Juin 16 29

Couteau Benchmade Crooked River

Le fermant de chasse selon Benchmade

  • Currently 4.8/5

Note : 4.8/5 (4 notes)

vient d’introduire en 2016 le modèle Crooked River (15080-1) qui est un nouveau de chasse d’inspiration américaine avec une lame Bowie tout à fait caractéristique.

Je ne suis pas chasseur mais, à l’évidence, ce est beau (selon mes critères personnels et aussi un peu dans l’absolu je l’espère !!) et possède un très fort potentiel pour être un très sympathique compagnon de randonnée ou bien pour toute autre activité Outdoor.

Ce n’est pas la première fois que utilise le système de verrouillage Axis Lock, cela a notamment été le cas sur les de la série Bone Collector, qui étaient en fait une version très améliorée du Griptilian avec une lame en acier D2. Ce fermant était remarquable et je conserve toujours précieusement mon exemplaire. La principale chose que j’avais reproché à la franchise Bone Collector était un détestable logo ou figurait une tête de mort : une faute de goût assez surprenante chez une firme aussi expérimentée que la compagnie de Lester de Asis.

Le Crooked River évite toutes les fautes de goûts possibles et doit être disponible avec un manche doté de côtes en bois superbes, tandis que l’exemplaire étudié dans cette revue est pourvu de côtes en G-10.
 

 
La vocation de chasse\Outdoor ne prédispose pas le Crooked River à être un urbain, mais j’avoue que dans les zones périurbaines de mon Auvergne natale, je me laisserais tenter par une mise en poche (à condition d’avoir de grandes poches de pantalon…).

Le mesure fermé 13,5 cm pour une longueur totale lame déployée de 23,50 cm. La masse est relativement acceptable pour un aussi grand avec un poids de 153,37 grammes. Une fois pris en main ce est très agréable et on oublie son poids en raison d’un très bon équilibre et d’une excellente répartition des masses.
 

 
Techniquement, comme indiqué en introduction, le système de verrouillage est le toujours très performant mécanisme de verrouillage linéique Axis Lock. Ce système a depuis longtemps été testé pour des applications Outdoor et de chasse et a montré sa remarquable robustesse dans des environnements adverses où, a priori, je n’aurais pas parié grand-chose sur son succès. Le mécanisme fonctionne toujours par translation linéaire d’une barre poussé par deux ressorts omega apportant une très faible tension (garantie d’une bonne durée de vie, mais pas d’une absence totale de bris d’un ressort), la barre assurant le verrouillage de la lame vient prendre appui sur un important méplat usiné dans le sens de la longueur dans le talon de la lame.
 

Un système Axis Lock bien réglé ne doit laisser aucune place à un quelconque jeu vertical ou latéral. Sur l’ensemble des , depuis 10 ans, je n’ai qu’un seul exemplaire qui ait pris du jeu, mais bon, c’est un design allégé de Mel Pardue avec une absence de platine et un montage sur des côtes en G-10. Au demeurant je plaide coupable car je me suis amuser à faire flipper le mécanisme un nombre incalculable de fois, et manifestement ce n’est pas la bonne méthode…

Le Crooked River dispose de platines en acier inoxydable, qui pourrait être un 420J2 au jugé, et ses platines possèdent une épaisseur identique de l’ordre de 1,5 mm.
 

En plus des découpes inhérentes au système Axis Lock, les platines ont été ajourées pour permettre un allégement de la masse du , avec trois découpes circulaires par platine. L’usinage des platines est vraiment très propre, tout à fait dans le domaine de qualité habituelle de.
Les platines comportent une zone de crantage située sur le dessus du manche à la verticale de l’Axis Lock : c’est tout-à-fait logique puisque compte tenu de la grande dimension du manche le pouce tombe de lui-même sur cette zone et permet un excellent contrôle directionnel du lors des travaux de coupe.
 

 
De chaque côté à l’avant du manche le possède des mitres en aluminium qui reçoivent par anodisation une coloration anthracite avec ce qui ressemble assez curieusement à un début de traitement de surface stonewash. Les mitres sont parfaites et confèrent au un aspect vintage des plus réussi, qui doit être particulièrement plaisant avec les côtes en bois. Mon exemplaire reçoit des  côtes en G-10 poncé de couleur grise, qui sont d’une parfaite harmonie esthétique avec les mitres.
 


Les côtes en G-10 possèdent une épaisseur comprise entre 1,5 et 2 mm sur la partie centrale du manche de part et d’autre, elles sont légèrement bombées.
 



