Mai 16 08

Couteau Chris Reeve Inkosi

Une réalisation presque parfaite

  • Currently 3.8/5

Note : 3.8/5 (4 notes)

L’inkosi, (le chef en zoulou) est la dernière création de , cette création est devenue disponible à ma connaissance à partir de décembre 2015, au moins en ce qui concerne la France à ma connaissance. Contrairement à certaines informations fausses (et que j’ai pu reprendre involontairement) l’Inkosi est bien un mini 25, et non un de dimension intermédiaire entre le Small 21 et le Large 21.
 

En fait, cette revue contient les données métrologiques et des photographies des deux qui montrent bien qu’il est légèrement plus compact que le Small 21. Pour autant il conserve la même masse que le Small 21 et possède une ergonomie sophistiquée grâce aux découpes du manche. J’ai procédé immédiatement à un démontage du , principalement pour étudier le système de bushing qui sert d’axe de pivot à la lame : ce dispositif massif est impressionnant, il faut le démonter avec deux clefs, afin d’amorcer un mouvement contra-giratoire qui permet le démontage de cet axe. Le a été acheté chez la maison Berthier de Valence, une très bonne adresse, bien connue des amateurs de beaux et de service clientèle irréprochable. J’ai acheté mon premier chez la coutellerie Kindal, le Large 21 et le Large 25 chez Armes Bastille (une super référence sur Paris) et le Small 21 à la Coutellerie Tourangelle (qui dispose également d’un service après-vente impressionnant d’efficacité) : en somme que des bonnes adresses pour les passionnées que nous sommes tous !!!!
 

 
D’emblée le qui était présenté comme une « régression technologique » par des grincheux qui épanchent leur bêtise sur des forums américains s’impose comme une petite merveille à vocation d’ et entre immédiatement en fonction après graissage et test de coupe. Etant un fan du Large 25, je ne suis peut-être pas totalement objectif pour cette fois, et je vous demande de bien vouloir m’en excuser par avance, amis lecteurs.
 

 
Le possède une longueur fermée de 9,50 cm pour une longueur totale de 16,70 mm un encombrement des plus modeste, pour un qui demeure capable de rester , sans effets de manche. La masse est de 89 grammes soit identique à celle du Small 21.
 

 
Techniquement, le système Integral Lock (RIL) est présent avec toute sa puissance habituelle, la platine verrou possède deux découpes internes qui assure une élasticité suffisante et nécessaire à un verrouillage très puissant : sur ce point le modèle Large 25 était déjà un système coupant renforcé par rapport au Large 21, et l’Inkosi conserve toutes les qualités du 25. Les photographies du démonté pour étude et lubrification des washers sont très parlantes sur la qualité d’ajustage et de finition des . On peut considérer sans mentir que l’on est dans le domaine du custom, du vrai custom et pas un simple ersatz… On note que la zone susceptible d’être affectée par un stress mécanique fait l’objet d’un découpage circulaire, la mécanique est donc irréprochable.
 
 

 
La bille en céramique technologique, qui sert à la fois à bloquer la lame en position fermée et à servir d’interface avec le talon de la lame en acier CPM-S35VN, est bien présente, son diamètre conséquent ne prête pas à critique, même si l’on peut considérer qu’un bout de frame en trempé possède le mérite considérable de la simplicité sur un .
 



 
Le système de bushing servant d’axe de pivot est un chef d’œuvre de mécanique qui comprend un vis qui se dégage du côté gauche et un cylindre qui se dégage du côté droit : vue la dimension des pièces, on peut penser qu’il sera difficile de faire mieux en terme de solidité. Le démontage nécessite en revanche un peu plus de dextérité car il faut bloquer avec une clef un côté et desserrer de l’autre côté, puis procéder d’une manière analogue mais inversée pour le remontage. Les deux clefs nécessaires à ce démontage sont fournies avec le , c’est aussi cela la qualité . On note bien que lors du remontage du pivot/bushing, il existe clairement une influence sur l’ouverture de la lame, et qu’une ouverture onctueuse comme celle de mon exemplaire est obtenue en desserrant (par rapport au serrage maximal possible) de 1/6 à 1/8.
 

 
Les washers en bronze phosphoreux sont surdimensionnés, ils sont littéralement énormes pour un de petites dimensions et possède de larges découpes qui permettent un graissage optimal.
 


 
Les côtes en gris typique des possèdent une épaisseur de 3 à 3,5 mm, l’alliage utilisé est le de grade 5 utilisé sur l’ensemble de la gamme des fermants . L’usinage, l’ajustage et la finition des côtes sont au meilleur niveau d’excellence possible : la mention Idaho Made étant d’ailleurs gravé de manière plus nette que sur mon Small 21, mais là c’est du pinaillage. Le manche possède une épaisseur de 11/12 mm pour une hauteur de 20 mm.
 

 
Les découpes ergonomiques du dessous du manche contribuent réellement à donner  une prise en main que j’estime supérieure à celle du Small 21 : l’existence d’un quillon inférieur beaucoup plus prononcé est à mon avis une très bonne chose. La présence de la lanière tressée est aussi un élément très important qui permet d’optimiser le grip sur un manche ultra compact.
 

 
Le clip a été modifié en ce qui concerne son positionnement, disons que outre la possibilité qu’il puisse servir de Lock Bar Stabilizer, sa courbure permet lors de la prise en main de ne plus exercer une pression trop forte sur le frame : cette caractéristique rejoint totalement le constat que Tuan avait fait concernant la manière dont une prise en main trop ferme pouvait bloquer l’ouverture normale de la lame..
 
Le clip est parfaitement opérationnel, il assure un très bon maintien en poche : de toute façon pour toutes les raisons exposées ci-dessus je ne crois pas opportun de le démonter.
 

 
La lame possède un stop pin massif, qui se démonte du côté droit, se stop pin vient prendre appui dans un usinage en creux au talon de la lame, l’ensemble est donc d’une extrême solidité bien au-delà des exigences du de gentleman.
 

 
La lame possède une épaisseur supérieure de 8% à celle du Small 21 qui est épaisse de 3 mm : cet accroissement n’est pas un élément dirimant pour départager les deux .
 

 
La lame est la fameuse lame Clip Point du modèle 25 qui possède une émouture hybride entre l’émouture plate et l’émouture concave : cette émouture est de type à long rayon. Elle permet l’obtention d’un tranchant supérieurement coupant. La lame possède une longueur de 71 mm avec un tranchant lisse utile de 69 mm.
 

 
Le CPM-S35VN a été développé en 2009 par Crucible en collaboration avec tout comme son prédécesseur le CMP-S30V. Les données techniques publiées montrent que le S35VN possède la composition suivante : 1,40% de carbone, 14% de chrome, 3% de vanadium, 0,5% de niobium et 2% de molybdène. Cet acier possède donc des carbures de vanadium, de niobium et de chrome. L'adjonction de niobium permet selon Crucible d'obtenir une résistance accrue de 15 à 20% par rapport au S30V concernant les chocs (sollicitations mécaniques transverses). En revanche, les capacités de coupe des deux aciers données par l'indice CATRA sont identiques avec un indice de 145 (la base 100 est donnée par le 440 C, le test est une opération mécanique de coupe de cartons enduits de silice, dans ce test scientifique le 154 CM obtient seulement un indice de 125!!). Selon Crucible pour des applications de coutellerie, le traitement thermique recommandé doit procurer une dureté comprise entre 58-61 HRC, en règle générale le S35VN est utilisé en 2015-2016 avec une dureté comprise entre 58 et 60 RKC. 
 

 
On note que le traitement thermique appliqué par à partir de 2015 a été modifié et permet désormais l’obtention une dureté comprise entre 59 et 60 RKC comme attesté sur le certificat avec lequel le est livré. Le tranchant est excellent et il accroche très bien la matière.
 

 
Le bilan en ce qui me concerne est largement positif, mais il est évident que le positionnement de ce par rapport au modèle Small 21 n’est pas du tout évident, et que la plupart des amateurs de attende sans doute une configuration possédant des bases mécaniques aussi solides, mais avec un tranchant utile de 78 mm. 
 

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

Guillaume Bonjour et merci pour cette revue : j'ai enfin compris pourquoi on pouvait serrer la la lame trop fort sur un 25 !

Guillaume a donné 3 couteaux à Darksun

 


Guillaume | Le Dimanche 08/05/2016 à 15:53 | [^] | Répondre

2 - Re:

Darksun

Bonjour Guillaume,

merci à toi,

je suis très content d'avoir apporté cette précision qui est effectivement utile pour les possesseurs et les futurs possesseurs.

 


Darksun | Le Dimanche 08/05/2016 à 17:42 | [^] | Répondre

3 - Re:

Sebenza86  Bonjour a tous, 

Je suis nouveau sur ce Blog, lequel je lis attentivement depuis quelque temps.
Merci pour cette exellente revue , je suis egalement ultra fan du Seb25 (mon preferé parmi mes sebenza), et je vais sans aucun doute passer a l act sur ce modele Inkosi.
J aime le look et la robustesse qu il degage, a l instar du 25...

 


Sebenza86 | Le Lundi 09/05/2016 à 02:52 | [^] | Répondre

4 - Small Sebenza 21 ou Inkosi ?

Le Inkosi est le cousin proche du small Sebenza. On l'appelle aussi le petit Sebenza 25 parfois, à juste titre pour moi, car il en reprend pas mal de caractéristiques (bille céramique placée sur l'arête du frame, système de pivot, etc.)

Le Inkosi est un petit Sebenza, mais en plus trapu, plus costaud. En utilisation EDC, je n'ai pas constaté de grosses différences avec un petit Sebenza 21, il s'agit de la même famille de couteau. Peut-être on pourra lui demander un peu plus d'efforts, du fait de son pivot surdimensionné, mais personnellement je n'ai jamais cassé un petit Sebenza 21. Mais je n'ai pas l'habitude de forcer outre-mesure mes couteaux, me contentant de les utiliser ce pour quoi ils sont conçus avant tout ; couper.

Maintenant, la différence fondamentale est pour moi le système de pivot. Depuis le Sebenza 25, et avec l'Inkosi, il n'y a plus ce système d'entretoise qui était propre aux Sebenza, ce système qui fait qu'il est impossible de faire un sur-serrage quand on remonte un Sebenza 21. L'ajustement est tel qu'il suffit de serrer le pivot, et on retrouve la même friction. C'est un gros avantage, et de plus, le pivot une fois serré ne peut pas se déserrer lorsqu'on actionne le pivot, contrairement à tous les autres systèmes sans entretoise, où il est nécessaire d'appliquer du frein-filet sinon le pivot se dévisse peu à peu.

Ce qui faisait l'une des spécifités des Sebenza, a disparu avec le seb25 et le Inkosi, et on se retrouve avec des pliants "classiques" (je parle du système de pivot). Il reste tout de même le niveau de finition exemplaire des Chris Reeve, les ajustements micromètriques, sauf en ce qui concerne le système de pivot.

Je ne sait pas pourquoi Chris Reeve a décidé de changer le système de pivot, c'est peut-être une histoire de coût et de temps, car je suppose que les entretoises doivent être très très ajustées pour obtenir la friction désirée (la seule manière de fluidifier un sebenza 21, pour un particulier, c'est de jouer sur l'épaisseur des rondelles en bronze, qu'il faut poncer très légèrement si on veut un couteau plus fluide), mais pour moi il s'agit d'une petite régression, en tout cas pour quelqu'un qui aime bien démonter ses couteaux, et qui apprécie les finitions mécaniques.

Même si le Inkosi est un très beau petit couteau, je conseillerais un petit Sebenza 21 avant un Inkosi pour qui désire posséder un très bon petit EDC de chez Chris Reeve.

 


Charlie | Le Dimanche 15/05/2016 à 11:37 | [^] | Répondre

5 - Re: Small Sebenza 21 ou Inkosi ?

Sebenza86  Je suis d accord avec toi, sur le fait que l absence de l entretoise sur l Inkosi ou le 25, soit une sorte de regression technique, du fait qu on ne puisse plus serrer la vis de pivot a fond, ce qui etait tres astucieux, et surtout securisant...

Mais comme tu le soulignes aussi tres justement, cela permet de regler la fluidité d ouverture de lame de son couteau, comme on le souhaite, ce qui appreciable pour ma part...

Je pense que c est la raison pour laquelle C.Reeve ait opter pour ce choix...
Ou bien, avait t il deja anticiper la confection du Sebenza 30, avant la sortie du 25...?

 


Sebenza86 | Le Dimanche 15/05/2016 à 16:23 | [^] | Répondre

7 - Re: Small Sebenza 21 ou Inkosi ?

kerfich Une question un peu farfelue peut être : le pivot du S21 est il compatible avec le S25 ?
Je crois que certains ont les 2, avez vous pu les comparer ?

 


kerfich | Le Lundi 16/05/2016 à 17:01 | [^] | Répondre

8 - Re: Small Sebenza 21 ou Inkosi ?

Darksun Bonjour,

la réponse est simple les deux systèmes mécaniques n'ont pas été conçu pour être interchangeables.

 


Darksun | Le Lundi 16/05/2016 à 17:13 | [^] | Répondre

10 - Re: Small Sebenza 21 ou Inkosi ?

Sebenza86  Dixit Darksun, les pivots n ont pas du tt le meme diametre, celui du S25 est bcp plus grand que que celui du S21, idem pour l Inkosi et le Small 21...

Photo d illusrarion, le S25 completement a gauche:

 


Sebenza86 | Le Lundi 16/05/2016 à 18:45 | [^] | Répondre

11 -

Il est entre mes mains depuis 5 jours.
Chaque manipulation demeure un réel plaisir qui ne décrois pas.
Je n'ai pas osé le démonter mais je l'ai inspecté sous toutes les coutures. Comment a-t-on pu penser à une régression technologique? Bien au contraire!
La bille en céramique avec ses deux fonctions, quel éclair de génie! Les washers élargis, sans pour autant augmenter la surface de contact grâce aux fenêtres qui retiennent la graisse: tout simplement génial!
Ce couteau est un véritable bonheur. Rien ne bouge, même déployé on dirait un couteau fixe tellement l'ensemble est solidaire et solide.
Que dire de la lame? Je la trouve un tantinet épaisse (c'est vraiment pour fouiller et trouver un défaut minime...), mais quel tranchant! Les Chris Reeve sont les seules lames de ma collection auxquelles je n'ai pas touché. Aucun ré-affutage, elles coupent "rasoir" dès la sortie du carton. Et je suis un extrémiste de la coupe et des limes diamant.
Ce midi, un steack un peu retord avec le couteau du restaurant, n'a pu offrir aucune résistance à mon Inkosi. Une vraie lame de bistouri!
Quel régal, quel régal!
Darksun, tu ne m'avais pas menti en me disant que je prendrais mon pied avec ce couteau, c'est le cas! Ô combien!
Si vous hésiter à investir dans ce couteau, ôtez tous vos doutes et foncez! Vous ne le regretterez pas.

 


NIKO | Le Samedi 17/09/2016 à 16:08 | [^] | Répondre

12 - Re: merci pour le retour

Darksun

Bonjour NIKO,

merci pour ton retour d'expérience, je suis content de fournir des revues aussi exhaustives que possibles et surtout impartiales sur la qualité des couteaux étudiés.

La notion de régression technologique que certains utilisent pour qualifier les Sebenza Large 25 et l'Inkosi me paraît très excessive et pas du tout conforme à la réalité.

L'Inkosi est un couteau remarquable : un véritable chef d'oeuvre.

 


Darksun | Le Samedi 17/09/2016 à 17:41 | [^] | Répondre

13 - Régression technologique

Guillaume Bonsoir,

"Régression technologique" : tel est le terme qui fâche. Et bien, on va dire que les évolutions de CRK, ces dernières années n'ont pas été parfaitement claires.

Comme ils n'ont pas été capables de trouver de nouveaux designs, ils se sont lancés à corps perdus dans la recherche de nouvelles solutions techniques.

J'ai essayé ça : TiLock. Ca ne fonctionne pas au quotidien.

Les innovations du Umnuzzzaaannn (quel succès, ce couteau !), du 25, du Inkosi ? Meilleures ou moins bonnes ? Tant que ça coupe, c'est très secondaire ? En plus, on n'a pas assez de recul.

Enfin, une bille en céramique sur un talon de lame en acier, avec une pression excercée sur une surface de contact large comme la section d'un poil de duvet de nouvé né, ça me laisse rêveur.

J'ai mon vieux Seb sur moi, le lock colle un peu mais est toujours opérationnel. Je n'ai pas fait polymachinchose mais j'ai suffisemment de jours de terrain pour savoir de quoi je parle.

Ils auraient mieux fait de continuer à faire du Seb sans se poser de questions. Mais le marché américain est un tyran aveugle et borné : faut de la nouveauté.

On ne peut pas leur reprocher. On ne peut même pas leur dire que les découpes pour les doigts sont casse pieds car elles sont gênantes pour changer de prises de main. Ca fait hyper hype !

Ils font leur buisiness. Moins bien ? Mieux ? Tant que CRK rentre les dollars à la pelle, je crois qu'ils s'en tapent. C'est la loi du marché.

Je dirais que la qualité est au rendez-vous, que c'est soigné. Ce n'est ni une avancée, ni une régression.  C'est autre chose.

Et tant qu'on en cause, ça leur fait de la pub.

 


Guillaume | Le Samedi 17/09/2016 à 23:12 | [^] | Répondre

14 - Re: Régression technologique

Je comprends ton point de vue et je le partage.
Je ne me vois pas utiliser mon Inkosi comme je le fais avec mon Sebenza Large.
Ta remarque sur la surface de contact de la bille est juste: cela va durer combien de temps? J'utilise des roulements céramique sur mon matériel de pêche, je n'ai encore éclaté aucune bille. Je suis conscient que les forces en présence ne sont pas les mêmes, tant en intensité qu'en direction. L'usinage du talon de la lame est très propre, sans surface d'accroche sensible. Mais qu'en sera-t-il d'un choc plus ou moins direct en pointe de lame? Si je flippe la lame trop souvent (ce que je ne fais pas, bien entendu ), la bille va-t-elle s'engager trop loin et se détériorer?
La céramique est un des matériaux les plus durs qui existe mais j'ai vu la dépose d'une prothèse de hanche où les parties en céramique étaient usées, rayées après 15 ans d'activité normale!
Comment est-ce possible à l'intérieur d'un corps humain où rien d'abrasif ne circule ordinairement?
Que penser du comportement de cette fameuse bille au cours des mois d'utilisation..?
Wait and see!
L'Inkosi est un EDC haut de gamme, un poil champêtre de temps à autre mais il n'a pas la rusticité et l'expérience de vie et de terrains d'utilisation d'un Sebenza.
De part leurs tailles, ils sont deux outils différents, à deux destinations différentes.
Je ne parlerai pas du Sebenza 25, je ne le possède pas.
Pour ce qui est du marketing US, tu as tout dit.
Il est souvent difficile pour des néophytes de séparer le bon grain de l'ivraie. C'est pour cela que ton blog vit et continuera de vivre. J'espère longtemps, grâce à des intervenants reconnus, spécialisés, des amateurs passionnés, etc, et surtout (et avant tout) des rédacteurs de revues impartiaux.
Ce qui est une chose devenant de plus en plus rare de nos jours, quelque soit le produit.

 


NIKO | Le Dimanche 18/09/2016 à 00:46 | [^] | Répondre

15 - Re: Régression technologique

Darksun

Bonjour NIKO,

pour ce qui est du Sebenza Large 25 ou de l'Inkosi on peut considérer qu'une analyse systèmique des pièces mécaniques est possible : dans ce type d'étude chaque pièce est affectée d'une probabilité de dysfonctionnement.

D'après mon expérience, c'est bien évidemment la bille en céramique qui recevra la probabilité de dysfonctionnement la plus élevée, bien sûr cette probabilité restera inféreure à 1 car si p = 1 la probabilité de dysfonctionnement devient un élément mathématique certain.

Cette probabilité va résulter de deux facteurs cumulatifs, le premier a été évoqué par Guillaume, il s'agit du petit diamètre de la bille de céramique qui établit donc un simple contact ponctuel avec le talon de la lame : en mécanique classique on oppose traditionnellement contact ponctuel et contact linéique. le contact ponctuel est universellement considéré comme plus faible par les ingénieurs. On doit cependant constater que le mécanisme de verrouillage Ball Bearing Lock de Spyderco est un formidable système ponctuel, mais la bille est plus grosse et l'on obtient malgré tout la répartition des forces sur une surface légèrement plus grande (même si certain pourront juger que c'est toujours une hérésie...).

Le second point constitutif de la probabilite de dysfonctionnement est la dureté de la céramique que tu évoque, a priori une bille en céramique technologique possède une dureté supérieure à 60 HRC ce qui considérable et bien sûr elle est incompressible : ce qui fait qu'en exercant une force trop importante sur la bille de l'Inkosi ou du modèle 25, c'est la bille qui risque surtout d'être éjectée de force du système.

Tous ces éléments, montrent que Guillaume à totalement raison : plus un système mécanique est complexe, plus la probabilité d'une défectuosité est croissante : ce qui veut dire que le système le plus robuste pour une application de terrain demeure un montage du type Sebenza Large 21 et Small 21.

Ensuite, les intrefaces de contacts en acier trempé posent le même problème, même si la probabilité de dysfonctionnement affecte alors surtout la qualité de leur fixation au frame en titane : je dirais alors que la probabilité de défailance est inférieure à celle de la bille en céramique.

Donc, la technique donne raison à l'avis de Guillaume et à son expérience. CQFD

 


Darksun | Le Dimanche 18/09/2016 à 09:41 | [^] | Répondre

16 - Re: Régression technologique

Guillaume Salut Eric,

Je te remercie très sincèrement d'avoir une approche plus technique et rationnelle que la mienne mais qui corrobore ce que je pense.

En fait, ce ne sont plus les mêmes systèmes mécaniques. Il en va de même pour le pivot qui s'est épaissi sur les derniers modèles mais qui a perdu son entretoise si pratique et fiable.

Le 21 et le 25 sont finalement très différents. Encore une fois, ce n'est pas mieux ni moins bien, c'est autre chose.

Pour ce qui est de la fiabilité de la bille et du pivot (hormis le problème de serrage et de réglage), avant de prendre en défaut ces systèmes, il faudra, je pense, forcer comme un bourrin sur le couteau. Vu le prix, je pense que 95% des utlisateurs ne le feront pas. Donc, la fiabilité du système est conforme aux usages attendus.

C'est pareil pour les interfaces en acier des frames avec les talons de lames. Avant de les prendre en défaut, je pense qu'il faudrait avoir des usages extrêmes ou procéder à des démontages / remontages trop fréquents.

J'ai encore manipulé un 25 et un Inkosi, la semaine dernière. Le degré de finition et de vituosité technique en font vraiment des chefs d'oeuvre comme tu le dis. Ca fonctionne parfaitement et c'est impeccable.

De toutes façons, comme j'ai l'habitude de le dire, le couteau pliant le plus fiable et le plus résistant, c'est un couteau... à lame fixe !

