Sep. 16 01

Couteau Spartan Blades William Harsey Folder Black PVD

American Made Knife of the year 2016

  • Currently 4/5

Note : 4/5 (4 notes)

Le William Harsey Folder est une nouveauté de Spartan Blades qui a reçu le titre envié d’American Made Knife of the Year 2016 lors du Blade Show.

C’est un remarquable mais qui a été produit un peu trop vite en grande série pour satisfaire une énorme demande sur le marché intérieur nord-américain.
Initialement j’avais acheté une version stonewashed de toute beauté mais ajusté beaucoup trop serré, avec des tolérances de fonctionnement inexistantes tant pour le déploiement de la lame que pour l’engagement du .
En raison du déploiement difficile de la lame, le frame s’engageait à peine de 1 mm au talon de la lame et, lorsque je déployais la lame plus énergiquement, le frame se bloquait à mort au talon de la lame, si bien qu’à un moment donné j’ai dû utiliser avec douceur un décapsuleur pour débloquer le frame.
Après de nombreuses tentatives d’assouplissement de la platine sur plus d’une semaine, toujours rien, avec une fâcheuse propension à rester bloquée et à nécessiter une poussée conjuguée de deux doigts pour déverrouiller le frame.
 

En France, l’importateur de Spartan Blades est la maison Berthier, qui a été rejoint cet été par la Coutellerie Tourangelle où j’ai acheté mon William Harsey Folder.
J’ai donc fait appel au SAV de la Coutellerie Tourangelle, qui fonctionne pour le retour d’un défaillant avec un système de colissimo prépayé qui vous est envoyé par email et permet un retour très rapide du , sans frais de votre part, si vous disposer toujours de l’emballage d’origine.

Il s’est avéré que tous les Harsey Folder qui restaient en stock en finition stonewashed étaient très durs, voire même plus durs que mon exemplaire !!! J’ai décidé de persister avec la version Black PVD qui était encore en stock, légèrement plus chère que la version stonewashed. Donc, dans l’hypothèse d’un défectueux le SAV offert permet soit d’être remboursé intégralement, soit de disposer d’un avoir ou d’échanger avec un second opérationnel.

La leçon à retenir est que les de prix peuvent être défectueux (absence de contrôle manuel du réglage du dans mon cas particulier) et qu’il ne faut pas hésiter à faire fonctionner le SAV. Aux Etats-Unis Spartan Blades est réputé pour la qualité de son SAV et d’après différentes informations collectées sur les forums un certain nombre de Harsey Folder a fait l’objet d’un retour pour la raison invoquée dans ce texte.
 

 
Une fois réglé, le William Harsey Folder devient ce qu’il est, à savoir un d’une qualité exceptionnelle disposant d’un ajustage micrométrique ultra serré qui explique les déboires de la première série. Mais une fois cette question simple réglée, il devient un que j’estime capable de détrôner le en raison de qualités générales rarement rencontrées sur un même . Mon ressenti technologique est que le Harsey Folder est une parfaite alternative au Large 21 et 25.
Le se présente comme un fermant de grande dimension (sans être trop grand) avec 12,70 cm fermé pour une longueur totale de 22,60 cm lame déployée. Ce possède une masse de 166,92 grammes. Ce poids est très bien réparti et se fait totalement oublié une fois le en main.
 

 
Sur le plan technologique le Harsey Folder est un frame lock de type Integral Lock (RIL) modifié pour recevoir un Lock Bar Stabilizer de type Hinderer monté à l’intérieur de la platine de droite, a priori le disque et sa visserie doivent être en , puisque sur ce tous les éléments de visserie et d’assemblage sont en à l’exception du stop pin et de l’axe de pivot de la lame (et de la lame bien sûr…).

La platine possède une seule découpe interne assez large pour permettre au frame de disposer de la souplesse nécessaire. Lorsqu’il est correctement réglé ce frame fonctionne comme une horloge, et son retrait n’est jamais difficile. Par ailleurs le blocage de la lame est absolument parfait, il ne subsiste aucun jeu résiduel. L’engagement du verrou est constant dans le temps, c’est-à-dire qu’après un déploiement fluide de la lame, le verrou ne s’enfonce pas davantage lors de la prise en main du pour un travail de coupe.
 

 
Les côtes en possèdent une épaisseur de 4 mm, ces côtes possèdent un usinage CNC particulièrement  impressionnant avec deux zones de crantages sur le dessus et sur le dessous en bout de manche. La première zone mesure 30 mm et la zone située dessous 37 mm. On note que c’est dans cette zone que se trouve la découpe interne de la platine du verrou (du côté droit). Le manche possède une largeur de 14/15 mm. Contrairement au dont le manche est assez largement rectiligne, avec une ergonomie améliorée sur le modèle Large 25, le manche du William Harsey Folder possède un manche légèrement galbé vers l’arrière avec de nombreuses découpes ergonomique sur le dessous permettant un positionnement optimale de la main. Vers l’avant les côtes en (Ti6AL4V) ont subi une découpe qui correspond  à une sorte de quillon inférieur qui permet un dégagement latéral de l’index loin de la redoutable lame.
 


Au niveau des découpes ergonomiques, sur la partie proéminente de celles-ci la hauteur maximale atteint 28 mm, les découpes en creux pour le positionnement des doigts étant moins profondes, en revanche la partie arrière du manche, possédant un galbe, atteint 29 à 30 mm.
 

 
La version étudiée du Harsey Folder reçoit un traitement de surface qui est un Black PVD et qui le range définitivement dans le domaine des fermants tactiques. En français le procédé PVD est traduit par «  Dépôt Physique en phase Vapeur ». Il s’agit d’un procédé de revêtements de dépôts métalliques durs à partie de vapeur métallique ionisée. Le principe physique est le suivant, cette vapeur interagissant  avec certains gaz  ionisés va former une couche mince de composition déterminée sur le matériau cible. Deux technologies sont répandues la pulvérisation cathodique et l’arc cathodique. Avec la méthode de pulvérisation cathodique, la vapeur est formée par le bombardement de gaz ionisé sur une cible de métal. Spartan Blades utilise la « méthode de l'arc cathodique » qui consiste à générer un arc pour arracher du métal de la cible et évaporer la matière. Tous les processus PVD s'effectuent dans des conditions de vide poussé.
 



La température de dépôt pour les revêtements PVD est généralement comprise entre 250 et 450°C. Les revêtements peuvent être déposés en monocouche, multicouches et en couches graduées. Les couches minces de dernière génération sont des variations de couches nano-structurées qui permettent encore d’améliorer leurs propriétés. La structure du revêtement est adaptée pour produire les propriétés désirées en termes de dureté, d’adhérence, de caractéristiques de frottement, etc. La plage d'épaisseur de revêtements varie généralement de 2 à 5 microns, mais peut être également plus fine - quelques centaines de nanomètres - ou plus épaisse, 15µm ou plus.
 



Le nom commercial du revêtement utilisé par Spartan Blade est , selon Curtis Iovito, et le traitement est assuré par la compagnie à laquelle nous avons donc emprunté les descriptifs techniques sommaires du procédé. On note que Curtis Iovito et son associé Mark Carey sont devenus familiers des traitements PVD en travaillant sur le développement d’un nouveau fusil pour les forces spéciales avec un revêtement dénommé « Flat Dark Earth color » et par mimétisme technologique ils sont devenus la première compagnie de coutellerie à produire des utilisant le Flat Dark Earth PVD, qui paraît être un revêtement au carbonitrure de zirconium.
 
 
Le clip à deux positions Tip Up uniquement, mais c’est déjà bien : ce clip est en et reçoit comme découpe centrale stylisée une flèche. Ce clip est très bien fini, sa finition stonewashed est de très bonne qualité, et bien que je n’aime pas les clips ostentatoires et brillants je considère qu’il apporte une touche d’élégance. La rétention en poche est tout à fait satisfaisante le clip étant même un peu dur d’origine.
 
 
La lame est une lame typique des travaux de William Harsey qui est une figure bien connu de la coutellerie custom américaines. Si Spartan Blades lui fait l’honneur d’un fermant haut de gamme, il n’en reste pas moins vrai qu’il a effectué un certain nombre de custom collaboration avec Fantoni qui n’est malheureusement pas ou très mal distribué en France.

La lame est une géométrie Drop Point moderne avec un petit zest de recurve. Certains grincheux aux Etats-Unis ont considéré que cette lame était trop récurrente sous la signature de Bill Harsey et franchement ils ont tort !!! La lame possède deux washers en bronze phosphoreux, un de plus grand diamètre du côté gauche et un de plus petit diamètre du côté du : la fluidité est parfaite. Le talon de la lame comprend un usinage concave dans lequel vient prendre appui le stop pin comme sur les .
 
 
La lame mesure 10 cm avec un tranchant lisse utile de 95 mm. Elle possède une épaisseur de 4 mm avec une très bonne gestion de cette épaisseur qui en fait une lame très solide tout en disposant d’une pointe assez fine pour des travaux de précision, la lame possède une hauteur de 22 mm. Elle possède une rampe crantée très bien usinée et permettant de poser le pouce sans aucune difficulté (18 mm environ). Son émouture est de type plate intégrale avec l’obtention d’un formidable tranchant qui accroche très bien la matière, sans compter que je la trouve franchement superbe, mais il s’agit bien sûr d’un avis personnel et forcément subjectif. La lame est réalisée dans l’excellent acier Crucible CPM-S35VN.
 

 
Pour mémoire, je rappelle que le CPM-S35VN est un acier fritté qui a été développé en 2009 par Crucible en collaboration avec comme son prédécesseur le CPM-S30V. Les données techniques publiées montrent que le S35VN possède la composition suivante : 1,40% de carbone, 14% de chrome, 3% de vanadium, 0,5% de niobium et 2% de molybdène. Cet acier possède donc des carbures de vanadium, de niobium et de chrome.
 


L'adjonction de niobium permet selon Crucible d'obtenir une résistance accrue de 15 à 20% par rapport au S30V concernant les chocs (sollicitations mécaniques transverses). En revanche, les capacités de coupe des deux aciers données par l'indice CATRA sont identiques avec un indice de 145 (la base 100 est donnée par le 440 C, le test est une opération mécanique de coupe de cartons enduits de silice, dans ce test scientifique le 154 CM obtient seulement un indice de 125!!). Toujours selon Crucible pour des applications de coutellerie, le traitement thermique recommandé doit procurer une dureté comprise entre 58-61 HRC, Spartan Blades a retenue pour le Harsey Folder une dureté de 58/60 HRC.
 



 
Si l’on fait abstraction des défauts de jeunesse qui ont impacté la première série de William Harsey Folder et qui sont faciles à résorber, le apparaît comme doté d’une ergonomie supérieure aux Large 21 et 25 avec une qualité d’exécution au moins égale (j’ai donc eu l’occasion de voir les versions Stonewashed et Black PVD), sans compter une lame au moins aussi efficace.

Financièrement le William Harsey Folder reste un haut de gamme à l’instar des fermants , légèrement plus cher que le modèle 25, mais compte tenu des capacités de ce , on peut dire d’une part que la différence est mineure, et que d’autre part vous ne serez pas volé si vous choisissez ce modèle.
 

Ils ont lu aussi :


Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

Un magnifique couteau, que j'ai eu l'occasion d'avoir en main récemment. Je devais faire mon choix entre un Inkosi et celui là.
Je me suis décidé pour le Chris Reeve pour le côté "gentleman folder" plus discret, mais mon prochain achat sera ce Spartan. Tout simplement pour les raisons mises en lumière par Darksun: l'ergonomie exceptionnelle pour moi supérieure au Sebenza, la qualité de la lame tant dans le matériau que dans la forme et pour finir l'aspect général de l'outil: pur, efficace allant à l'essentiel.
Ayant de petites mains, je ne le sortirai pas au restaurant où il pourrait passer pour un tantinet agressif, mais pour des sorties "outdoor", pas de problème. Il prendra la place d'un ZT 0556 sans rougir et grillera la politesse à mon Sebenza 21 large.
Encore merci pour tes reports, définitivement déclencheur d'achats!

 


NIKO | Le Vendredi 02/09/2016 à 09:16 | [^] | Répondre

2 - Re: Merci Niko

Darksun

Bonsoir Niko,

et sincèrement merci pour ton retour d'expérience sur ma revue : j'aime beaucoup avoir ce type de feedback qui me conforte dans la ligne éditoriale de mes articles.

Tu as a fait un très bon choix avec l'Inkosi, et tu veras en utilisation le Harsey Folder est une incroyable mécanique, qui dépasse de loin mes attentes initiales après un premier contact un peu chaotique.
 

Darksun a donné 2 couteaux à NIKO

 


Darksun | Le Vendredi 02/09/2016 à 19:36 | [^] | Répondre

3 -

Ce n'est qu'un juste retour de choses entre amateurs éclairés.

Pour revenir au Spartan, la forme de la lame me rappelle le LFTi LUM de chez Benchmade, certes en forme tanto. J'aimais beaucoup la ligne du LFTi, mais j'ai été très déçu de son comportement sur le terrain. Il ne supporte pas le bâtonnage, la vis de l'axe de la lame se dévisse toute seule. Je sais qu'avec le Spartan, je ne serai pas déçu... il faut dire aussi que ce n'est pas le même niveau de fabrication non plus...!

 


NIKO | Le Samedi 03/09/2016 à 09:31 | [^] | Répondre

4 - Re: LfT Lumi

Darksun

Oui,

le LFTI est un très beau couteau que je possède aussi, il possède bien des qualités, mais il ne peut pas, effectivement, rivaliser avec le Spartan Blades Harsey Folder.

 


Darksun | Le Samedi 03/09/2016 à 10:47 | [^] | Répondre

5 - M. Darksun

 Encore un super CR sur un joli couteau et selon vos dires bien fais.

j'ai un point négatif, sur l'esthetique de ce couteau, qui me dérange....c'est, sur le côté gauche (1ere photo) cette "plaque" métallique en fin de platine.
a moins qu'elle a une utilité ??

sinon encore merci pour ton temps pour écrire ces CR techniques, pratiques, ludiques.....


Salutations

 


birdy1962 | Le Samedi 03/09/2016 à 22:55 | [^] | Répondre

6 - Re: M. Darksun

Darksun

Bonjour Birdy_1962,
Merci pour le retour, à titre d'exemple la rédaction de la revue finale sans parler des photos ni de l'insertion sur le blog de Guillaume et du traitement de la maquette pour publication en ligne, a durée cette fois pas loin de 6 à 7 heures, car en fait j'avais rédigé deux revues dont la première était celle du modèle stonewash.

La plaque que tu vois du côté gauche est une plaque de protection de l'emplacement du clip réversible qui est un évidement dans la côte en titane : on peut en fait la retirer si l'on estime le préjudice esthétique trop fort, mais je pense q'elle protège l'emplacement et surtout le filettage dans le titane, car absolument tout est en titane à l'exception du stop pin et de l'axe du pivot de la lame.
 

 


Darksun | Le Dimanche 04/09/2016 à 08:20 | [^] | Répondre

7 - Re: M. Darksun

 Merci de la réponse M. Darksun.
Whaou..je ne pensais pas que cela te prenais autant de temps pour un CR......
ce qui me fais te redire un GRAND MERCI pour celà.....


j'avais pensé a cette solution mais je n'étais pas sûr.

je préfereais une protection noir ou presque noir, sois en G10, en ti ou carbone mais bon.....cela rajouterais de la valeur à un prix déjà bien élevé même si correct au vue de la qualité.

encore merci et salutations

 


birdy1962 | Le Dimanche 04/09/2016 à 15:44 | [^] | Répondre

8 -

Bonjour Darksun,
J'hésite entre le Harsey Folder et le Akribis, du fait que j'ai des petites mains. Je sais qu'ils ne servent pas aux mêmes choses mais aurais-tu eu l'Akribis en main? Si oui, que peux-tu en dire?
Merci pour ton retour!
Cordialement.

 


NIKO | Le Lundi 05/09/2016 à 18:35 | [^] | Répondre

9 - Re:

Darksun

Bonsoir NIKO,

je n'ai pas eu l'Akridis en main il faudrait poser la question à Patrick-G qui a fait la revue excellente d'ailleurs.

Ensuite les deux couteaux ne sont pas totalement identique mais je sais que l'Akridis possède une très bonne réputation sur le marché US qui est vraiment impitoyable avec les médiocres...

Sinon dans un format compact tu peux essayer le Metis qui est un framelock équivalent en prix et en taille au Sebenza Small 21.

Il existe aussi un très bon Spartan Blades dont je prépare une revue qui est le Pallas : sa lame est très puissante mais c'est un button Lock avec des côtes en titane : il a été commercialisé en 2015.

L'Akridis me paraît compatible avec un usage sérieux sans emporter ma décision par rapport au Harsey Folder : mais c'est subjectif, forcément..

 


Darksun | Le Lundi 05/09/2016 à 19:34 | [^] | Répondre

10 - AKRIBIS...

 Bonsoir NIKO
L'AKRIBIS est de la taille du large SEBENZA, il est tres souple et facile d'utilisation, c'est vraiment un tres tres bon couteau, je lui prefere le SEBENZA INSINGO pour la geometrie de lame et aussi parce que je n'ose pas demonter le SPARTAN pour nettoyage, en situation plus "urbaine ou socilale" il est tres classe.
Bon choix dans tout les cas ,ce n'est pas un petit couteau mais dans de petites mains il s'adaptera parfaitement cordialement

 


Gilles | Le Lundi 05/09/2016 à 20:05 | [^] | Répondre

11 -

Merci pour ce retour Gilles. Les dimensions de l'Akribis font qu'il va faire doublon avec d'autres de mes belles lames, Large Sebenza en tête.
Quitte à faire dans le "Large", je vais mettre le Harsey Folder en tête de ma "wishlist".

 


NIKO | Le Mardi 06/09/2016 à 21:53 | [^] | Répondre

13 - Re:

Bonsoir Niko, tu as raison pour le choix par rapport à la taille, mais l'AKRIBIS est vraiment un très beau couteau d'un très haut niveau de qualité, en fait, moi j'aimerais vraiment avoir les deux... Mais bon financièrement il faut bien faire des choix... Pour l'instant j'attend pour demain l,Officer V4 de Sacha Thiel. Vivement demain ...

 


Gilles | Le Jeudi 08/09/2016 à 19:57 | [^] | Répondre