Jui. 09 18

Couteaux Multilames Suisses

Pragmatisme et qualité helvètiques



     Bien qu'il eût été impossible que sujet ne fût déjà défloré dans ces pages, comment se passer de faire un jour une revue exclusivement consacrée à ces universellement connus, universellement utilisables et tellement utilisés qu’on n’y pense même plus, mon premier (snif) aujourd’hui perdu (re-snif), des qu’on manie jusque dans l’espace interstellaire, qu’on fait passer jusque sous ses "propres" ongles, en dépannage ou comme seul outillage, tellement variés dans leurs tailles et dans leurs équipements que chacun en trouve un adapté à sa poche, qu’il ou elle soit skateur, skieur, VTTiste, pompier, pêcheur, chasseur, automobiliste, voyageur à pied, marin de mer ou d’eau douce, à voile ou à moteur, mécanicien, informaticien, électricien, manucure, pique-niqueur, chirurgien en Afrique, aventurier de série télé ou citadin tranquille, espiègle écolier ou prudent vieillard, fou de ou pragmatique du minimum vital ?

 

Voici un exemple de ce dernier cas : un couple d’amis faisait le tour de l’Europe à pied. Il avait un de la série un peu plus grande et un peu plus ergonomique, avec un cran d’arrêt sur la grande lame. Son problème était l’affûtage, jusqu’à ce que quelqu’un, en Suède, lui préconise une pierre diamant, ce qui lui « changea la vie ». Un modèle assez basique, 6 ou 7 outils. Ils firent tout leur voyage, deux ou trois ans, avec ce . Et voilà : encore un de base, éprouvé sur le terrain.

 

Le premier intérêt du suisse réside dans la multiplicité de ses utilisations : sur un « suisse », une lame a une fonction, parfois deux, trois, voire quatre, établie(s) par le fabricant ; pourtant, j’éprouve un plaisir intense à utiliser mon suisse « à l’improvisade », comme disait Cyrano, pour tout autre chose que ce pour quoi il a été conçu. J’ai ainsi utilisé le décapsuleur d’innombrables fois comme levier (presqu'aussi fort qu’un tournevis pour les pots de peinture) et une fois pour resserrer (sous la pluie) l’écrou de 8 de l’essuie-glace inerte de ma R16, lequel reprit ensuite ses va-et-vient le plus naturellement du monde. J’ai utilisé le dégorgeoir-écailleur à poisson comme levier, comme scie sans bavures pour matière tendre et comme tige effilée et inoffensive pour trier de très petits objets. Le cure-dent comme pic à apéritifs, le tire-bouchon pour extirper des trucs dans des coins et, mon chef-d’œuvre, la loupe à la place d’un monocle ;-).

 

Autre indéniable qualité du suisse, son prix. Cet aspect des choses tellement essentiel dans la marche du monde doit-il toujours être occulté ? Le suisse n’est pas cher relativement à ce qu’il offre. Un de soldat suisse (4 outils, 8 fonctions) vaut pécuniairement deux , un d’officier (8 outils, 12 fonctions) à peine deux Douk-Douk. Sans compter que la réalité dépasse quelquefois l’imagination : mon épouse a l’autre jour acheté le Wenger présenté ici pour… trois baguettes de pain !

      En outre, le suisse est fabriqué avec je ne sais quel acier inoxydable, tellement inoxydable que son entretien est minimal et que, s'il ne se démonte pas puisque ses axes sont des rivets, il se lave à grande eau sans aucun mal. On peut même le décrasser sous l'eau avec une brosse à dents et du produit vaiselle (voir posts ci-dessous pour les détails).

 

Procédons à l’étude détaillée. Pour ce faire, je présenterai ici trois modèles des deux marques les plus célèbres de suisses multilames :

-           celui avec les plaquettes noires est un , modèle évolué du «  d’officier suisse » à six lames, celui-ci en a 15 pour 23 fonctions, le plus complet du marché en 1978 (L.91 x l.26 x e.25 mm et 145 g environ) :

 

 

 

-           celui avec les plaquettes en aluminium est le  «  du soldat suisse », 4 lames pour 8 fonctions (L;93 x l.22 x e.10 mm et 65 g environ) :

 

 

 

-           celui avec les plaquettes translucides rouges est un Wenger, également du type «  d’officier suisse », 6 lames pour 9 fonctions (L.85 x l.27 x e.13 mm et 45 g environ) :

 

 

 

 

Eléments communs :

 

1)      La GRANDE LAME

D’abord faite pour manger.

 

 

 

Mais aussi pour ouvrir le courrier et pour tous les usages habituels d’une lame de cette taille (6,3 cm pour le rouge, 6,8 cm pour le noir et 6,9 pour l’aluminium qui est doté de la plus longue et de la plus large lame entre les trois). Attention cependant : PAS DE CRAN D’ARRÊT, donc usage limité.

La « grande » lame d’un suisse reste malgré tout une petite lame et ne remplace pas une lame plus conséquente. C’est une grande lame de dépannage, qui permet de couper du pain, d’étaler dessus diverses matières alimentaires, couper de la viande, tailler des bouts de bois, etc, mais elle n’est pas aussi à l’aise qu’une lame de 7,5 à 9 cm, qui est la longueur de lame des pliants habituels.

 

2)      Le DECAPSULEUR, le GRAND TOURNEVIS et le DENUDE-FIL




      Une belle combinaison : décapsuleur, grand tournevis, dénude fil électrique.

Les trois fonctions sont efficaces, avec une mention pour le décapsuleur, car les deux autres ont la limite du cran forcé pour le grand tournevis et celle de ne compter qu’un seul diamètre (fil électrique courant, si j’ose dire) pour le dénude-fil.

J’ai remboîté la clenche en plastique de ma 106 avec ce grand tournevis, et je dois dire qu'il eût été fâcheux de ne pouvoir ouvrir la portière de l’extérieur.

 

3)      L’OUVRE-BOITE et le PETIT TOURNEVIS

Le (à gauche) est couplé à un petit tournevis plat, le Wenger (à droite) est seul. Les deux profils sont efficaces.

 


On utilisera, sans grande surprise, le petit tournevis pour les petites vis, mais tout de même pas minuscules. Pour les vis de lunettes, il existe chez  depuis déjà des années un mini tournevis qui se loge ingénieusement dans le tire-bouchon.

 

4)      Le POINCON-ALESOIR

Remarquablement efficace. Surtout celui du «  de soldat suisse », car il est à la place de la petite lame, bien plus maniable qu’à côté du tire-bouchon.


 

Le poinçon du Wenger n’est qu’un instrument pointu, et n'a pas la fonction de l'alésoir qui permet de découper un peu de matière pour régulariser le diamètre du trou qu’on a créé en perçant.

 

5)      Le TIRE-BOUCHON

Inutile à ceux qui ne boivent pas de vin, si ce n’est pour leur rappeler que les cochons ont la queue hélicoïdale :



On aura remarqué que le modèle du soldat suisse en est démuni : en Suisse, pas de vin pour les troupes !

 

6)      Le CURE-DENT

Aaah, ça fait du bien quand le petit bout de nourriture coincé entre les dents est extirpé… enfin !

Indispensable.
      Sur la photo, on voit en haut celui du noir, en bas, celui du Wenger rouge.



A noter, l'extraction avec l'ongle se fait à l'extérieur des plaquettes sur le noir :



et à l'intérieur des plaquettes sur le rouge :


 

7)      La PINCE A EPILER

Soyons clair : pour s’épiler, il y a mieux. Je ne connais pour le moment personne qui ait tenté cet exercice avec un tel ustensile. En revanche, en cas d’écharde ou d’épines, c’est providentiel.

On remarquera les conceptions et les tailles différentes ; ainsi, les petites tout en métal extraction à l'intérieur est la solution de Wenger, les plus grandes avec un sertissage en plastique et extraction à l'extérieur sont de .

 

8)      Les ANNEAUX DE SUSPENSION

 


      Seul le modèle du soldat suisse n’en a pas, non plus que de trou pour y passer la moindre cordelette…
      Incompréhensible.

      Elément particulier au Wenger rouge :

   9) La LIME A ONGLE - CURE ONGLE



    
Ridiculement petite (22 x 6 mm).


Eléments particuliers au gros  :

 

10)      La PETITE LAME

La petite lame existe en tant que telle sur le à plaquettes noires, tandis qu’elle est remplacée sur celui à plaquettes en aluminium par un  poinçon, ou par une petite lime à ongle sur le Wenger rouge.

 

 

Cette petite lame  de 4 cm remplace très correctement un cutter :

 

 

 

Pour tailler avec une bonne précision dans papier, bois et autres matériaux relativement tendres, ouvrir des cartons d’emballage, etc. Maniable car près du pouce et très visible pour un droitier, peut-être moins pour un gaucher, je ne sais pas.

 

11)  Le TOURNEVIS CRUCIFORME




      Je trouve ce tournevis remarquable. Je n’ai jamais trouvé, même parmi les « vrais » tournevis, un cruciforme qui s’adapte aussi bien à toutes les tailles de vis, qu’elles soient assez grosses

 

 

 

ou assez petites

 

,

 

la tête de cet outil vient à merveille épouser celle de la vis, sans jeu. Seule réserve : une fois que je forçais sur une vis récalcitrante de patin à glace, le cran forcé a lâché et je me suis ouvert le doigt, non sur la lame de patinage, mais sur l’acier du . Toujours la même rengaine sur le manque de cran : ça craint.

 

12)  La SCIE

Très efficace, certes limitée par sa longueur réduite, mais ça coupe correctement jusqu’à, disons, 2 cm d’épaisseur de bois, avec un peu de courage. 


En précisant au préalable qu’il ne s’agit guère d'encourager un tel comportement, je me souviens d’un camarade de classe qui s’était amusé comme un petit fou à couper la planche de sa table – de classe également – à l’aide d’une telle scie. Pour la petite histoire, s’étant fait prendre, il ne s’en tira point sans punition.

Donc, une scie très efficace.

Un chirurgien qui opéra en temps de guerre en Angola nous livre un témoignage triste et beau (anecdotes officielles de ) : « Durant six mois(…), j’ai procédé au moins à six amputations avec cette scie de  », le temps pour lui de recevoir une vraie scie de chirurgie. Le a seulement perdu ses plaquettes en plastique pour avoir été désinfecté à l’eau bouillante.

 

13)  La LIME-SCIE A METAUX

L’outil dont je me suis le moins servi, mais quand même un peu. Ca marche, mais je ne puis en dire plus, sauf que je ne suis pas sûr que cet outil soit en inox, ou du même inox que les autres, car elle est un peu piquée de rouille, ce qu'on voit un peu sur la photo.

 

14)  Le DEGORGEOIR-ECAILLEUR

C’est un outil pour la pêche, pour retirer, je crois, l’hameçon de la bouche du poisson et, plus tard, les écailles désagréables au palais. Il est muni d’une petite règle graduée en pouces d’un côté, en centimètres de l’autre, afin de vérifier, en mesurant la taille de la prise, si l’on doit la remettre dans son élément naturel ou dans sa nasse. Ces usages ne me concernent pas et n’ai pu en vérifier l’efficience.



De plus, il s’agit d’une vraie petite règle, bien rectiligne et bien graduée, utilisable comme telle au bureau.