Encore heureux qu'on puisse en parler tranquillement et sereinement, par les temps qui courent ce n'est pas évident.

Guillaume a donné 5 couteaux à Darksun

 


Guillaume | Le Dimanche 18/09/2016 à 11:02 | [^] | Répondre

17 -

Merci Darksun pour ce complément d'information technique.
Bien heureux que nous puissons deviser sereinement en faisant avancer le schmilblick!

 


NIKO | Le Dimanche 18/09/2016 à 20:32 | [^] | Répondre

18 - Re:

Guillaume

Guillaume a donné 5 couteaux à NIKO

 


Guillaume | Le Dimanche 18/09/2016 à 20:56 | [^] | Répondre

19 - LARGE INKOSI

 Bonjour a tous,
avez-vous eu en main le large Inkosi? et si oui pouvez-vous donner votre avis? 

 


Gilles | Le Lundi 17/10/2016 à 18:29 | [^] | Répondre

20 - Re: LARGE INKOSI

Darksun Bonsoir Gilles,

je n'ai pas eu le couteau en main mais d'après les photographies du site de la Coutellerie Tourangelle il s'agit probablement d'un renommage du Sebenza Large 25 dont il reprend en apparence l'ergonomie générale. Mais c'est seulement un avis perso.

Ensuite, sur les forums américains il est présenté comme le successeur du modèle 25 depuis juin 2016 : il reprend le pivot de la lame et les washers larges du 25 avec un stop pin renforcé (!!!) et posséderait une lame dotée d'une émouture en creux comme celle du modèle 21.

Le clip a été positionné comme sur le modèle Inkosi pour empêcher une pression trop forte de la main sur le frame lors de l'ouverture.

En clair il est une synthèse de technologies éprouvées sur les modèles 21 25 et Small Inkosi.

Un sacré travail à mon avis!!!!

 


Darksun | Le Lundi 17/10/2016 à 19:38 | [^] | Répondre

21 -

 Bonsoir Darksun,
merci pour ces obserations, sais tu si il sort avec une lame insingo?

 


Gilles | Le Lundi 17/10/2016 à 19:47 | [^] | Répondre

22 - Re:

Darksun

 D'après les spécifications de Chris Reeve la lame ets un Drop Point doté de la Large Hollow grind utilisée sur les lames de type Inkosi.

Donc a priori une lame Drop point avec une émouture de type Inkosi.

La lame posséde une épaisseur de 3,6 mm.

 


Darksun | Le Mardi 18/10/2016 à 05:45 | [^] | Répondre

23 - Re:

Darksun Gilles,

J'ai décidé de rajouter le Large Inkosi à ma collection, d'ici quelques jours je pense que j'aurais des éléments de réponse complet et je procéderais à une revue détaillée.

Techniquement, le Large Inkosi est le successeur du modèle 25 en raison de la très grande popularité de l'Inkosi aux Etats-Unis.

 


Darksun | Le Mardi 18/10/2016 à 12:30 | [^] | Répondre

24 - Re:

 Bonjour DARKSUN
Merci pour toutes ces informations, je suis impatient de lire cette revue,
je pense que je vais craquer aussi lour le large Inkosi

 


Gilles | Le Mercredi 19/10/2016 à 09:52 | [^] | Répondre

25 - Re:

Darksun

Bonsoir Gilles,

je viens juste de réceptionner le Large Inkosi : c'est vraiment une très belle pièce, son achitecture est globalement celle du modèle 25 avec une prise en main excellente, avec une lame lègèrement plus massive et un énorme stop pin comme sur le Small Inkosi.

La lame conserve une géométrie clip point mais à mon avis l'émouture hybride à long rayon a cédé le pas à une émouture en creux sophistiquée et très coupante. Si j'ai le temps je rédige la revue ce weekend.

Cordialement.

 


Darksun | Le Jeudi 20/10/2016 à 19:40 | [^] | Répondre