Juin 12 03

Couteau Boker Plus Rexford Epicenter

Une magnitude (assez) moyenne

  • Currently 4.4/5

Note : 4.4/5 (5 notes)


J'avais évoqué l'Epicenter lors de ma revue du modèle Albatros (Boker Plus, Jens Anso), en effet ce avait fait l'objet d'une première série ratée qui s'était attirée les foudres des consommateurs américains. Boker semble avoir rectifié le tir, et ce qui parait être une nouvelle série est disponible en Europe.
 
Un Strider SNG de 4ème génération m'a servi de référence pour cette revue. Le modèle Epicenter n'est jamais ridiculisé par le SNG, qui possède un gabarit similaire, en revanche cette comparaison sommaire permet de pointer des imperfections notables qui doivent être connues préalablement à un achat. 

L'Epicenter est une custom collaboration de Boker avec le coutelier Todd Rexford (Rexford Knives) concernant la production industrielle de son modèle phare, l'Epicenter. La version custom de l'Epicenter est un frame lock massif qui possède une inspiration ou l'on décèle l'influence d'un surdimensionné.

 

 
Le dont je possède un exemplaire est réellement trés proche de l'original visible sur le site de Todd Rexford, et globalement il s'agit d'un massif mais superbe.
 
L'Epicenter mesure 12,2 cm fermé pour une longueur de 21 cm lame déployée, pour une masse de 210 grammes, ce qui commence à faire lourd et est difficile à oublier en poche!!!

 

 
Mon porte le numéro de série 0690, et toute référence à la localisation de la production a disparu, ce qui n'est pas dans les habitudes de Boker, avec une origine mentionnée au moins sur la boite.

 

 
La structure du est de type open frame avec deux plaques en massives, on peut présumer l'utilisation d'un alliage de type 6AL4V faute d'information complémentaire. Chacune des plaquettes du manche possède une épaisseur de l'ordre de 4 à 4,5 mm.

 

 
La plaque de droite reçoit un mécanisme de verrouillage de type Reeve Integral Lock correctement réalisé, mais d'une technologie trés inférieure à celle du , et du Strider SNG. 

 

Toutefois, le mécanisme est correctement usiné, son fonctionnement est parfait, il assure un verrouillage sans faille de la lame. Il n'existe aucun jeu vertical ou latéral.

 

 
Les deux plaques de sont assemblées au moyen d'une puissante visserie Torx en 4 points dont le trés massif stop pin, que vient bien sûr compléter le trés massif pivot de la lame.

 

 
La plaque de de gauche reçoit une découpe intérieure d'une profondeur de 2 à 2,5 mm sous forme d'un rectangle pour tenter de diminuer (sans succès tangible) la masse considérable de l'ensemble.

 

 
Contrairement à la série commercialisée aux Etats-Unis les deux plaques de sont rigoureusement alignées et symétriques, leur finition anodisée gris clair est sans défaut, avec une texture soyeuse typique du .

 
L'ergonomie de ce manche est parfaite, les plaques présentent un galbe sous forme de deux vagues successives dont la courbure est trés efficace pour des mains grandes/moyennes. Elles permettent de bien verrouiller la prise en main sur le manche. Les plaques se terminent vers l'avant par une découpe symétrique qui constitue un quillon inférieur venant protéger les doigts d'un tranchant redoutable.
 
La hauteur maximale du manche est de 3 cm pour une épaisseur moyenne de l'ordre de 1,4 à 1,5 cm.

 

 
Le clip réalisé dans un trop dur est un échec majeur par rapport à celui trés trés souple du SNG et du (deux clips en qui sont des références en la matière). Ce clip hideux mesure 5,7 cm de long pour une épaisseur moyenne de 1 cm
 
Sa dureté est telle, qu'il est rigoureusement impossible de l'utiliser, il faudra donc en faire réaliser un sur mesure, ou bien éventuellement le supprimer. Je redoute toutefois qu'il serve de Lock Bar Stabilizer du pauvre dans sa position d'origine.
 
De plus sa finition a été particulièrement baclée, contrairement aux autres composants du , les rebords n'ont pas été polis, ils sont rugeux, et les rainures laissent apparaître des traces d'outil qui pourraient indiquer qu'une fraise était sur le point de rendre l'âme.
 
La lame possède une géométrie drop point extrêmement agréable, typique de la production de Todd Rexford. Cette lame trés polyvalente est superbement réalisée, son polissage et sa finition ne laisse apparaître aucun défaut.

 
 
Son déploiement est relativement aisé, grâce à la présence de deux Thumbstuds démontables (selon la législation allemande, et l'outil est fourni avec le ).
 
La lame est munie de deux rondelles en bronze phosphoré qui remplissent sans faillir leur fonction.
 
La lame possède sur le dessus une zone de crantage fort bien réalisée, sur une longueur de 3 cm, cette zone permet un appui trés satisfaisant du pouce, sans aucune abrasion.

 

 
La lame n'est, en revanche, pas centrée en position fermée, mais c'est un défaut énervant qui affecte une bonne partie de la production de , et même mon SNG n'est pas sans reproche en la matière même si le dévers est plus faible...

 

 
La lame est réalisée dans l'excellent acier japonais VG-10, dont on peut estimer, après un mois d'usage constant que la dureté est de l'ordre de 59-60 RKC avec un traitement thermique de qualité. Sur le plan du comportement, cette lame est équivalente aux meilleurs lames de utilisant le VG-10, ce qui est trés honorable!
 

 
La lame mesure 93 mm de la pointe au ricasso (réduit à sa plus simple expression), avec une zone coupante utile de 90 mm, soit un ratio remarquable.
 
Cette lame est épaisse de 4 mm avec un dos plat. L'émouture est réalisée en creux, elle est haute et permet l'obtention d'un trachant réellement trés puissant. Sa hauteur est de 30 mm.

 

 
J'ai comparé le comportement de l'Epicenter à l'impact dans un carton d'archives personnelles (vieux cours), il impacte fort et reste trés stable, le Strider SNG ne fait pas beaucoup mieux, même si le CPM-S30 V lui donne un avantage certain en matière de résilience.

 

 
Pour conclure, nous sommes en présence d'un fermant à mécanisme trés solide, avec une esthétique trés particulière (selon moi...), qui le place dans la catégorie des fermants tactiques, pour un coût de 170 euros, à comparer à la valeur 4 fois superieure du SNG.

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

cardoso5fr Superbe revue comme à chaque fois. 210 g pour un pliant en titane, la vache c'est un tank le truc.

Il est pas moche en tout cas. Sinon la texture soyeuse du titane, provient surement plus d'un microbillage couplé à l'anodisation qu'au titane. (on peut l'avoir poli miroir si on veut )

Je ne sais pas si j'ai bien compris la partie sur l'évidement de 2,5 mm dans la platine gauche qui sert à diminuer le poids. Si c'est l'évidement qui est sous le clip, à la base du frame, c'est pour assouplir le lock (pas l'enlèvement de matière on permet d'avoir un truc plus souple, parce qu'une barre de 4mm de ti à bouger... Cela serait pas drôle. et si c'est sous la lame c'est pour faciliter le déblocage du frame.
Si j'ai mal compris le propos et que tu parlais d'un autre évidement, sorry

cardoso5fr a donné 2 couteaux à Darksun

 


cardoso5fr | Le Dimanche 03/06/2012 à 23:02 | [^] | Répondre

2 - Re:

Excellente revue (comme d'hab) .

C'est un couteau qui me botterait bien s'il n'était pas si lourd .

Sinon cardo,  c'est le côté opposé au frame lock qui est évidé, c'est donc bien dans le but de l'alléger un peu (mais pas suffisamment à mon goût) . 

 


christobal | Le Lundi 04/06/2012 à 14:18 | [^] | Répondre

3 - Re: plaque allégée

Darksun Je confirme bien que la partie allégée par une découpe interne est la platine de gauche, donc sans fonction mécanique pour le frame lock situé du côté droit

Mais, oui c'est un véritable tank!!! Mais diablement addictif et efficace

Par ailleurs, concernant la masse du couteau, il me semble avoir lu dans le dernier numéro de LPDC que le prochain Jens Anso chez Boker (à Solingen cette fois) serait un nouveau frame lock dénommé Minos,dont le poids est aussi donné pour 210 grammes. Du beau, mais du lourd...

 


Darksun | Le Lundi 04/06/2012 à 19:54 | [^] | Répondre

4 -

Bonsoir,

Encore une excellente revue !

Darksun, la photo de la lame vue du dessus, coté contre-tranchant, me chiffonne : le profil ne me parait pas symétrique du tout. Effet d'optique ou réalité ?

Sergio a donné 1 couteau à Darksun

 


Sergio | Le Lundi 04/06/2012 à 20:19 | [^] | Répondre

5 - Re:

Darksun Bonjour Sergio, en fait la photographie est mal centrée et fait donc apparaître le contre-tranchant (faux contre-tranchant en l'occurence comme asymétrique) mais l'examen de la lame ne fait rien apparaître d'anormal.

En revanche, on constate que les surfaces planes latérales au niveau des thumbstuds (au-dessus de l'émouture) sont asymétriques, ce qui est d'ailleurs visible sur les photographies de la lame. Toutefois, ce détail est conforme au modèle imaginé par Todd Rexford, et correspond aux données photographiques de son site (Rexford Knives).

Pour le reste, même les nouvelles vidéos postées sur Utube par des consommateurs américains indiquent que la nouvelle série est "parfaite" (c'est trés rare de la part d'amateur US vis-à-vis d'un couteau vendu par une marque allemande et probablement toujours fabriqué en Chine).

 


Darksun | Le Mardi 05/06/2012 à 12:32 | [^] | Répondre

6 - Gros couteau !

Nicolas C'est un gros couteau, qui pèse autant que mon Victorinox Siprit quand il est tout nu. Pour autre comparaison, le Large Sebenza 21 fait 21 cm de long, 90 mm de lame (pointe-ricasso), 145 g et... quelques euros de plus.
J'ai juste deux questions :
- Qu'entends-tu en disant que le frame-lock de ce Boker est d'une technologie trés inférieure à celle du Sebenza et du Strider SNG ?
- J'ai plusieurs fois lu dans des sites ou des forums des estimations de la résilience des aciers. Il me semble pourtant qu'elle ne se mesure pas sans test de casse. Comment fais-tu pour comparer celles du VG10 et du S30V ?

 


Nicolas | Le Jeudi 07/06/2012 à 13:46 | [^] | Répondre

7 - Re: Gros couteau !

Darksun Bonsoir Nicolas,

La technologie utilisée par Chris Reeve sur le Senbenza possède sans doute le meilleur design que l'on puisse trouver sur un frame lock : le ressort est assuré par une double découpe dans le liner en titane, son action est donc trés souple tout en autorisant un verrouillage trés sûr avec une tolérance fonctionnelle probablement calculée au micron près (usinage CNC). Cela autorise un verrouillage trés fiable sans recourir à une épaisseur de titane trop importante. Par ailleurs, le bout du verrou qui vient prendre appui contre le talon de la lame est trempée. Cette opération est techniquement simple (à condition d'être bon!!) et assure une moindre usure du frame, mais elle est chronophage et donc en principe seulement utilisée en coutellerie custom. Un coutelier français comme David Lespect procède au trempage des platines liner Lock ou frame Lock qu'il construit.

Il est hautement improbable que le Rexford Epicenter soit traité de la même manière, même s'il est probable que Todd Rexford applique lui aussi cette méthode sur sa production custom.

Sur le second point relatif au Strider SNG, on est en présence d'une platine remarquablement conçue et réalisée avec soin, bien que la découpe faisant office de ressort soit unique, on obtient un fonctionnement fluide et toujours hommogène. En outre, la présence du Lock Bar Stabiliser de Rick Hinderer vient consolider cette réalisation en empêchant toute déformation plastique irréversible du titane.

Tom Mayo avait confié lors d'une interview avec Tuan que le Sebenza et le Strider SNG/SMF étaient les framelocks les plus solides du marché. Et en la matière, l'avis d'un tel artiste est une trés bonne indication.

Concernant la résilience, il s'agit de la capacité d'une structure métallique, en l'occurence une lame à encaisser des efforts et des vibrations, voir même des chocs tout en conservant son intégrité.  En    la     matière je possède une expérience concernant ce type de résistance pour des structures mécaniques complexes. Et d'une manière générale de toute pièce nécessitant des alliages en titane et/ou en Ergal (aluminium).

Sur le plan théorique, nous sommes dans le domaine de la physique du solide et de la mécanique des milieux continus (cf le manuel de Charles Kittel, pour l'étude crystallographique des matériaux). Sans aller plus loin sur cette approche nécessaire, mais hardue, on admet que plus la microstructure d'un alliage est fine et homogène plus grande est sa résistance aux contraintes mécaniques (il n'existe pas de matériaux indestructibles...).

En la matière, le VG-10 est un excellent acier, mais il est surpassé par la technologie des aciers frittés issus de la technologie des poudres dont le CPM-S30 V est un trés bon représentant. Sa microstructure est particulièrement fine par comparaison au 154 cm et au VG-10. La métallurgie moderne des poudres permet de réaliser des lames trés résistantes, avec une densité forte et une granulométrie trés fine. 

Toutefois, sur le plan théorique (calcul et expérimentation) le S30V est lui même distancé par le CPM-M4 sur lequel j'aurais l'occasion de revenir.

Pour conclure, l'Epicenter reste un excellent couteau dont je suis content d'avoir fait l'acquisition.

 


Darksun | Le Jeudi 07/06/2012 à 20:59 | [^] | Répondre

8 - Re: Gros couteau !

Nicolas Belles explications exhaustives, fort précises et fort claires !
Si j'ai bien compris, tu "sens" la résilience de l'acier quand tu utilises le couteau ; avec l'expérience des matériaux, ça ne m'étonne pas.
Merci Darksun !

 


Nicolas | Le Vendredi 08/06/2012 à 10:07 | [^] | Répondre

9 -

hello
je suis debutant en matiere de couteau, mais une donnée ma etonné.
tu dit que le clip mesure 5,7cm de long pour une epaisseur de 1 cm.

etes-vous sur de l'epaisseur car les photos donnerais plutot 1 à 2 mm

a moins que tu voulais parlé de la largueur du clip


sinon, joli couteau et tres bonne revue.

Bravo !


salutation

 


birdy1962 | Le Samedi 09/06/2012 à 12:46 | [^] | Répondre

10 - Re:

Darksun Bonjour Birdy,


trés bonne remarque, en fait tu as rectifié toi même la donnée défectueuse (terminologie) le clip possède bien une largeur de 1 cm pour une épaisseur de 1 à 2 mm.
 
Merci pour ton message, le blog de Guillaume est un endroit ou l'on peut acquérir beaucoup de connaissances sur les couteaux et progresser rapidement. Donc bonne lecture!

 


Darksun | Le Samedi 09/06/2012 à 14:45 | [^] | Répondre

11 - Re:

je viens de lire ton CR sur le chris reeve large sbenza 21 et tu y fais le meme erreur....

ce qui en sois n'est pas grave et tous le monde comprend.!

parcontre, j'ai été voir le couteau sur un site vendeur en suisse.......il est pas donné......mais il est tres joli.

j'economise pour acheter le SOG fatcat....pas donné lui aussi......

bon WE

 


birdy1962 | Le Samedi 09/06/2012 à 15:30 | [^] | Répondre

12 -

LuD Bonne revue .
Comme quoi, ils ont encore du progrès à faire côté finition et érgonomie.
C'est un méga tank ce truc, ca pèse un âne mort, complétement destiné aux travaux de bourrin :)

 


LuD | Le Vendredi 15/06/2012 à 11:44 | [^] | Répondre

13 -

ton CR m'a donné envie d'acheter ce boker !
je viens de le recevoir, et je peut confirmer que le clip est impossible a utiliser.
par contre ma lame fermée est centrée.

le point negatif que je lui donne....c'est son ouverture !
j'ai plusieurs couteaux....et c'est le seul que je n'arrive pas à ouvrir avec une main !

merci pour la decouverte!

salutations

 


birdy1962 | Le Dimanche 01/07/2012 à 20:42 | [^] | Répondre

14 - Re:

Darksun

Merci pour ton commentaire, cela montre que le contrôle qualité est resté défectueux

Mon exemplaire avait une lame et un pivot qui baignaient dans l'huille. J'ai du éponger le trop plein. 

L'ouverture se fait toujours trés correctement, mais je pense qu'il doit exister un souci de ce côté.

Tu peux toujours essayer de roder l'ouverture avec du WD 40 pendant quelques jours. J'ai eu des problèmes similaires avec des framelocks de prix, et le problème a toujours été résorbé dans le temps. 

Cela étant dit, c'est une situation trés déplaisante pour le consommateur.

 


Darksun | Le Lundi 02/07/2012 à 13:03 | [^] | Répondre