Mars 14 22

Couteau Bradley Cutlery Co Mayhem 17040 4''

Un balisong hors norme

  • Currently 4/5

Note : 4/5 (1 note)

 

La firme Bradley Cutlery est considérée comme une sorte de filliale de , les américains toujours trés pragmatiques parleront de "Front Company", (pour d'autres, agirait comme sous-traitant) qui a été créée pour produire un clone industriel (remarquable) du nommé à juste titre Alias 1. Le modèle Alias 1 devrait rejoindre, en principe, ma collection cette année si tout va bien. Les activités de Bradley se sont diversifiées assez vite vers la production de papillon (trés chers à Lester de Asis).
 
 



Le plus remarquable de ces reste à mon avis le modèle Mayhem, dont le niveau de finition est exceptionnel, et qui de plus se rapproche réellement d'un fermant ordinaire.
 
 

J'ai inclus dans cette revue des éléments visuels de comparaison avec la production : le fameux modèle 42 qui possède lui aussi un manche en , le modèle 51 qui lui succède avec un manche à structure composite /G-10, et bien sûr le modèle 53 résultant d'une collaboration avec Charles Marlowe.
 

 
Le manche du Mayhem est composé de deux branches en alliage de  (6AL4V) asymétriques. Chaque branche est composé de deux barres de qui pssèdent chacune une épaisseur de 3 mm, gage d'une solidité certaine. Le reçoit une finition bead blasted gris foncé avec un contact soyeux trés agréable au touché.
 

 
Le mesure 12,5 cm en psoition fermée, de l'ergot usiné dans le talon de la lame à l'extrémité du manche, pour 21,4 cm environ lame déployée.

 

 
La partie inférieure du manche est caractérisée par une courbure trés ergonomique, avec usinage d'une encoche permettant le positionnement de l'index (trés similaire à celle de l'Alias 1). La branche opposée possède aussi un légère courbure, mais nettement moins prononcée. Cette ergonomie confère au Mayhem une prise en main excellente qui rappelle étrangement celle d'un frame lock !
 

 
La structure des branches est ouverte, le montage est assuré par une visserie torx. On remarque une anodisation bleue des éléments structurant le manche.

 

 
Le latch lock est constitué par une barre en acier articulée au moyen d'un pivot et d'un petit ressort en spirale identique à celui du 42. Le déverrouillage par compression manuelle des branches en position ouverte et fermée est trés rapide et trés souple, plus souple que celle de mon modèle 42.
 
Le clip en acier inoxydable poli est identique à celui utilisé sur le 53, il est assez dur, mais offre une vraie capacité de rétention.

 
 

Les branches possèdent chacune une rondelle de bronze phosphoré garantissant une parfaite fluidité des mouvements. On peut ajouter que le jeu des branches avec les axes d'articulation de la lame est trés inférieur à mon modèle 42, et se limite probablement au minimum de ce qui est nécessaire pour assurer un jeu fonctionnel indispensable pour un tel .

 

 
La lame est présentée par Bradley Cutlery comme un profil spear point, on peut toutefois estimer que la géométrie est trés proche d'un drop point . La lame est réalisée en acier CPM-S30V, avec une dureté probable de 59 à 60 sur l'échelle de Rockwell.

 

 
La lame mesure 90 mm de la pointe à la naissance du ricasso avec une zone de coupe de 87 mm. Selon les informations publiées en ligne par Bradley la lame est épaisse de 3,81 mm, alors que je mesure facilement 4 mm.
 

Elle est haute de 24 mm en moyenne, et possède une zone crantée de 7 mm destinée à poser le pouce. Le profil de la lame est dégressif vers la pointe, avec un faux contre-tranchant arrondi.
 

 
L'émouture est réalisée en creux, et le tranchant est rasoir d'origine. L'aspect général de cette lame et sa solide construction montre que l'on est bien en présence d'un utilitaire et non d'un simple outil de démonstration acrobatique. La lame reçoit une finition stonewashed du plus bel effet.
 

 
L'ergot visible au talon de la lame est le système qui assure le verrouillage de la lame en position ouverte par calage contre un stop pin situé à l'intérieur de la branche supérieure, un second stop pin situé dans la branche inférieur venant coincer l'ergot par dessous. Il s'agit d'un dispositif trés solide.
 

 
Le Bradley Mayhem est un atypique, d'un concept proche de celui du Charles Marlowe, qui se rapproche lui-même d'un fermant classique. Le niveau d'exécution custom revendiqué par Bradley n'est pas usurpé, le Mayhem est le mieux fini de mes balisongs.

Ils ont lu aussi :


Découvrez l'auteur