Avr. 18 12

Couteau Cold Steel Nightforce

Un très beau couteau tactique de gentleman

  • Currently 4.5/5

Note : 4.5/5 (2 notes)

Le Nightforce est une nouveauté de Cold Steel assez atypique dans la production de la firme de l’acier froid.


D’après les informations disponibles ce est en fait fabriqué en Italie sans que le fabricant soit identifié de manière précise. Il serait fabriqué en petite série.

Techniquement le Nightforce se présente comme un de gentleman. Ce possède une lame assez étonnante en damas allemand DSC composé d’acier Bohler N690 et d’un acier assez exotique le Buderus Nitro B steel.



Il est incontestable qu’en 2017, avec le passage au CPM-S35VN, Cold Steel s’efforce désormais de produire de beaux et pas seulement des solides.
Son prix en fait toutefois un haut de gamme aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe. Il semble également que le 4Max ait été lui aussi délocalisée en Italie en 2017.



Le Nightforce est un grand qui mesure 13,30 cm fermé pour une longueur de 23 cm. Disons que l’on n’est pas dans le domaine de l’ urbain, même si la lame en damas inoxydable et la qualité de fabrication attire tout de même l’intérêt des néophytes.

Le possède une masse de 126,43 grammes qui est très raisonnable pour un aussi grand .



Mécaniquement, l’organisation du est très simple, avec essentiellement le mécanisme Tri-Ad-Lock que j’ai appris à apprécier après une prise de contact un peu difficile - les premiers exemplaires étaient durs à ouvrir.
Sur le Nightforce, l’effort reste sensible mais raisonnable. Disons que par rapport à la première version du système du génial Andrew Demko, le mécanisme d’ouverture est moins dur et surtout le système HTR est une aide appréciable.

Le manche du Nightforce est dépourvu de platines en acier inoxydable contrairement à la version fermante du RECON.
L’absence de platine métallique est parfaitement possible avec des côtes épaisses qui sont en G-10 laminé et fibre de carbone, ce qui est le cas avec ce .
 

Les côtes noires sont très agréables, mais je me permettrais de formuler deux observations : la première est que sur le pourtour des côtes le détourage manque un peu de finition, avec des traces disgracieuses indignes de la réputation convoitée (et du prix d’ailleurs…), et d’autre part, la texture du manche est lisse ce qui est pour moi une sorte d’hérésie sur un .

Le fonctionnement du Tri-Ad-Lock est régulier et puissant, le verrouillage de la lame ne souffre aucune critique, il n’existe aucun jeu fonctionnel d’aucune sorte.

Il faut bien convenir du fait que l’adjonction d’un stop pin à un système Lock Back puissant a été un coup de génie d’Andrew Demko !!!
 

Le manche possède une épaisseur de 11 mm. Le quillon avant inférieur possède une longueur de 35 mm, et constitue un dispositif de sécurité indispensable. La hauteur du manche oscille ensuite entre 25 et 30 mm ; les zones de 30 mm correspondant à l’extrémité des découpes ergonomiques. Le dispositif étant complété à l’extrémité du manche par une entretoise noire qui peut être soit en Zytel soit en G-10 noir.
Et puis de gentleman ou pas, c’est du Cold Steel avec un pommeau de frappe (!!!!) particulièrement abrasif.


Après plusieurs mois de test et de prises en main musclées, le manche possède une rigidité structurelle à toute épreuve.

La plus grosse critique à formuler est que malgré une poignée parfaitement ergonomique et un manche permettant de positionner une main même plutôt grande l’ensemble est totalement dépourvu de zone de crantage, même pas sous la forme d’une petite rampe à l’arrière de la lame.
Pourtant chose curieuse pendant la période de canicule de cet été le est resté opérationnel avec la possibilité d’une prise en main très puissante.

Toutefois, j’émets de sérieux doutes sur le caractère de ce en environnement tropical. Le dispositif HTR est en réalité assez complexe, puisqu’il ne s’agit pas seulement de forer un trou dans la lame mais d’y insérer un cylindre creux et tronqué aux extrémités. Il est fixé dans le trou de la lame au moyen d’une cale de blocage usinée dans l’acier et d’une vis torx de très faible diamètre dont l’orifice est visible sur le dessus de la lame. L’absence de nitruration au du cylindre permet de voir quelques traces d’outil, pas forcément bien méchantes, mais un peu énervantes sur un haut de gamme. Ce dispositif dispose d'un crantage sur la troncature du cylindre des deux côtes, en outre la partie tronquée demeure proéminente ce qui donne un appui assez puissant au pouce.



La lame étant monté sur deux rondelles en bronze phosphoreux, l’ouverture est bien meilleure qu’avec les thumbstduds ordinaires. Le est livré avec deux clips très efficaces conçu chacun pour un côté unique du manche. La rétention en poche est excellente, malheureusement le clip est trop brillant. Une finition Block Oxyd aurait été la bienvenue.

La lame est un plat de résistance qui ravira les steel geeks que nous sommes tous, plus ou moins. L’acier utilisé est un damas industriel inoxydable dont l’inventeur est le métallurgiste allemand Markus Balbach (numéro de brevet 302008009468), le signe DSC correspond à Damascus Steel Super Clean.
L’acier retenu par Cold Steel est le DSC-145 qui peut comprendre de 80 à 500 couches, cet acier possède trois compositions chimiques dont la plus élaborée est un alliage d’acier Bolher N690 (probablement le N690Co) avec de l’acier Buderus Nitro-B.

Cet acier possède un tranchant de qualité supérieur avec une dureté comprise entre 59 et 62 RKC. Le Buderus Nitro-B est un acier à vocation chirurgical qui possède une structure extrêmement fine et inoxydable. Sa composition chimique est la suivante : C: 0.55 Cr: 15.50, Si: 0.25, Mn: 0.20, N: 0.21, Mo: 0.50, V: 0.10.

Cette lame fait l’objet de traitements thermiques qui peuvent être qualifiés de complexes même si tout est relatif. Disons que techniquement cela permet de disposer de motifs en bouton de rose pour un Damas qui ne sera pas un simple objet de collection, l’aspect inoxydable étant tout de même très intéressant.

La lame possède une épaisseur maximale de 3,5 mm, sa géométrie est de type Clip Point sans aucune influence trailing point, ce qui en fait une lame très proche de celle des Bowie américains traditionnels que j’aime beaucoup.

La lame mesure 10 cm avec un tranchant lisse utile de 94 mm. L’émouture est réalisée en creux et le damas DCS-145 coupe très fort. La lame possède une hauteur maximale de 34 mm, avec une décroissance graduelle jusqu’à une pointe très pénétrante comme d’ordinaire sur ce type de profil. La lame possède un faux contre-tranchant non affuté.

En résume, un fermant très agréable visuellement et permettant tout de même une prise en main robuste, même si un peu plus de grip en eut fait un presque parfait.

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur