Avr. 17 21

Couteau Benchmade 560 Freek

Un couteau remarquable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (4 notes)

Le 560 Freek est une nouveauté de 2017 qui, avec le Boost qui est une sorte de Barrage amélioré, marque le retour de la marque au Papillon sur le segment de milieu de gamme des de qualité.



A priori j’avais estimé que le Freek était une sorte de variation sur le thème du Griptilian, mais finalement après prise en main et essais divers et variés, il s’avère que je considère que ce possède sans doute un potentiel encore supérieur à celui du Griptilian.

L’ergonomie été revue et corrigée pour permettre un usage facile par des utilisateurs possédant de grandes mains et, cerise sur le gâteau, le est doté d’une lame excellent en acier Crucible CPM-S30V.

Le 560 Freek a été conçu pour fournir un très polyvalent dans un format qui n’est pas celui d’un compact. Le Freek mesure 12,3 cm fermé pour une longueur totale de 21,50 cm lame déployée. Sa masse est très raisonnable, 104 grammes, ce qui est absolument remarquable.

L’architecture mécanique reprend les ingrédients qui ont fait le succès de, avec un système de verrouillage à contact linéique Axis Lock. Le système est constitué de deux platines courtes nécessaires au fonctionnement du dispositif de verrouillage.

Ces platines possèdent une épaisseur de l’ordre de 2 mm mais sont totalement intégrées dans des évidements aménagés dans les côtes en Versaflex. Franchement le mécanisme Axis Lock de mon exemplaire est réglé à la perfection, le déploiement de la lame est onctueux et le verrouillage ne souffre aucune critique. Il n’existe aucun jeu résiduel ni vertical ni horizontal de la lame.

La grande innovation de ce modèle réside en l’utilisation de Versaflex qui est une marque déposée américaine, d’une très grande entreprise spécialisée dans le polyuréthane avec une technologie assez avancée pour fabriquer des résines permettant de combler la fracturation de plaques en béton… Donc pas de souci pour la solidité des côtes.



On note que la texture noire possède une texture caoutchouteuse très agréable et qui possède une formidable capacité antidérapante très supérieure à celle du Noryl en usage sur les Griptilian. La zone centrale grise en Grivory possède une texture plus rugueuse et raide qui rappelle justement le Noryl, substance qui date de 1964 et qui est commercialisée par General Electric Plastic.
C’est essentiellement une résine haute de gamme en polymère à haute résistance.
Les côtes en Versaflex possèdent une épaisseur de 4 mm et ont été moulées par injection au premier abord, on constate une structure allégée bien adaptée à un manche de .

La prise en main du Freek est un pur plaisir et rappelle qu’il n’y a pas que des côtes en fibres de carbone pour être efficaces.

La rigidité de ce manche est sans faille aux termes de prises en main musclées. Franchement, la qualité de la prise en main associé à une structure antidérapante en fait un qui couvre les besoins , de travail et activités outdoor : c’est très impressionnant.
Le manche possède une épaisseur de 12 mm, avec un léger crantage du dessus des platines, tandis que la hauteur atteint 25 mm en retrait du quillon inferieur et cette hauteur est au maximum de 30 mm dans la partie arrière du manche. La visserie torx utilisée est une visserie de diamètre moyen et il en va de même pour le stop pin bien dimensionné.

Le clip est le fameux clip en forme de flèche, bien connu des amateurs de la marque. Ce n’est pas forcément le meilleur clip mais il possède l’avantage d’être noir et réversible ce qui en fait un ambidextre et discret.

La lame est une géométrie Drop Point totalement dépourvue d’agressivité tout en disposant d’une belle ceinture qui optimise le travail de coupe. Le choix du CPM-S30V avec une dureté comprise entre 58-60 RKC, classique pour cet acier, qui demeure l’un des meilleurs du marché actuel.

La lame possède une courte rampe crantée qui permet un appui très solide du pouce, l’utilisateur dispose d’un contrôle directionnel parfait. La Lame possède deux thumbstud symétriques qui permettent une ouverture très facile, l’ouverture est rendue très fluide par la présence de deux rondelles en bronze phosphoreux de part et d’autre de l’axe du pivot de la lame. La lame possède une épaisseur de 3 mm, et la pointe paraît raisonnablement solide.

La lame mesure 94 mm pour un tranchant lisse utile de 90 mm. L’émouture est intégralement plate, avec un tranchant très coupant et pas trop fin comme sur certain modèle récents. La hauteur de cette lame est de 30 mm, ce qui en fait un outil absolument irréprochable. Sa finition satinée est remarquable et confirme la qualité des de la marque au papillon.

Les essais de coupes menés avec cette lame montrent qu’elle accroche bien la matière, tout en étant très efficace sur des cartons d’emballage épais et sur du bois. Franchement l’essayer, c’est l’adopter !!!

La conclusion de cette revue est que le modèle 560 est un d’une qualité exceptionnelle qui possède un rapport qualité/prix absolument excellent aux Etats-Unis comme en Europe. On peut toutefois se demander dans quelle mesure le Freek n’est pas un concurrent du Griptilian, alors que ce dernier possède un large public.

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

Bonsoir Darksun,

Encore une bien belle revue, fort intéressante.
Un commentaire, cependant. Je ne sais si tu as un point de comparaison, mais la lame du Freek ressemble beaucoup à celle qu'avait élaboré Doug Ritter pour le Griptilian...

 


NIKO | Le Samedi 22/04/2017 à 00:50 | [^] | Répondre

2 - Re:

Darksun

Bonjour NIKO,

en fait je ne possède pas de Doug Ritter toutefois j'avais noté une similitude à partir de photographie sur Internet.

En tout cas un couteau très intéressant.

 


Darksun | Le Samedi 22/04/2017 à 09:31 | [^] | Répondre