Jui. 14 19

Couteau Benchmade Osborne 940-1 Limited

Un EDC over the top

  • Currently 4.8/5

Note : 4.8/5 (4 notes)


Le modèle 940-1 Osborne est une nouveauté 2014 de chez : le terme de nouveauté est peut-être excessif, dans la mesure où il s’agit d’une remise à niveau d’un grand classique conçu par Warren Osborne, le modèle 940. Le modèle 940 est un au charme indéniable qui poursuit une carrière que beaucoup d’autres modèles pourraient lui envier. Contrairement, aux appels incessants au renouvellement des designs de certains amateurs de , j’estime qu’il est normal pour une marque comme de disposer à l’instar de d’un certain nombre de classiques appelés à rester au catalogue au-delà des effets de mode : le 940, ainsi que le 710 et la famille des Griptilian et l’AFO 2 ainsi que le Stryker. Le 940 est un déjà très performant dans sa configuration de base avec une lame à géométrie reverse (disponible sur le Rift et le Contego) en acier CPM-S30V, verrouillage Axis Lock et manche en aluminium. Le 940-1 reprend les caractéristiques dimensionnelles de son précurseur en mettant la barre plus haut pour les matériaux utilisés.

Le manche traditionnellement réalisé dans deux demi-coques d’aluminium de qualité aérodynamique est remplacé par un système comprenant deux moignons de platines en acier inoxydable assurant la rigidité du système Axis Lock. Cette organisation mécanique existe déjà sur les modèles dont le manche est réalisé en aluminium, elle a largement prouvé son efficacité. Il convient de dire que l’utilisation de fibres de carbone n’est en rien une source de faiblesse pour un . Avec un sélection correcte de la fibre utilisée il est même possible de remplacer dans le secteur industrielle des pièces usinées en acier maraging (mar(tensique) aging) ce qui est une sacrée référence en matière de résistance mécanique et chimique. Assurément, cela n’est pas nécessaire pour un manche de fermant, mais cela veut dire que le n’est nullement fragile (ce qui ne dispense pas l’utilisateur d’en faire un usage raisonnable de …). Les côtes en fibres de carbone sont parfaitement usinées, elle possède une surface très douce, elles sont parfaitement détourées et la finition est rigoureusement homogène sur les deux côtes.
L’encombrement du reste inchangé : fermé il mesure 11,3 cm pour 20 cm une fois la lame déployée. Sa masse est de 69 grammes.

Le mécanisme Axis Lock fonctionne toujours aussi bien, et l’on comprend que en éprouve une légitime fierté. La lame est montée avec des rondelles en bronze phosphoré de chaque côté, ce qui explique bien la fluidité de l’ouverture. Mon exemplaire personnel est arrivé un peu sec, et l’on peut éventuellement y rajouter une goutte ou deux de Blue Lube.
Le verrouillage est toujours aussi fiable, je rappelle que sur le plan mécanique il s’agit d’un verrouillage linéique avec une surface d’appui confortable de la barre de l’Axis Lock sur le talon usiné en méplat de la lame.

La structure est de type open frame, sans entretoise, bien que le manche reste très solide de toute évidence. La prise en main est excellente. Le manche possède une épaisseur de 12 mm pour une hauteur de 22 mm. La partie avant des platines et des côtes est découpée pour constituer un moignon de garde inférieure, ce qui est une très bonne idée.

La surface situé au-dessous et au-dessus du manche est crantée au niveau des platines apparentes, ce qui permet de rajouter des zones qui sécurisent les manipulations du .
 

Le clip est un clip que l’on trouve déjà sur les modèles 940 plus ancien, il est efficace et a largement montré ses capacités de rétention en poche. Il est réversible et en outre il possède une teinte noire, proche d’un bronzage armurier : cela emporte mon adhésion, car j’exècre les clips ostentatoires qui brille au soleil !!

La lame est réalisée en acier CPM-S90V qui est l’acier Crucible issu de la métallurgie des poudres qui présente la plus forte résistance à l’abrasion et à l’usure, tout en donnant un tranchant extrêmement coupant. Cet acier est à mon avis tout à fait à son aise sur un urbain, dont le tranchant pourra durer fort longtemps.

La composition chimique du S90V est assez simple : carbone 2,3% ; chrome : 14,0% ; vanadium : 9,0% ; molybdène 1,0%. La résistance à l’usure est équivalente au 9V et incroyablement supérieure au D2. La résistance à la corrosion est équivalente à celle du 440C (en raison d’une matrice suffisamment riche en chrome)

En revanche, ou plutôt en contrepartie d’une longévité extraordinaire de ce tranchant, le S90V est un acier difficile à affiler (il n’est pas stupide du tout d’avoir recours au service d’un coutelier pour l’entretien du tranchant) dont la résilience est proche du D2 selon les données publiées par Crucible. La dureté de la lame est comprise entre 59 et 61 RKC, ce qui reste raisonnable.

A l’évidence l’usage du S90V est particulièrement intéressant sur un urbain à fort pouvoir de coupe, lié à la présence de carbure de vanadium en proportion élevée, dans un format moyen ou compact, c’est une alternative de haute technologie au D2.

Sa présence sur le 940-1 est une bonne surprise qui devrait ravir les amateurs d’acier de haut de gamme. L’émouture plate de la lame permet au S90V d’exprimer toute sa puissance, et c’est un redoutable slicer capable de couper les cheveux en quatre dans le sens de la longueur…

La lame mesure 89 mm de la pointe au ricasso avec une zone coupante de 84 mm. L’épaisseur de la lame est de l’ordre de 3 mm avec une gestion efficace de la matière. Le dos est intégralement plat. L’aspect longiligne du 940-1 donne l’impression d’être en présence d’un 4 pouces, mais il n’en est rien.

En toute sincérité, cette version 940-1 est une petite merveille de Gent qui a immédiatement rejoint ma panoplie d’ urbain. Le est suffisamment grand pour être polyvalent, mais pas assez volumineux ou massif pour être considéré comme agressif.  Le seul élément critique, aux Etats-Unis comme en Europe est un prix de vente plus élevé, qui risque quand même de limiter un peu sa diffusion, même si l'on peut dire que le client n’est nullement volé…

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

Guillaume Une superbe reprise du 940. Ca fait envie...
Tictouque l'avait signalé là :

a-couteaux-tires.zevillage.org/news/couteau-benchmade-940-warren-osborne#comment_4

Les revues confirment l'exceptionnelle qualité de l'engin.

 


Guillaume | Le Samedi 19/07/2014 à 14:31 | [^] | Répondre

2 - Re: Bonjour Guillaume

Darksun

Oui je confirme bien que c'est un couteau exceptionnel, à mon avis un peu plus qu'une mise à niveau.

La finition avec côte en fibres de carbone est superbe. La lame coupe très fort.

On peut effectivement le considérer comme supérieur à son illustre prédecesseur..

 


Darksun | Le Samedi 19/07/2014 à 15:04 | [^] | Répondre

3 - Re: Bonjour Guillaume

C'est clair qu'il est assez tentant ce nouveau modèle. J'ai quand même une petite appréhension (sans doute irrationnelle) sur la résistance du manche en fibres de carbone.

 


patrick_g | Le Samedi 19/07/2014 à 15:16 | [^] | Répondre

4 - Re: Bonjour Guillaume

Darksun Bonjour Patrick,

a priori le manche en fibre de carbone ne risque rien pour tous les usages ordinaire d'un couteau fermant.

La résistance à la pression est excellente, on utiise la fibre de carbone pour la réalisation de cannes qui peuvent, avec le bénéfice d'une masse très réduite, supporter sans souci 80 à 100 kg en appui.

Ce qui est certain en revanche c'est que la fibre de carbone n'aime pas beaucoup les chocs, encore faut-il savoir de qu'elle fibre il s'agit. Car il existe des fibres dotées d'une résistance mécanique supérieure.

Pour un couteau comme le 940, dans une fonction d'EDC je suis a priori optimiste.

Je pense que Benchmade ne laisserait jamais sortir un produit n'ayant pas subi des tests de résistance réaliste. même si bien sûr cela ne signfie en aucun cas que le manche est indestructible.

 


Darksun | Le Samedi 19/07/2014 à 16:04 | [^] | Répondre

5 - Re: Bonjour Guillaume

Une très belle revue qui rend très bien hommage à un très beau couteau.