 
Le manche du reçoit un galbe très raisonnable qui autorise une très bonne prise en main pour une personne possédant des mains grandes ou moyennes. La découpe avant des platines et des mitres permet de disposer d’un quillon inférieur qui assure une bonne de l’index : chose très importante pour un de ce type.
 

L’arrière du manche reçoit une entretoise en G-10 orange crantée qui ajoute une petite touche de fantaisie sur le ; le crantage du G-10 ajoute un réel plus en matière de grip pour la main. Le manche possède une épaisseur moyenne de 12 mm, avec un maximum de 15 mm au niveau des protrusions latérales du G-10 ; avec une hauteur de 25 mm au niveau des mitres avec une épaisseur variable mais contenue entre 22 et 23 mm jusqu’à l’extrémité arrière du manche. 
 

 
Le clip est noir ce qui est bien pour la discrétion, même si le n’a aucune vocation à l’être, je suis déçu par sa qualité médiocre, on nous ressert la médiocre pointe pliée alors que le clip du Griptilian 2016 est un modèle du genre

Je me suis toujours demandé pourquoi les clips étaient souvent les parents pauvres de l’équipement des

La rétention en poche est toutefois tout à fait correcte. Il est réversible en position tip down seulement, mais c’est déjà bien.
 

 
La visserie torx est de diamètre moyen mais respire la solidité, le stop pin massif est fixé par deux vis torx latéral, l’axe du pivot de la lame paraît lui aussi très solidement dimensionné : on lui a ajouté deux pièces circulaires (des rondelles) qui paraissent anodisées, le caractère très brillant de la couleur orange fait que cela ne peut pas être une simple peinture. La coloration est strictement identique à celle de l’entretoise et ajoute une touche supplémentaire de fantaisie, sur un très sérieux et visuellement très impressionnant. 
 

 
La lame Bowie est aussi particulièrement impressionnante avec une épaisseur légèrement supérieure à 3,15 mm ce qui est un bon compromis entre solidité et finesse raisonnable pour des travaux de coupe complexes. La lame mesure 105 mm avec un tranchant lisse utile de 97/98 mm. Le dos de la lame est intégralement plat malgré un faux contre-tranchant qui n’est pas affuté : il est certain que beaucoup d’utilisateur pourront estimer que c’est un hommage au Buck 110, ce n’est sans doute pas complètement faux, mais d’une manière générale les lames Clip Point sont très rependues aux Etats-Unis dans le domaine des de chasse, par conséquent on peut y voir un emprunt à une tradition culturelle particulièrement forte.

 

 
Le déploiement de la lame au moyen des thumbstuds est particulièrement onctueux grâce à des rondelles en bronze phosphoré. Le retrait du verrouillage et la fermeture de la lame ne demande pas de force excessive malgré le poids de la lame. Cette lame possède une hauteur maximale de 28 mm. L’émouture est assez surprenante dans sa géométrie, puisque en dessous des surfaces latérales planes elle paraît être réalisée avec une géométrie plate, bien que j’ai un ressenti similaire à l’émouture en creux à long rayon de mon 25, mais cela pourrait être une simple impression personnelle.
 

 
L’acier utilisé est le CPM-S30V toujours aussi performant et intéressant de mon point de vue, en dépit de l’apparition du CPM-S35VN. La dureté indiquée par est comprise entre 58 et 60 RKC sur l’échelle de Rockwell, soit une valeur raisonnable pour le S30V. Le tranchant mérite des éloges il est réellement très puissant et pour ainsi dire rasoir au sortir de la boîte. A ce propos on notera que a amélioré son packaging en fournissant une boite en carton en deux parties d’excellente facture, un petit détail qui compte beaucoup pour nos amis d’outre-Atlantique.
 

 
La conclusion de cette analyse est que maintien toujours un très haut niveau de qualité, d’ajustage et de finition et que les du millésime 2016 sont particulièrement représentatifs de cette tendance.

Manifestement, sur le plan commercial a introduit l’acier CPM-20CV, tout en conservant un panel métallurgique assez étoffé pour ne prendre aucun .

Mon ressenti personnel est très bon sur ce à propos duquel je n’avais pas beaucoup d’informations et dont j’ai procédé à l’achat par pure curiosité intellectuelle. La couleur orange choisie pour les rondelles et l’entretoise pourra prêter à débat : je considère que cette couleur est utile pour retrouver rapidement le en usage outdoor, et qu’en outre sa perception par les tiers reçoit une petite bonification esthétique qui désarme l’argumentaire « du grand menaçant ».
 

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur