauteur de 2 cm. Compte tenu de la proéminence assez forte du clip, la prise en main est légèrement inconfortable et induit une crispation de la main et des doigts : cette crispation ne serait pas tolérable sur un de travail et/ou un . En revanche, sur un d’appoint à usage urbain, l’utilisation sur une période de 3 semaines n’a pas suscitée de problème majeur.

Le possède une lame en acier M390 Super Steel d’une dureté annoncée comme comprise entre 60 et 62 RKC. Cet acier très technologique est bien à sa place sur un urbain. Je dirai même que c’est sans nul doute sa vocation prioritaire, la puissance de coupe est réellement au rendez-vous et la lame traverse et découpe les emballages en carton renforcé, j’ai aussi coupé des fils en plastique, y compris des versions possédant un cœur en kevlar : la coupe a été une simple formalité, à aucun moment il n’a été nécessaire de forcer d’une manière disproportionnée.

L’acier M390 est issu de la métallurgie des poudres. Cet acier haut de gamme possède une composition qui montre : 1,90% de carbone et une grande richesse en chrome (20.00%) et en vanadium (4,00%) ce qui permet de disposer de carbure très durs.

L’émouture est du type plat, ce qui associé au M390 est la garantie d’une capacité de coupe redoutable : on note qu’il existe une version du Valet avec des serrations, mais franchement je pense qu’elles n’apportent rien et qu’elles plutôt de nature à ruiner l’esthétique de ce petit

La lame possède une épaisseur de l’ordre de 2,5 mm, assez classique pour un de ce type, avec une hauteur de 19 mm. La géométrie retenue est de type drop point, mais avec une ligne assez tendue, franchement agréable. On note la présence d’un faux contre-tranchant qui apporte un peu de caractère à cette lame, bien que le dos soit rigoureusement plat.

La lame est longue de 76 mm avec un tranchant lisse utile de 74 mm, ce qui est excellent. Les deux thumbstuds possèdent un diamètre très réduit,  ce qui tend à compliquer un peu le déploiement de la lame sur un modèle trop serré. Toutefois, une fois la question du serrage excessif résolu, le découpage latéral et symétrique des platines et des côtes permet un accès facile aux thumbstuds.

Sous une forme très compacte et totalement dénuée d’agressivité, le Valet apporte une puissance de coupe très convaincante, le M390 rempli bien son office. J’ai utilisé mon exemplaire comme régulier sur une période de 3 semaines : les divers travaux de coupe ont été accomplis sans difficulté, même s’il ne remplace pas un de travail. Personnellement, en configuration urbaine je le vois bien en binôme avec le Nakamura 484 ou bien 484-1 dont les capacités de coupe et la prise en main permettent d’envisager une utilisation polyvalente optimale. Sur le plan de l’apparence, j’ai présenté le Valet et le Nakamura à des néophytes, qui n’ont exprimé aucune crainte, bien au contraire, ils ont été admiratifs devant l’esthétique des deux . Le bilan est donc très positif.

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur