Oct. 15 26

Couteau Böker Plus Mojo

Un design original de Jens Anso

  • Currently 4/5

Note : 4/5 (2 notes)

Sous la rubrique « Böker Plus Italy » se cache en réalité de manière très officielle, d’après le site Internet de Böker, la compagnie Fox. Fox possède un partenariat industriel de très longue date avec Böker et est responsable de la fabrication de tous les Plus estampillés Italie

Fox fabrique d’ailleurs sous sa dénomination commerciale une version d’un design très original de Jens Anso une version du Mojo. Le Mojo a fait son apparition dans la gamme Böker Plus en mars 2015 et bénéficie de deux finitions, la première est dotées d’un manche en G-10 noir, un peu triste à mon avis, mais très efficace pour la prise en main.
La seconde est dotée de merveilleuses côtes en cocobolo stabilisé, un bois tropical très dure et résistant à l’humidité, produit par des arbres du genre Dalbergia, qui est originaire d’Amérique Centrale. Ce bois possède de riches nuances rouges alternées de noir. Autant dire que sur le plan de l’esthétique le résultat est absolument remarquable. Le cocobolo est considéré comme un bois cher réservé à quelques applications de luxe, poignés d’armes de poing, manche de et pions des jeux d’échecs…
 

Le Mojo mesure 12,2 cm fermé pour une longueur totale de 21 cm, c’est un très massif mais en aucune manière agressif, l’aspect général à la fois étrange pour la lame et superbe pour le manche montre que l’on est en présence d’un utilitaire. La masse du est de 190 grammes ce qui commence à compter en poche, et justement Fox a remarquablement géré cette question en traitant ce comme un fermant classique, à la mode vintage, en le dotant non pas d’un clip mais d’un étui de ceinture. Cet étui de ceinture est en cuir de qualité, qui est fourni en couleur noire pour le équipé des côtes en G-10 et en cuir marron clair pour le Mojo dont les côtes sont en cocobolo.
 

Le Mojo est un lockback classique mais pour moi, c’est la première fois que j’étudie l’ajustage de ce mécanisme par un fabricant italien aussi célèbre que Fox. L’ajustage peut être considéré comme au minimum équivalent à ceux des fabriqués au Japon, les Japonais ayant la réputation de maîtriser à la perfection ce dispositif de blocage de la lame. La finition extérieure du système montre un ajustage parfait largement au niveau de celui obtenu à Seki City. Par rapport au mécanisme de base utilisé sur les il est possible de dire que l’encoche de verrouillage de la pompe n’est pas plus profonde, en revanche, sur le Mojo elle est plus longue et plus large, c’est-à-dire largement proportionnée au .
 

La lame offre une plus grande résistance à l’ouverture que sur mes , donc pas d’ouverture accidentelle à redouter, il faut vraiment disposer de la force d’un adulte pour ouvrir la lame, le verrouillage est très puissant, avec un claquement sonore particulièrement marqué. On ne constate aucun jeu vertical même en appuyant fort sur la partie crantée destinée à recevoir le pouce. Concernant le jeu latéral, celui-ci est totalement inexistant au niveau des thumbstuds. En revanche, on note un léger jeu latéral de la lame si l’on exerce une contrainte à son extrémité : cette caractéristique paraît être un jeu fonctionnel qui correspond au fonctionnement normal du système Lockback dont le est équipé. Il est possible de réduire, et d’annuler même totalement ce phénomène de flexion micrométrique à l’aide de l’outil de réglage du pivot de l’axe de la lame. Malheureusement cet outil n’est pas livré avec le Mojo, personnellement j’en possède un pour avoir acheté le Bravado (Olamic Tactical/Fox).
 

La structure du manche est classique pour un Lockback avec deux platines en acier inoxydable qui sont évidées chacune par deux découpes plutôt petites, qui n’ont sûrement pas beaucoup d’influence sur la masse globale du …Ces deux platines possèdent une épaisseur identique comprise entre 1 et 1,5 mm. On note que l’on n’a pas utilisé d’entretoise inutile qui aurait fait dépassé les 200 grammes au !!!.
 

Les côtes en bois exotiques sont un superbe travail de marqueterie très proche de ce que l’on peut attendre d’un custom. Ces côtes en cocobolo sont usinées à la perfection avec une finition et un polissage remarquable, et même supérieur à mes attentes… Tous les angles vifs ont été abattus, le résultat est purement et simplement magnifique !!!

 

 
Les côtes en bois possèdent une épaisseur conséquente qui varie entre 4 et 5 mm d’épaisseur. L’épaisseur du manche atteint facilement les 15/16 mm et sa hauteur est de 30 mm dans la partie la plus large. C’est considérable pour un fermant. Le manche est galbé avec un grand souci d’ergonomie, ce qui permet d’avoir une prise en main très puissante, très proche en fait d’un à lame fixe. Au demeurant, ce manche permettrait largement de manipuler une lame fixe de 5 pouces sans aucun problème.
 

Vers l’avant, les platines et les côtes en bois ont été usinées de manière à former un sorte de quillon, qui sans être trop prononcé permet de disposer d’une prise en main sécurisé, la décroissance de la hauteur du manche à son extrémité optimise le confort de  la prise en main, ce est un outil qui prolonge parfaitement la main. Malgré un poids assez important, son équilibre est très bien géré, il est impossible d’indiquer sa masse à la seule sensation de prise en main.
 

La lame est un design toujours aussi intéressant de Jens Anso, sous une approche qui paraît être un drop point modifié se dissimule en fait une lame à géométrie Spear Point, avec juste ce qu’il faut d’aspect recurve pour donner une extraordinaire ceinture coupante.

La lame est réalisée dans l’excellent N690 Bolher, très performant sur les fabriqués à Solingen, et il semble que le traitement thermique choisi par Fox soit d’une qualité au moins égale. La dénomination complète de l’acier est N690Co (Bohler-Uddeholm), Il s’agit d’un acier martensitique au chrome, avec addition de cobalt, molybdène et vanadium. Il existe une variante N690 ISO Extra qui est réalisée par fusion par arc sous vide.

 A l’origine, il s’agit d’un acier de coutellerie, mais pas seulement. Il  a été conçu pour les applications de découpe (coutellerie, instruments chirurgicaux...) ainsi que les pièces soumises à forte sollicitation (roulements, valves, pistons, etc.).
 

La dureté d’utilisation recommandée pour cet acier est comprise entre 58 et 60 RKC. L’un des premiers utilisateurs de cet acier en coutellerie est la firme Extrema Ratio, on le trouve aussi sur des de la marque italienne Fox, il a d’ailleurs été utilisé avec succès dans le cadre d’une collaboration industrielle avec sur le modèle Volpe.

La lame possède une épaisseur de 3,5 mm avec une gestion décroissante qui évite d’avoir une lame trop épaisse diminuant la finesse des travaux de coupe. Cette lame ventrue mesure 90 mm avec un tranchant lisse utile de 89 mm, mais en fait l’aspect recurve de la lame permet d’espérer 1 à 2 mm de plus assez facilement.


L’émouture est du type plate intégrale avec un tranchant particulièrement fin et extrêmement coupant. La largeur de la lame est assez inhabituelle sur un fermant puisque qu’elle atteint dans la partie la plus recurve 35 mm. La lame possède une finition stonewashed discrète, mais totalement homogène.
 

Le dos de la lame est intégralement plat y compris au niveau du faux contre-tranchant ou l’épaisseur du métal est la plus faible. La lame possède un système d’ouverture ambidextre au moyen de deux thumbstuds massifs, qui possèdent une forme tronconique. Le est livré avec une clef qui permet d’ailleurs de les retirer conformément à la législation allemande. A l’aplomb des deux ergots de déploiement de la lame, celle-ci reçoit une rampe crantée de l’ordre de 2 cm qui permet d’y poser sans problème le pouce pour exercer le contrôle directionnel des travaux de coupe.
 

