Mars 12 25

Couteau Boker Plus Jens Anso Albatros

Un frame lock ultra-compact

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)


Le Boker Plus Albatros est une nouvelle custom collaboration de Jens Anso avec la firme de Solingen. Sauf que cette fois, il s'agit, a priori, d'une fabrication chinoise. On peut s'interroger sur le fait de faire réaliser en Chine un tel , même si l'exemple de démontre que cela est tout à fait possible. Si la rationalité économique paraît évidente (coût de production dérisoire, avec une main d'oeuvre bon marché, on considère que le salaire mensuel d'un ouvrier chinois est de l'ordre de 90 US$), encore convient-il de mettre en place un contrôle de qualité pointilleux. Manifestement, le trés attendu modèle Boker Epicenter, qui est un magnifique frame lock en , doté d'une lame en acier VG-10 a fait l'objet de défauts rédhibitoires sur le premier lot destiné aux Etats-Unis. La réaction de rejet des consommateurs américains était tout à fait justifiée, pour une fois. Boker semble avoir récupéré l'ensemble des défectueux et a procédé au lancement d'une nouvelle série disposant d'un véritable contrôle qualité.
J'étais donc un peu anxieux à la réception de mon modèle Albatros, même si j'avais demandé à la coutellerie qui me l'a vendu de vérifier l'absence de malfaçons, mais force est de reconnaître que le pire ne s'est pas produit.

 

 
L'Albatros est un réalisation baroque, ou l'on reconnaît bien le style si particulier du designer danois. Il s'agit d'un qui s'incrit dans la droite ligne du Benchamde 755 MRP et du récent Boker Pipsqueak réalisé à Solingen à partir d'un design du coutellier forgeron Neil Blackwood.

 

 
L'Albatros mesure fermé 9,7 cm, pour une longueur lame déployée de 16,2 cm. Mais avec une masse de 166 grammes, voici un Albatros qui ne risque guère de s'envoler. Il s'agit donc d'un plus compact encore que le 755 MRP que j'ai eu le plasir de chroniquer sur ce blog.

 

 
Le manche est constitué de deux plaques de (probablement un alliage de type 6Al4V, bien que cette information ne soit pas fournie) d'une épaisseur identique de 3 mm environ.
 
 

La platine qui sert de verrou est trés correctement dessinée et réalisée, elle assure un blocage immédiat de la lame massive. Il n'existe aucun jeu vertical ou latéral.

 

 
Les deux platines sont percées pour recevoir, le cas échéant, une dragonne. Les deux plaques sont parfaitement sysmétrique et possèdent une finition stonewashed du plus bel effet, à l'instar de la lame.

 

 
Le clip est réalisé en , il possède deux positions possibles : tip up et tip down, mais il n'est pas réversible dans la mesure ou il possède un rôle mécanique qui consiste à lilmiter le débattement extérieur du verrou.
 
 

Le clip est long de 5,7 cm pour une largeur de l'ordre de 8 mm, il est assez souple pour être utilisé a contrario de la barre à mine qui équipe le 755 MRP!!

 

 
La lame est réalisée dans un acier japonais, le VG-10 bien connu des lecteurs de ce site. La dureté probable est de l'ordre de 59-60 RKC. La lame est épaisse de 5 mm, pour une hauteur qui varie entre 37 et 35 mm, ce qui en fait une lame trés puissante

 

Le profil de la lame paraît correspondre à une réalisation hybride empruntant des éléments à une lame de type S Curve avec des éléments de lame . Cette lame possède un profil dégressif jusque vers la pointe, avec un faux contre-tranchant. 

 

L'émouture trés haute est réalisée en creux afin d'obtenir un tranchant qui coupe fortement. Cette lame trés puissante mesure 7 cm de long de la pointe au ricasso, avec une zone coupante de 61 mm. Le déploiement de cette lame est trés fluide, elle est dotée d'un excellent thumbstud ergonomique.

 

 
Concrètement, le niveau de réalisation de mon exemplaire (numéroté 350) est tout à fait correct. Il s'agit d'un authentique frame lock avec un manche intégralement en . La prise en main est trés bonne, malgré l'absence de zones de crantage. Le ne glisse pas dans la main. Le rapport qualité prix de ce paraît difficile à battre avec un tarif de détail, qui en France est de l'ordre de 125 euros. 

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

LaurentL Merci pour cette revue !

 Le dessin de la lame n'est pas, latéralement, sans m'évoquer un profil "Nessmuk" qui aurait été compressé.

 


LaurentL | Le Mardi 27/03/2012 à 13:27 | [^] | Répondre

2 -

Romerian Ce Böker me fait de l´oeil au plus haut point et ce design tout comme ceux de Jens Anso en général est très réussi.  

 


Romerian | Le Mercredi 28/03/2012 à 17:11 | [^] | Répondre

3 -

Blondin34 Quelle déception de cette volonté de tout faire en Chine

 


Blondin34 | Le Mardi 03/04/2012 à 07:31 | [^] | Répondre

4 -

Darksun Oui, je suis tout à fait d'accord, cela est détestable, surtout que les entreprises qui procèdent de cette manière sont trés bien informées des conditions de travail pitoyables des ouvriers chinois. Et cela est même vrai pour la fabrication de l'Iphone, dont une partie des ouvriers affectés à la fabrication sont des travailleurs forcés. Situation difficile à admettre en 2012, me semble-t-il.

Par ailleurs, il existe des entreprises européennes comme Lion Steel qui montrent qu'il est toujours possible de fabriquer des couteaux modernes de qualité en Europe, pour des prix tout à fait raisonnables, en relatif et dans l'absolu. Je parle bien sûr du HEST 2.0 mais aussi de la Moletta (SR-1 et SR-1A). (Et de sa fantastique adaption Lionspy).

La fabrication de Boker à solingen me convient trés bien, et sur un design qui me paraît intéressant (Jens Anso et Neil Blackwood, par exemple) je suis prêt à payer un peu plus pour que cette fabrication reste effectivement en Europe.

 


Darksun | Le Mardi 03/04/2012 à 12:23 | [^] | Répondre

5 - Re:

Bonsoir Darksun,
Merci pour l'excellence de vos revues.
Une question: pour une prochaine acquisition et pour des raisons de disponibilité, j'hésite entre un spyderco dragonfly VG10 G10 et un boker albatros? Quel est votre avis. Le dragonfly m'inspire plus en raison de sa provenance . Merci

 


Pico | Le Lundi 23/03/2015 à 21:29 | [^] | Répondre

6 - Re:

...et j'aime bien le design de l'albatros. D'où le dilemme!

 


Pico | Le Lundi 23/03/2015 à 21:39 | [^] | Répondre

7 - Re:

Darksun

Bonjour Pico,

concernant la qualité, l'Albatros est tout à fait convaincant, il se positionne dans une très bonne moyenne pour un prix qui reste raisonnable.

En revanche, il est lourd et la lame assez épaisse, bien que coupant fort bien n'en fait pas un slicer.

Le Dragonfly possède une masse raisonnable, et une lame de très bonne qualité : le tranchant est plus fin et est donc meilleur pour des coupes de précision.

Dans la perspective d'une utilisation EDC le Dragonfly propose en quelque sorte des capacités optimisées avec tout le sérieux d'un Spyderco.

En conclusion, pour départager les deux c'est vraiment le poids qui doit être pris en compte!!!

 


Darksun | Le Mardi 24/03/2015 à 07:41 | [^] | Répondre

8 - Re:

Merci pour toutes vos précisions

 


Pico | Le Mardi 24/03/2015 à 21:00 | [^] | Répondre