Fév. 10 19

Couteau Benchmade Ritter MSK1 et manche Cuscadi

Quand un beau manche rencontre une belle lame....

  • Currently 4.6/5

Note : 4.6/5 (8 notes)


 

Et si on commençait cette revue par une question profonde : pourquoi une gamme de a-t’elle autant de succès alors que beaucoup s'accordent à dire que la qualité de son manche est peu en adéquation avec celle de son mécanisme de blocage et de son ergonomie générale ? Bien sur, j'en rajoute un peu, je n'irai pas jusqu'à déplorer totalement le choix de Bench,  mais tout de même.

Direction... les fabricants de plaquettes de l'autre côté du Rhin.... Au moment de mes recherches, seul Cuscadi et son sympathique Lucas Poloczek était en mesure de me fournir.


 

Après un échange de mails au ton savoureux et 10 jours d'attente, les pièces arrivent par lettre suivie : plaquettes en micarta noir style carbone, intercalaire en g10 fluorescent look "reptilian", visserie plaquettes/intercalaire T8 , visserie clip T6.
 


Le montage prend à peine plus de 5 minutes, c'est ajusté précis.


L'avantage du custom, c'est le choix dans les matériaux et les finitions, j'ai opté pour du basic, un  simple fraisage des flancs. La lame est en S30v (58-60 HRC) stonewashed, émouture plate.


Malheureusement, clipé en poche, le se porte taille haute... heureusement qu'un passage pour lanyard existe.



L'ensemble est à son avantage, la ligne est affinée et les écailles de l'intercalaire fluo lui donne un look vraiment sympa.
 

Le changement le plus radical à mes yeux est la préhension. L’intercalaire bloque littéralement le manche dans la paume. J'envisage quand même de poncer légèrement les arêtes de celui-ci, l'ayant trouvé un peu trop agressif à mon goût. A l'inverse, ceux qui porteront des gants durant des travaux plus lourds, apprécieront à n'en pas douter, l'efficacité redoutable de ce grip.

L’impression du manque de rigidité lame/manche, ressentie lors de la première prise en main du Ritter d'origine, a subitement disparue. Comme toujours, je me méfie des impressions dictée par la "mauvaise foi" justifiant un achat, mais là j'ai eu envie d'y croire et je n'ai pas changé d'avis depuis.

 

Pour conclure, même si la facture s'avère un peu élevée (quoique... pour de la personnalisation...), la lame du Ritter associée aux plaquettes Cuscadi, forment un ensemble cohérent, tant la préhension et l'esthétique s'en trouvent améliorées.

Le pour : Pertinence du produit, look avec la touche fluo, prise en main, usinage précis, facilité d'assemblage, qualité et sérieux de la relation client, prix raisonnable.

Le contre : Le port au clip est un peu trop haut et en abusant on pourra toujours trouver que la finition est perfectible. On est en effet, un petit peu en dessous des plaquettes Wilkins, mais le prix de ces dernières n'est pas le même.

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

Chevaine C'est une découverte pour moi , je ne savais pas qu'il était possible de "customiser professionnellement" son couteau. Je trouve le résultat excellent au niveau esthétique et si en plus la prise en main est meilleure, c'est super.

 


Chevaine | Le Samedi 20/02/2010 à 19:56 | [^] | Répondre

5 -

xavier

Simpa cette revue et cette custo  j'aime bien. Belle photos aussi.

 

 


xavier | Le Lundi 22/02/2010 à 15:59 | [^] | Répondre

6 - Re:

Danlam Merci Xavier,
Il manque quand même la photo dans le noir pour montrer la fluorescence de l'intercalaire. Je vais m'y atteler, en espérant que ma femme ne me prenne pas pour un dingue....

 


Danlam | Le Lundi 22/02/2010 à 17:39 | [^] | Répondre

7 -

Tuan Plutôt que dans le noir complet je te suggère la pénombre...



gm67

 


Tuan | Le Mardi 23/02/2010 à 19:22 | [^] | Répondre

8 - Re:

Danlam  oui, c'est plus sage en effet, au vu de cette bonne photo 

 


Danlam | Le Mercredi 24/02/2010 à 00:36 | [^] | Répondre