En ce qui me concerne, le Mojo en version cocobolo est un très attachant qui rappel à quel point l’usage du bois est susceptible de donner du cachet à un . Cela permet de disposer d’un très robuste qui se distingue largement de la production des plus ou moins tactiques, et c’est bien agréable.  La capacité de Fox à être le sous-traitant de Böker montre clairement la dimension internationale de la firme de Maniago qui s’est imposé même sur le marché américain, en créant une filiale dédiée aux attentes culturelles différentes du public nord-américain. Ce public, réputé très difficile à convaincre est totalement séduit par la production de Fox. Ainsi Böker Plus en indiquant clairement le responsable de la fabrication du bénéficie d’un complément de notoriété absolument pas négligeable.
 
 

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

Salut Darksun et merci pour cette revue qui fait découvrir un nouveau couteau avec une silhouette intéressante qui me fait penser un peu au Fox Zero et même un poil au Deimos.

Ce Mojo est sous pavillon Böker Plus Italy et fabriqué par Fox qui produit aussi sous son nom, donc Fox, un Mojo à manche micarta et un autre en olivier (je vois ça sur le site d'une coutellerie en ligne bien connue...). S'agit-il exactement du même couteau ou y-a-t-il des nuances qui m'échappent ?

 


Biafra | Le Dimanche 01/11/2015 à 22:05 | [^] | Répondre

2 - Re: Mojo fox/boker

Darksun Bonjour Biafra,

en fait je ne pense pas qu'il y ait de différence technique puisqu'il s'agit d'un design unique de Jens Anso.

Cela ma personnellement laissé dubitatif sur les motivations de Böker, sans doute un problème avec la licence Anso dont Fox est peut être détenteur pour ce modèle.

Pour le reste, les finitions des manches sont différentes pour le label Böker : on a le choix entre le cocobolo ou un G-10 noir très typé tactique, alors que pour moi le Mojo est davantage un utilitaire puissant ou un couteau de chasse...

Sans compter la rentabilité financière de cette opération qui reste pour moi assez énigmatique, sachant que Solingen dispose d'une expérience identique à Fox pour le traitement thermique du N690Co et que le travail du bois précieux n'est pas du tout un problème non plus....

 


Darksun | Le Lundi 02/11/2015 à 13:16 | [^] | Répondre

3 - Re: Mojo fox/boker

Merci de ta réponse.

Ce doit être, comme tu le dis, une histoire de licence.

Je ne vois pas sur les photos du site si le dessus de la lame du Fox est crantée comme celle du Böker.

En tous les cas il y a une différence de prix notable (+ de 25,00 €) entre les 2 signatures.

 


Biafra | Le Dimanche 08/11/2015 à 14:33 | [^] | Répondre

4 - Re: Mojo fox/boker

Darksun

Bonjour Biafra,

en fait je ne sais pas pour ce qui est du Mojo "Fox" concernant la partie crantée sur la rampe de la lame.

Mais c'est vrai que la différence de prix existe sans que je puisse l'expliquer de manière rationnelle.

Même avec un bois comme le cocobolo, l'impact sur une série industrielle devrait être marginal ou même nul.

Par ailleurs, la différence de prix existe aussi avec la version dotée d'un manche en G-10 noir.

Pour le reste il faut penser que Böker a besoin d'un tel couteau dans sa gamme : l'opération de soustraitance à Fox a déjà été effectuée antérieurement pour le Zero.

C'est aussi un design très sympathique de Jens Anso, d'abord produit par Fox. Je pense donc que cela corrobore l'hypothèse d'une question de licence.

 


Darksun | Le Dimanche 08/11/2015 à 15:30 | [^] | Répondre