Jan. 12 22

Couteau Spyderco C95GP2 Manix 2 XL

Un Spyderco King Size

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (3 notes)



Le Manix 2 XL figure au catalogue de la firme de Golden pour l'année 1992. Il s'agit d'une version agrandie du Manix 2. Bien que n'ayant pas possédé d'exemplaire du Manix historique, je pense à partir de données trouvées sur le Net que l'on revient de manière approximative  à la configuration de ce premier Manix, avec un système de verrouillage modifié, en l'occurence le Ball Bearing Lock déjà utlisé sur la version ordinaire du Manix 2.
Le Manix 2 XL mesure environ 12,9 cm fermé pour 22,7 cm lame déployée. Il s'agit d'un utilitaire destiné à des travaux de coupe importants.

 

Le manche est construit autour du système Ball Bearing Lock conçu par Eric Glasser. Ce système a fait l'objet d'un brevet probablement en 2002, lorsqu'il est introduit sur le Dodo, puis sur le Phenix d'Howard Viele.

Cette première version du système utilisait des billes de fort diamètre, pas forcéent facile à manipuler lors de la fermeture du . Le mécanisme a évolué à partir du Pikal, dans la gamme du Martial Bladecraft, la bille a diminué de diamètre et s'est trouvée prise entre deux curseurs latéraux plus ergonomiques. Ces curseur sont réalisés en plexiglas.

 

 
Ce système de verrouillage fonctionne, à l'instar de l'Axis Lock, par l'appui d'une bille en l'occurence, sur un méplat usiné dans le talon de la lame. Le dispositif nécessite impérativement la présence d'une entretoise en acier sur le dessus du manche.

 

 
Cette entroise abrite le mécanisme Ball Bearing Lock et sert de pont d'appui supérieur à la bille qui est prise entre le talon de la lame et l'entretoise métallique. Le Ball Bearing Lock comprend une bille en acier prisonnière d'une tige guide et poussée en avant par un ressort en spirale

 


Le positionnement de la bille est guidé par les deux curseurs latéraux qui prennent appui sur les deux découpes cylindriques situées de part et d'autre du manche. Le verrouillage est trés puissant, dans la mesure ou la bille en acier est totalement incompressible.

 

 
Le mécanisme imaginé par Eric Glasser peut être considéré comme une variante simplifée de l'Axis Lock, avec un seul ressort contre deux ressorts Omega pour l'Axis Lock, la bille en acier dur remplace l'axe de verrouillage à translation linéaire du dispositif de .

 

 
Les platines son réalisées en acier inoxydable non ajourées par des découpes. Leur épaisseur est d'environ 1,5 mm. La visserie torx et l'axe du pivot de la lame sont renforcés de manière identique à ceux du Native 5. Le manche possède une épaisseur de 1 cm pour une hauteur variant entre 2,8 et 3,2 cm.
 
Le manche est ergonomique avec vers l'avant un quillon inférieur qui reçoit une zone de crantage, un peu abrasive sur 1,9 cm. A l'arrière, sous le manche, on constate l'existence d'une seconde zone de crantage encore plus agressive sur environ 4,7 cm.

 

 
Sur le dessus du manche, l'entroise en acier longue de 4,6 cm, reçoit un crantage sur environ 3,5 cm.
 
Les plaquettes sont en G-10 noir dans la norme des réalisations de en la matière. D'une manière générale on peut dire que même avec le mains mouillées il est quasiment impossible de perdre le contrôle de ce . La masse est de l'ordre de 140 grammes.

 

 
Le clip poli mirroir mesure 6,4 cm pour une largeur de 6 à 7 mm. Il est beaucoup trop voyant (comme sur le Native 5) et trop dur.

 

 
La lame possède la forme classique des produits . Elle mesure 99 mm de la pointe à la naissance du ricasso, avec une zone coupante de 88 mm. 
 

Le ricasso est cranté sur 1,2 cm avec une découpe permettant une prise en main avancée du .

 

 
L'acier utilisé est l'excellent CPM-S30V avec une dureté probable de 59 à 60 cm sur l'échelle de Rockwell. L'émouture est du type "Full Flat" avec un tranchant lisse trés (trés) coupant. La lame est épaisse de 3 mm, avec une hauteur maximale de 3,5 cm !
 

 
La lame possède une courte rampe crantée sur 1 cm pour le positionnement du pouce. Sur le côté droit de la lame on remarque un E stylisé correspondant au travail d'Eric Glasser.
 

 
En bref, pour environ 130 euros, un excellent , qui vient concurrencer au sein de la propre gamme le à lame en VG-10.
 

Ils ont lu aussi :



Mots-clés :

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

Je viens juste de recevoir mon manix2 (un standard avec lame en 154 cm). Je l'ai acheté pour tester cette nuance d'acier et (en même temps) le ball bearing lock:
1° impression sur l'ouverture/fermeture du coutal en question, c'est d'une douceur et d'une fluidité incomparable,rien à voir avec les liners et autres frames, c' est vraiment très souple ,un régal même.
Je donnerais un avis(peu éclairé)sur l'acier lorsque je l'aurais suffisament fait "souffrir". Mais pour l'instant, je dirais juste que c'est encore une bien belle bestiole que cette araignée!!!
J'ai profité de la ptite ballade de cet aprem du 13 pour tester la lame (j'ai aussi testé mon sebbie au passage, il est vraiment super, pas de perte de pouvoir de coupe malgré les frappes sur bois vert et sec).
Un super acier,il coupe toujours aussi bien même après un batonnage (si,si,j'ai "osé") sur du bois sec et du lierre de 4 à 5cm d'épaisseur, pas besoin de réaffilage,de la super qualité ce coutal

                                     

                                    

 


zeb | Le Dimanche 13/05/2012 à 00:18 | [^] | Répondre