Concernant la tenue des cotes en fibre de carbone il ne faut pas oublier que le principal mode de rupture des composites est le délaminage. Hors les platines de l'axis lock sont présentent comme sur tous les modèles de la marque pour reprendrent les efforts de flexion via la visserie. Du fait de la symétrie du manche il est difficile de vraiment engendrer du délaminage dans les cotes. Alors certes, ce composite reste du 2D à 0-90° ou du -/+ 45° mais vu sa faible hauteur, je ne pense pas qu'il soit réellement possible de solliciter suffisamment le composite pour l'endommager dans le cadre d'une utilisation normale bien sûr.

 


Vévé64 | Le Dimanche 20/07/2014 à 09:21 | [^] | Répondre

6 - Re: Bonjour Guillaume

Darksun

Bonjour,

je suis bien d'accord : la propabilité de faire face à un processus de délaminage reste faible, voire impossible pour des côtes de couteau en fibres de carbone.

En revanche, sur les applications destinées à l'aéronautique on a constaté des problèmes de délaminage des matériaux composites suite à des chocs ou à des travaux de percement des structures composites.

Mais, rien qui puisse concerner nos couteaux, comme tu l'indique dans le cadre d'un usage ordinaire.

 


Darksun | Le Dimanche 20/07/2014 à 10:20 | [^] | Répondre

7 - Couteau magnifique, certes..

Anzioluz  .. mais de plus en plus on voit sur le marché des aciers inox extrêmements durs qui, comme tu le soulignes toi-même, sont difficiles à aiguiser.
Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, et dans une optique de collection, tous ces nouveaux couteaux sont tip-top.
Mais pour moi, un couteau c'est d'abord un outll qui doit être pratique, solide, et pouvoir s'aguiser avec quelques passes sur de la céramique ou un bout de coticule bleue toujours présent dans le sac à dos ; et sans se prendre le chou.
Quand je pars en rando ou en journée pêche avec mon Griptilian en 154 cm, ou mon Carcajou en XC75, voire mon Plazen en C135, je suis quand même plus à l'aise pour affiler rapidement que lorsque j'emporte mon Sebenza en S30V. Alors, tu penses, qu'est ce que ça doit être avec du S90V !!..
D'accord, on n'aiguise pas tout le temps son coutal. Mais quand on doit le faire, il ne faut pas y passer des lunes dessus..
Merci pour ta super-revue : on sent que tu l'aimes ton nouvel Osborne..

 


Anzioluz | Le Dimanche 20/07/2014 à 15:00 | [^] | Répondre

8 - Re: Couteau magnifique, certes..

Darksun

Merci pour ton sympathique post.

C'est sûr ce couteau m'a tapé dans l'oeil et actuellement il est devenu mon principal EDC urbain.

Pour l'acier tu as tout à fait raison, le CPM-S90V me paraît peu adapté à un usage outdoor ou à un couteau à vocation purement professionnelle.

Le 154 CM est un bon acier inox injustement snobé à l'heure actuelle au profit d'acier high-tech.

Sur certains sites américains les amateurs parlent du CPM-S30V comme une nuance trop ordinaire pour justifier un achat. On croit rêver.

Comme tu le souligne les aciers au carbone forgés par des couteliers réputés conservent toute leur modernité, à l'usage ils s'avèrent peu remplaçable sur le terrain.

 


Darksun | Le Dimanche 20/07/2014 à 15:36 | [^] | Répondre

9 - Je me laisserai bien tenter...

darkflo

Grand fan du 940 "de base", j'ai souvent envisagé l'achat d'une version Golg Class mais les prix sont prohibitifs... Cette version de série upgradée semble un excellent compromis. Toutefois je regrette le backspacer en titane anodisé de la version normale (je préfère en général les manches fermés), même si je conçois que la structure open frame allège encore le couteau. Je suis par ailleurs déçu de constater un centrage de lame  aussi approximatif: cela me semble déja limite sur un couteau à 180 euros (le prix du modèle de base) alors sur un couteau à presque 300... On commence à s'approcher sérieusement des tarifs des Chris Reeve et là, au moins, la finition est vraiment parfaite.
Bref, il me plait beaucoup mais je ne craquerai que pour un modèle avec lame centrée...


 


darkflo | Le Samedi 26/07/2014 à 15:50 | [^] | Répondre

10 - Re: Je me laisserai bien tenter...

Darksun

Bonjour Darkflo,

En fait c'est ma photographie qui est excentrée.

La lame de mon exemplaire est parfaitement centrée en position fermée.

