Mars 17 28

Couteau Spyderco C220GPGY Polestar

Un couteau d'entrée de gamme optimisé

  • Currently 4.3/5

Note : 4.3/5 (3 notes)

Le C220GPGY Polestar est une nouveauté 2017 qui marque le positionnement de la firme de Golden sur le segment des d’entrée de gamme.



Bien sûr, le Tenacious marquait déjà une telle stratégie, mais apparemment Sal Glesser a estimé nécessaire de relancer cette action.
Sur le plan de la genèse du , le Polestar est un travail de rétro-ingénierie qui prend comme base mécanique non le Tenacious mentionné mais le Raven de la gamme chinoise Byrd Knives, filiale de .
Il semblerait que le modèle Raven ait connu un certain succès et qu’il a été décidé d’en faire un à petit prix / budget à l’intérieur de la gamme .
Pour se faire le a été revu pour intégrer un thumbshole classique et une ergonomie optimisée, très familière aux utilisateurs de de la marque. Il s’agit toujours d’une fabrication chinoise pour comprimer au maximum les coûts mais pour le reste tout a été fait pour le rendre supérieur au Raven comme au Tenacious.

Le projet de Polestar remonte déjà à 2015 selon la documentation fournie par . Le a déjà reçu un très bon accueil aux Etats-Unis et je ne doute pas qu’il soit à l’avenir une pièce stratégique de la marque à l’Araignée.

Le Polestar mesure fermé 11,70 cm pour une longueur totale de 20,10 cm ce qui en fait déjà un outil sérieux. Sa masse est de 110 grammes ce qui est tout à fait correct.
Hormis pour la longueur peut être un peu grande pour être « civilement correcte », le Polestar possède toutes les caractéristiques d’un de qualité. L’architecture mécanique est tout à fait classique puisqu’il s’agit d’un système de type Liner Lock (Michael Walker Lock) avec une structure open frame, à la fois pour faciliter l’entretien, mais surtout pour ne pas rajouter une entretoise toujours un peu pesante.

Le comprend deux platines en inox qui possèdent une épaisseur similaire de l’ordre de 1,5 mm.
La platine qui fait fonction de verrou reçoit une seule découpe circulaire d’allégement dans la partie postérieure à la découpe permettant au Liner Lock de faire son débattement fonctionnel, en revanche dans sa partie supérieure parallèlement au verrou il existe une découpe en forme de trapèze. La contre-platine reçoit cinq découpes circulaires.
Tous les usinages sont réalisés de manière très propre. Le Liner Lock s’engage sur la totalité de sa surface d’appui au talon de la lame ce qui donne un verrouillage très solide, on note que ce verrouillage est toujours identique quelle que soit la vitesse de déploiement de la lame.

Après blocage de la lame, il ne subsiste aucun jeu vertical ou latéral : le Polestar est un très sûr. Le Liner Lock est cranté pour faciliter son retrait et la platine et la côte opposées sont largement découpées pour permettre un désengagement très facile du verrou.

Les côtes en G-10 possèdent 2 à 3 mm d’épaisseur en fonction du point où la mesure est effectuée.
Ce G-10 paraît translucide sur les bords ce qui est assez curieux, mais les côtes reçoivent un traitement de surface qui donne une texture légèrement râpeuse et bleue.
Ces côtes sont parfaitement détourées et donnent un bon grip en plus d’être esthétiquement très réussies.

Le manche possède une épaisseur de 10/11 mm pour une hauteur de 23 mm à l’aplomb du verrou.



Les platines et les côtes ont été usinées vers l’avant pour constituer un quillon inférieur de facture très classique et fort efficace.
La partie arrière du manche est galbée et il vient se caler naturellement au creux de la main : la prise en main est excellente avec des mains moyennes ou grandes.
La hauteur maximale du manche atteint 30 mm avant de décrocher pour laisser la place à une découpe ergonomique ou vient se positionner l’annulaire. L’axe de pivot et la visserie torx utilisée sur le manche présente des similitudes avec le Paramilitary-2 ce qui signifie que l’on est en présence d’un très solide.



Le clip est le fameux clip en forme de cuillère de . Il possède quatre positions ce qui est très bien. Franchement j’aurais apprécié un traitement de surface plus discret mais le niveau de finition est équivalent à celui de la production américaine. On remarque que la dureté est tout de même excessive, ce qui est vrai de quasiment tous les que j’ai pu examiner en 2017 : donc attention sur un tissu un peu trop léger…

La lame est réalisée en acier Carpenter CTS BD-1 déjà assez largement utilisé par pour les d’entrée de gamme. Le BD-1 est une sorte de super AUS-8 fabriqué aux Etats-Unis par l’aciériste Carpenter. La composition chimique du CTS BD-1 est donné par l’aciériste : carbone 0,86 à 0,95% ; phosphore : 0,040% ; silicium 1,00% ; molybdène 0,50% ; manganèse 1,00% ; soufre 0,030% ; chrome 15,00 à 17,00% ; avec une balance en fer de 79,48 à 81,58% puisque nous sommes en présence d’un acier.

Le BD-1 est fondu sous vide. Pour une application de coutellerie Carpenter recommande un traitement conduisant à une dureté de 58-60 RKC. En termes de performance, les tests de coupe CATRA (Cutlery and Associated Trades Research Association) donnent un résultat identique au meilleur acier 440C, avec une épaisseur totale de coupe de carton enduit de silice de 570 mm tandis que la résistance à la corrosion est similaire à un inox de type 410 très performant. Techniquement, le choix du CTS BD-1 est une excellente réponse à l’utilisation du 420HC ou encore du 14C28N et le fait que l’acier soit produit aux Etats-Unis est un indéniable plus.



La lame possède une géométrie en forme de feuille, elle possède une épaisseur de 3 mm. Sa longueur est de 85 mm avec un tranchant lisse utile de 81 mm ce qui est un excellent ratio. L’émouture est plate intégrale avec un tranchant ultra coupant d’origine.

La lame porte le monogramme de Sal Glesser et sa finition satinée est superbe. Le Roundhole mesure 10 mm de diamètre et la lame est montée avec deux rondelles en bronze phosphoreux qui permette un déploiement souple. Le stop pin est massif, par contre à son niveau le talon de la lame est rectiligne.
Une rampe crantée est usinée derrière le Spyderhole avec un appui efficace pour le pouce. La hauteur maximale de la lame atteint 32 mm. Les tests de coupe et d’ouverture d’emballage en carton renforcé montrent un très bon comportement du Polestar.

Avec le Polestar, introduit un d’entrée de gamme très réussi, dans une gamme où les modèles onéreux ont tendance à devenir omniprésents depuis trois ans. Le Polestar n’est en aucun cas un au rabais et vous ne serez pas déçu si vous décidez d’en faire l’achat.

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur