Août 13 20

Couteau Boker Sal Manaro

Un framelock massif

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)

Le Böker Plus Sal Manaro est la version industrielle d’un custom d’un designer américain relativement peu connu en France, il faut dire que ces se négocient fréquemment au-dessus de 1000 $.
 

A partir de ce constat, on peut estimer qu’une version industrielle est une bonne chose pour les amateurs et collectionneurs de . Certes, il est toujours possible de déplorer que la fabrication du soit transférée en Chine.
 
Une production made in Solingen aurait probablement eu l’agrément de tous, mais le prix eu été majoré de l’ordre de 100 euros, ce qui n’est pas un mince détail par les temps qui courent… Le est un possédant deux platines et une entretoise en .
 

Le mesure 13 cm fermé pour une longueur de 21,8 cm lame ouverte. En revanche, avec une masse de l’ordre de 173 grammes le est singulièrement lourd pour une architecture en . La platine qui fait office de verrou est parfaitement usinée et le blocage de la lame est parfait : il n’existe aucun jeu vertical ou latéral. Les deux platines possèdent la même épaisseur de 3 mm. Le manche possède une épaisseur de 1,3 cm pour une hauteur de 2,6 cm hors découpes ergonomiques inférieures qui sont plus importantes.
 

Les platines forment vers l’avant un quillon inférieur suivi d’une seconde découpe du type sub-hilt. Deux autres découpes ergonomiques inférieures offrent une prise en main irréprochable. L’entretoise en qui termine le manche reçoit un quadrillage assez fin. Cette entretoise sert surtout de support mécanique à 4 vis torx de diamètre relativement faible qui traverse les deux platines. Vers l’avant on trouve bien sûr un stop pin massif et un axe de pivot de la lame de forte dimension.
 

Disons le tout de suite le est robuste, certes il n’est pas le , mais il est loin d’être ridicule. L’usinage des platines est relativement propre à l’intérieur du manche, en revanche le quadrillage en losanges et pointes de diamant de la surface externe des deux platines, si elle assure un grip fort puissant souffre d’une exécution rustique qui est franchement litigieuse du côté droit.
 

L’usinage manque de propreté, alors que la platine de gauche est exempte de ce défaut. On note que vers le premier tiers du manche le crantage du manche devient horizontal sans qu’il soit possible de préciser si celui-ci possède autre chose qu’une valeur esthétique. Ce crantage est rigoureusement symétrique. Le possède un clip en à une seule position parfaitement utilisable pour un port en poche profond.
 

La lame est du type recurve , relativement rare dans la production industrielle, si l’on fait abstraction du Scavenger de Zero Tolerance et du Triumph de Pat Crawford chez . Cette lame ne plaira pas à tous, mais elle est extrêmement efficace contrairement à mes craintes initiales.
 

Une telle lame est susceptible d’intéresser les amateurs de lame d’inspiration japonaise. Cette lame est réalisée en acier 440 C dont on sait que Bôker maîtrise parfaitement le traitement thermique. En l’occurrence, la lame épaisse de 5 mm est très coupante.
 

Elle possède deux émoutures différentes. Celle de la pointe (ou se termine de chaque côté une sorte de flèche) est convexe : cette pointe est très efficace et permet de venir à bout de n’importe quel emballage en carton. La seconde partie du tranchant est concave à double titre, d’abord parce que la géométrie est réellement concave, et qu’en outre l’émouture est réalisée en creux.
 
Toutefois, si l’entretien risque fort de ne pas être aisé, la lame coupe fort, c’est même une excellente surprise. La lame mesure 95 mm de la pointe au moignon de ricasso, avec une zone coupante de 90 mm.
 

La finition de la lame est polie satinée sans faute de réalisation.
 

En revanche, le crantage de la zone destinée à recevoir le pouce sur 2,5 cm est beaucoup trop agressif à mon goût, elle rappelle les moins bon crantages réalisés sur les . Mais compte tenu du prix de vente en Europe il est difficile d'argumenter une critique trop dur de ce qui est malgrè tout une réussite.

On doit signaler que Boker s'est engagé dans des customs collaborations fort intéressantes avec Chrales Marlowe (Squail) et Tom Krein (Gitano) dont j'espère avoir l'occasion de vous parler en détail.

 

Ils ont lu aussi :


Découvrez l'auteur