Précision utile à mon avis, toutefois, il existe un certain nombre de Benchmade dont la lame est assez mal centrée, il ne m'est donc pas possible de parler pour l'ensemble de la production.

D'une manière général ce couteau est trop cher, aux Etats-Unis comme en France.

Alors oui un Chris Reeve est une bonne alternative

 


Darksun | Le Samedi 26/07/2014 à 16:33 | [^] | Répondre

11 - Re: Je me laisserai bien tenter...

darkflo Content de savoir que le décentrage de la lame est un effet d'optique... Sur mon 940 et sur mon griptilian, le centrage n'est pas parfait alors je deviens méfiant vis à vis de Benchmade (qui est une marque que j'adore par ailleurs)... J'avoue que j'ai un coté perfectioniste et qu'une lame mal centrée à tendance à me gacher le plaisir sur des couteaux à ce niveau de gamme, qu'ils soient industriels ou customs.
En tout cas merci pour la revue, de qualité comme d'habitude.

 


darkflo | Le Mercredi 30/07/2014 à 18:46 | [^] | Répondre

12 - Le dilemme!

Ronin Je ne féliciterai jamais assez Darksun pour ces revues exceptionnelles.
Je viens de vendre mon kastinger 2ème REP ce qui me permet d'envisager l'achat d'un pliant de très bonne facture. Car en effet je ne pense pas être un collectionneur, je suis à la recherche du graal.
Je suis effectivement intéressé par cette série du 940 (le vert m'a toujours rebuté aussi...), qui me semble être un EDC exceptionnel, avec des matériaux de haute qualité, pour un prix contenu.
Mais ce n'est évidemment pas le seul modèle quand je parle de graal!!!
Je lorgne également sur le sebenza 21 ou 25 large pour un usage EDC, ou bien le ZT 0450.
Même s'il m'est possible d'acheter également le sebenza, la différence de prix est-elle justifiée, le jeu en vaut-il la chandelle?
Je suis conscient que la qualité est encore supérieure mais cette hausse significative pour un EDC me fait hésiter.
Je sollicite ton avis sur ce sujet toi qui possède ces trois couteaux.
Merci d'avance.

Ronin a donné 1 couteau à Darksun

 


Ronin | Le Samedi 15/08/2015 à 18:36 | [^] | Répondre

13 - Re: Le dilemme!

Darksun

Bonjour Ronin,

c'est effectivement une question complexe à arbitrer et je vais essayer de donner des éléments de réponse.

Le Sebenza 21 en version Large ou Small est un couteau qui possède toujours la meilleure finition des couteaux industriels ou semi-industriels actuels. Son concept est éprouvé par 25 ans de bons et loyaux services.

Techniquement, c'est un des rares couteaux dont le démontage soit autorisé par le fabricant pour des opérations d'entretien, pour les autres marques le démontage annule la garantie constructeur.

Le Sebenza Large 21 et son binôme le Small 21 sont des couteaux qui possèdent toujours une forte connotation et une forte capacité à être des couteaux tactiques.

Comme EDC urbain bien que j'aime beaucoup le Small Sebenza, je pense qu'il faudrait un couteau de taille intermédiaire légèrement plus volumineux : c'est d'ailleurs une demande constante faite à Chris Reeve par les amateurs de Sebenza.

Sans conteste le Sebenza Large 21 est le couteau le plus polyvalent. Je ne me prononcerait pas sur le modèle 25 que je ne possède pas, tout en sachant que les critiques sont excellentes.

Les couteaux ZT 450 ou bien 808 sont des couteaux qui se sont hissés au niveau technologique général du Sebenza en ce qui concerne la qualité générale de réalisation. Les lames en aciers CPM-S35VN sont identiques sur le plan métallurgique à celles dont sont dotés les Sebenza.

L'introduction de système ball bearing et de liner anti-usure du verrou en titane en font des objets plus complexes sur le plan mécanique que le Sebenza 21, dans la mesure ou l'extrémité du verrou fait l'objet d'une trempe destinée à limiter le phénomène d'usure : à l'usage cette solution se révèle efficace.

Pour ce qui est de l'Osborne avec lame en CPM-S90V et manche doté de côtes en fibres de carbone, je pense que c'est réellement un excellent couteau, mais un couteau destiné in fine à être un EDC urbain.

Au-delà du prix, mon avis est donc le suivant : le Sebenza Large 21 et le modèle Small sont des couteaux d'exceptions qui sont parfaits dans un rôle d'EDC tactique/généraliste et qui pourront faire absolument tout ce que les autres couteaux mentionnés sont capables de faire. En revanche, le contraire n'est pas vrai, les ZT 450 et 808 et l'Osborne sont de pures EDC de très grande qualité qui ne seront jamais de vrai couteaux tactiques.

 


Darksun | Le Dimanche 16/08/2015 à 07:57 | [^] | Répondre

14 - Re: Le dilemme!

Ronin Merci pour la rapidité et la précision de ta réponse, on peut toujours compter sur ton avis professionnel. En ce qui concerne mon choix, je pense en effet me tourner vers le sebenza large 21 avec inserts ou le sebenza large 25, autrement j'ai peur de regretter mon choix.
Merci encore pour ta réponse et mes salutations à Guillaume pour le blog.

 


Ronin | Le Dimanche 16/08/2015 à 14:19 | [^] | Répondre

15 - Re: Le dilemme!

Tu parles d'un Chris Reeve d'une taille intermédiaire entre le Large et le Small Sebenza.
A-t-on déjà des retours sur le Inkosi qui s'annonce comme être la réponse aux clients de Sebenza à cette fameuse demande?

 


NIKO | Le Lundi 17/08/2015 à 01:27 | [^] | Répondre

16 - Re: Le dilemme!

Darksun Bonjour,

l'Inkosi démarre sa carrière sur le marché américain. C'est en fait une version réduite du modèle 25 dotée d'un tranchant de 2.75 inch, la finition est toujours au top et il me paraît très bien, même s'il n'y a encore que très peu de retours disponibles.

La chose qui retient mon attention est que comme le modèle 25, que j'espère ajouter à ma collection un de ces jours, l'Inkosi possède une interface entre le talon de la lame et le frame en titane constituée par une bille en céramique technologique comme sur l'UNNNchose qui ne n'avait pas emballé...

Toutefois, les retours sur le Sebenza 25 sont absolument unamines en ce qui concerne la finition et la nouvelle lame disposant d'une émouture à long rayon combinant le meilleur de l'émouture plate et de l'émouture en creux.

Par ailleurs, l'épaisseur de la lame a été revue à la hausse ainsi que l'ergonomie : c'est un outil tactique qui se présente fort bien.

En conséquence de quoi, sa version réduite, l'Inkosi doit certainement être un couteau fort intéressant.

 


Darksun | Le Lundi 17/08/2015 à 09:02 | [^] | Répondre

17 - Re: Le dilemme!

Ronin Bonsoir,
A ce sujet, je trouve que l'umnumzaan souffre d'une bien mauvaise réputation qui n'est peut être pas justifiée. Il semblerait que cette bille de céramique reste bien en place et assure correctement le verrouillage comme sur le 25. De plus l'umnumzaan (quelle idée quand même) est depuis équipé d'un lock bar stabilizer, et le contre tranchant n'est pas affûté. Alors que lui reproche t-on???

 


Ronin | Le Mardi 18/08/2015 à 19:59 | [^] | Répondre

20 - Re: Le dilemme!

Darksun Bonjour,

Sur l'umnumchose je renvois à la revue que j'ai consacré à ce couteau dans les colonne de ce blog. On peut simplement dire que ce couteau à été une tentative ratée alors que le modèle 25 est un succès, sous réserve en ce qui me concerne de la bille en céramique, pour moi un verrou dont le bout est trempé avait l'immense mérite de la simplicité...

http://a-couteaux-tires.zevillage.org/news/couteau-chris-reeve-umnumzaan
 

 


Darksun | Le Mercredi 19/08/2015 à 09:12 | [^] | Répondre

18 - Re: Le dilemme!

Ronin Désolé je n'avais pas vu ta question NIKO, mais je pense que Darksun y a répondu beaucoup mieux que j'aurai pu le faire.
Merci encore à Darksun.

 


Ronin | Le Mardi 18/08/2015 à 20:09 | [^] | Répondre

19 -

Plutôt que d'acheter un Sébie 25, je vais attendre l'Inkosi qui rentre mieux dans mes attentes et mes besoins.
Je vous tiendrai au courant.

 


NIKO | Le Mercredi 19/08/2015 à 08:35 | [^] | Répondre