Oct. 17 11

Couteau Kershaw 7007 Natrix

Une entrée de gamme remarquable

  • Currently 4/5

Note : 4/5 (1 note)

Le 7007 Natrix porte en fait le nom du fabriqué par Microtech en « hommage » au en série limitée Zero Tolerance 777 qui a été étudié sur ce blog.


C’est une page peu glorieuse de la coutellerie industrielle haut de gamme puisque cela donna lieu à une procédure judiciaire aux Etats-Unis.

Procédure au demeurant parfaitement stérile dans la mesure où aucun des deux n’est resté en fabrication.

Le ZT 777 était clairement un démonstrateur technologique passionnant pour les collectionneurs et il semble que le Natrix, construit en très petite quantité par Microtech, ait seulement résulté d’une sorte de pari entre les équipes de Microtech et de Kershaw/ZT.



Toujours est-il que Kershaw propose une version d’entrée de gamme du modèle 0777 qui devrait contenter beaucoup d’amateur de . La principale critique qui a été émise, et qui me paraît recevable, lors de la sortie du est de ne pas avoir choisi une lame en acier 14C28N que Kershaw maitrise à merveille et qui est présent sur les chinois concurrents. Les amateurs de américains ont indiqué qu’ils étaient volontiers prêts à débourser 50 euros pour une telle configuration. Ce point de vue est en total accord avec le mien.



Le modèle 7007 Natrix est un compact à vocation d’ urbain dépourvu d’agressivité. Le mesure 11 cm fermé pour une longueur totale de 19,20 cm, une taille raisonnable ni trop petite ni trop grande.

La masse est de 82,20 grammes et ne guère de tirer votre pantalon vers le sol…

Le est doté du mécanisme d’assistance à l’ouverture Speed Safe qui se déclenche au moyen d’une pression sur un flipper. Le mécanisme est une grande réussite essentiellement ludique et qui contourne l’interdiction des mécanismes d’automatisation sur les (interdiction un rien trop sévère aux Etats-Unis en particulier…).





Le mécanisme a été testé deux fois par jour sur une période de 15 jours et tout fonctionne normalement. Disons que le mécanisme est ludique à défaut d’être totalement indispensable sur un .

L’architecture mécanique du Natrix est une version simplifiée du 0777 qui aurait été croisé avec le 0770 pour le Speed Safe. Les deux côtes sont en G-10 poncé ce qui donne une texture proche de celle du bois et force est de reconnaître que le Natrix est un beau pour une simple entrée de gamme. Du côté gauche on trouve le sub- qui fonctionne à merveille et bloque la lame de manière constante sans laisser subsister aucun jeu.

La fixation du système de verrouillage est effectuée par les deux vis du clip, mais en fait ce sont deux vis fixées sous le clip qui assure réellement la tenue du sub- renforcée par la dernière vis torx du manche. La tenue mécanique paraît très étudiée pour être durable.



En outre le sub- possède une bordure qui vient dans son ensemble prendre appui sur la côte en G-10 et qui empêche totalement de forcer en dégageant le verrou. Simple et efficace : cela sert de Lock Bar Stabiliser.

Du côté opposé la platine est très courte et se termine par une partie cylindro-ogivale à environ la moitié du manche. Cette platine tronquée correspond au mécanisme de torsion qui permet au Speed Safe de fonctionner.
 

L’ajustage et la finition sont très propres. Les éléments mécaniques sont intégrés dans les côtes au moyen d’évidements. Les côtes en G-10 possèdent une épaisseur de 3 mm approximativement, elles possèdent des formes complexes avec des rainures et des zones en creux. Le G-10 a été détouré de manière très propre, ce qui est un peu moins le cas de l’entretoise dont il est incertain qu’elle soit en G-10. On aperçoit une nervure centrale qui n’a pas été entièrement ébavurée et qui fait fortement penser à une pièce moulée en polymère.



Le manche possède une épaisseur de 7 à 8 mm avec des surfaces planes légèrement proéminentes sur les rebords extérieurs des côtes. La hauteur du manche est de 20 mm à l’aplomb du verrou, avec une partie arrière cambrée qui mesure 30 mm approximativement. La cambrure de ce manche permet de disposer d’une très bonne prise en main avec des mains de taille moyenne ou grande : on loge quatre doigts sur le manche sans difficulté.
 

Compte tenu de l’organisation générale du , la présence d’un quillon avant prolongé par le flipper en position ouverte était rigoureusement nécessaire en termes de sécurité.

La visserie torx paraît de bonne qualité avec des empreintes de clefs centrale bien nettes. Il est toutefois improbable qu’elle soit de meilleure qualité que celle des productions Kershaw d’entrée de gamme fabriquées aux Etats-Unis et qui peuvent s’avérer fragile si l’on démonte trop souvent le (ce qui n’est pas nécessaire pour un usage courant).

Le clip est assez saillant visuellement, mais il ne gêne nullement la prise en main du , en revanche il est franchement dur et possède une pointe recourbée qui est susceptible de déchirer une toile trop légère. En revanche pas de problème sur un bon vieux Jean.

La lame possède un profil géométrique qui est le croisement d’un Drop Point et d’un Wharmcliff orienté vers un usage utilitaire.
La lame mesure 87 mm avec un tranchant lisse utile de 84 mm dont la courbure peut laisser envisager le gain d’un mm environ.
 


La lame possède une épaisseur de l’ordre de 3 mm, elle possède deux rainures latérales destinées à l’alléger. Sa finition stonewashed est homogène et fort bien réalisée. La lame possède une rampe crantée de 15 mm environ qui permet de bien appuyer le pouce. Ce crantage modéré est suffisamment agressif pour être antidérapant sans être douloureux. La lame possède une hauteur maximale de 30 mm qui décroit progressivement en allant vers la pointe.



L’émouture est de type plate intégrale et donne naissance à un tranchant très coupant d’origine. On note toutefois que Kershaw a souhaité maintenir l’usage de l’acier chinois 8Cr13Mov qui est en cours d’abandon en Chine même au profit de l’acier 14C28N qui a été largement utilisé par Kershaw.   De manière générale, force est de reconnaître que cette lame est inférieure à celle réalisées en 420HC aux Etats-Unis et à l’ensemble des lames en 14C28N qui équipent les d’entrée de gamme des marques chinoises Real Steel et Ruike Knives.



Les consommateurs américains ont été unanimes à déplorer ce choix et estiment qu’un 7007 avec une lame en 14C28N vendu à 50 $ trouverait un très large public et je pense qu’ils ont raison…

On note que la lame possède un stop pin raisonnablement dimensionné, ainsi que l’axe de pivot et qu’il existe de part et d’autre de la lame deux rondelles en bronze phosphoreux.

Ce qui fait donc du 7007 un excellent doté d’un rapport qualité/prix imbattable.

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur