Sep. 15 14

Couteau Böker Plus Bull Pup

Le charme discret d'un fermant "Old School"

  • Currently 4/5

Note : 4/5 (2 notes)

Le Bull Pup est comme son nom l’indique un de forme compact à vocation utilitaire. Disons qu’il présente l’avantage considérable d’emprunter aux fermants traditionnels américains « old school » un charme qui opère toujours, en ce qui me concerne, tout en bénéficiant d’une remise à niveau technologique réalisée par le grand Charles Marlowe. Charles Marlowe est surtout connu pour être un immense spécialiste américain des de type , et on lui doit une collaboration de qualité avec pour un à montage Ball Bearing, le Magus, qui n’est malheureusement plus fabriqué. Personnellement je déplore qu’il n’y ait pas eu d’autres collaborations avec… Toujours est-il que l’homme à la tortue est aussi connu aux Etats-Unis pour être un coutelier fabriquant de grands fermants utilitaires qui sont parfois classés dans la catégorie des tactiques, bien que la production de Marlowe soit dénuée de toute connotation stéréotypée : il s’agit plutôt de très solides de travail qui possèdent ipso facto une capacité . Charles Marlowe en est à sa seconde collaboration au sein de la gamme Böker Plus, la première fut le Squail, un très réussi à mon avis, mais possédant une lame en acier 440C. Je possède un exemplaire de ce et je procéderais surement à une étude car il a été injustement ignoré par le public. La seconde collaboration est celle qui nous intéresse ici à savoir le Bull Pup.


Le Bull Pup mesure 12 cm fermé pour une longueur totale de 18,7 cm pour une masse de 145 grammes. Il mérite bien son appellation dans la mesure où il est très compact et tout à fait raisonnable pour une utilisation comme .

Son architecture mécanique est très classique, mais elle possède l’intérêt d’en faire un outil d’une extrême solidité. Le Pull Pup est un liner lock qui comprend deux platines très solides en acier inoxydable. Ces platines ne sont pas ajourées ce qui explique l’embonpoint  du .

Les deux platines possèdent une épaisseur identique comprise entre 1,5 et 2 mm. Le système Liner Lock est parfaitement ajusté, c’est-à-dire que le verrouillage de la lame est immédiat et qu’il n’existe aucun jeu fonctionnel ni vertical ni latéral. Le verrouillage s’effectue avec un claquement sonore particulièrement fort. L’enclenchement du Liner est constant sur le que j’ai acheté.

Le comprend deux mitres en , et des côtes en micarta canevas  de couleur beige/marron clair très distinguées et appropriées à un tel .


L’épaisseur des côtes est comprise entre 2,5 et 3 mm. La texture a été conservée légèrement rugueuse (mais sans excès) pour conférer un bon grip : le contact est agréable et la prise en main tout à fait correcte malgré le fait que l’on puisse considérer le manche comme un peu court : mais cela est inhérent au concept Bull Pup.

Le manche possède une épaisseur de 13 à 14 mm ce qui est très confortable pour une hauteur de 2 cm. Ce manche est relativement rectiligne, toutefois son ergonomie autorise une prise en main très robuste qui inspire confiance. On note que les mitres et les platines en acier ont été crantées sur une longueur de 13 mm vers l’avant et viennent ainsi compléter la courte rampe crantée figurant sur le dos de la lame.
Il existe une entretoise qui paraît être en zytel noir et qui contribue à donner au manche une parfaite rigidité structurelle.



Le clip est en acier à deux positions, tip-up ou tip-down, et je conseille vivement de l’assouplir par quelques essais sur de vieux Jeans car il est très dur à la sortie de la boîte, ce qui parait d’ailleurs être le défaut majeur des clips de la gamme Böker Plus… La répétition en série d’un tel défaut est tout à fait regrettable !!!


La lame possède une géométrie clip point modérée, aspect que j’aime bien personnellement car cela confère à la lame un potentiel utilitaire identique à un drop point tout en conservant une petite tension qui empêche d’avoir une lame trop « molle ». Le talon de la lame est usiné concave à l’endroit où celui-ci vient prendre appui sur le stop pin. Stop pin au demeurant particulièrement massif qui inspire une forte confiance.
L’axe du pivot de la lame est lui-même de fort diamètre. Et la lame reçoit deux rondelles en bronze phosphoré qui permettent une ouverture moelleuse, qui est facilitée par un ergo de déploiement cylindrique tronqué, dont la partie tronquée est dotée d’un quadrillage qui permet une ouverture sans difficulté de la lame. L’ergot de déploiement est démontable puisque la législation allemande interdit les fermants à ouverture d’une seule main.

Contrairement au Squail, l’acier utilisé est cette fois à la hauteur du design de Charles Marlowe puisqu’il s’agit de VG-10. La lame possède une émouture en creux parfaitement réalisée, avec un tranchant extrêmement coupant, c’est un véritable sclicer dès réception. En outre, l’entretien du VG-10 étant notoirement facile, c’est un très bon choix dans l’optique d’un outil de coupe utilitaire.

La lame possède une épaisseur maximale de 4 mm, cette épaisseur est très bien gérée avec une décroissance raisonnable de la matière en allant vers la pointe de la lame.

La lame possède une longueur de 80 mm pour un tranchant utile de 77 mm environ, soit un très bon ratio. La lame est haute de 28 mm ce qui en fait un outil très sérieux. La finition de la lame est de type stonewashed, bien qu’elle conserve à mon avis un aspect satiné.
 
Au final, nous avons un conçu sur la base d’un design de Charles Marlowe, avec une réalisation de qualité et une lame très performante. Le est très solide et paraît en mesure d’être un polyvalent efficace pour une longueur totale très raisonnable.

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 - Puiqu'il s'agit de Böker...

Salut Darksun et merci pour cette revue.

Puisque tu cites le Squail qui m'attire beaucoup, tu as dû voir qu'une version en VG-10 vient de sortir. D'après toi, le traitement en 440 C est-il suffisamment bon (on dit souvent que Böker réussit son 440 C) ou vaut-il mieux ajouter quelques sesterces (une trentaine d'Euros) pour avoir la lame en VG-10 ? En bref, la différence de prix est-elle justifiée ?

 


Biafra | Le Vendredi 25/09/2015 à 23:37 | [^] | Répondre

2 - Re: Puiqu'il s'agit de Böker...

Darksun Bonjour Biafra,


sincèrement le 440C traité par Böker plus est d'excellente qualité, mais les lames en VG10 sont absolument remarquable et très supérieures à celle en 440 C. D'autant plus que le Squail est un couteau intéressant.

Mon avis est donc d'investir un peu plus pour un bénéfice de coupe dans la durée.

Ce couteau dispose d'une excellente ergonomie, son seul point faible et c'est vraiment pitoyable c'est un clip trop dur, sinon c'est un superbe outil qui méritait largement une lame en VG-10.

 


Darksun | Le Samedi 26/09/2015 à 07:17 | [^] | Répondre