 

15)  Les CISEAUX

De la taille de ciseaux à ongle

 

ce pour quoi je les utilise systématiquement depuis 25 ans, ce ne sont donc point des cisailles ni même des ciseaux de mercière. Mais ça peut dépanner, et plus souvent qu’on le pense : un fil qui dépasse, un bout de scotch, un cordon, une petite découpe de papier, un vêtement à ajuster en voyage, on est alors content d’avoir des ciseaux plutôt qu’une simple lame de . Mais sur les , les ciseaux (et la petite pince qui équipe certains modèles) a un ressort assez fragile qui casse à l'usage, et s'il faut que je change celui qu'on voit ici, je les ai tels quels employés pendant des années.

 

16)  La LOUPE

A mon âge, j’en perçois mieux l’intérêt que quand j’étais plus jeune. Le grossissement est assez fort, on peut déchiffrer des inscriptions illisibles à l’œil nu (à mon œil nu, dont l'acuité est normale) ou voir de sacrés détails (photo sans trucage) :

 



 

Néanmoins, pour la lecture, la surface de la lunette est trop petite.

Enfin, je n’ai jamais réussi à faire partir un feu avec cette loupe là : ça fume, et puis c’est tout. Ne faisait-il pas assez chaud ? Mais peut-être certains parmi vous me contrediront.

   17) Le PETIT TOURNEVIS
      Tiens, on en a déjà parlé, non ?
      Eh non ! Voici l'AUTRE petit tournevis ! Entre le tire-bouchon et le poinçon, il a la même largeur et la même épaisseur que celui de l'ouvre-boîte
 


tellement super pénible à utiliser qu'il ne m'a jamais servi. Il ne faut jamais dire jamais, ouais, mais bon, il y a des limites à l'inutilité : pourquoi ce deuxième petit tournevis ? Parce qu'il n'y a pas de réponse ! 
       Je ne lui trouve qu'un seul usage : puisqu'il est inutile, on peut le sacrifier !

 

CONCLUSION

 

Mettons-nous d’accord : le suisse est une remarquable boîte à outils d’appoint ou de dépannage, mais n’offrant jamais vraiment les performances et la satisfaction d’outils véritables, et quoique leur qualité les dote d’une efficacité suffisante pour un office occasionnel, j’émets les réserves suivantes par rapport à un outil « normal » :

-               pour un résultat identique, l’outil du suisse réclame plus de temps,

-               la précision et la maniabilité sont moindres,

-               une solidité moindre et donc une confiance et une force applicable moindre, notamment à cause du fait qu’il n’y a pas de cran complet.

Pour bien illustrer cette idée, je reprends l’exemple de ce chirurgien en Angola : il a fait « au moins » six amputations, mais pas cinquante ou cent comme en est capable une vraie scie. La preuve en est que quand une vraie scie lui revint dans les mains, il n’utilisa plus celle de son
      Un multitool moderne a un cran complet sur tous les outils et de ce point de vue me semble un outillage d'appoint supérieur au suisse ; mais primo j'en parle sans les avoir utilisés (les multitools), secundo le suisse est vraiment regardé comme un objet très sympathique car tout le monde reconnaît son utilité et qui aurait l'idée incongrue de le considérer une arme ? A 11 ans, j'en reçus un de mes parents.
     

J’avais lu un jour que le suisse était sans doute le meilleur de survie. En milieu urbain d’une civilisation industrialisée c’est possible, mais en milieu naturel, pour un Massaï, par exemple, quelle est la place du décapsuleur, du tournevis cruciforme, du tire-bouchon et de l’ouvre-boîte ? Le suisse est donc un compagnon universel dans un monde de plus en plus urbanisé, un compagnon adapté au milieu urbain. Il réprésente le pôle opposé au fixe, lequel est adapté au milieu naturel.

      Les suisses sont aujourd'hui tellement variés que n'importe qui peut y trouver son compte, et s'il ou elle ne sait lequel choisir, qu'il lui suffise d'étudier les catalogues de ces deux marques, par exemple, pour voir que les modèles sont extrêmement variés : tailles, outillages, formes et matières des manches, et même, depuis peu, tailles et formes du principal outil qui est la grande lame ! donc, quelle que soit son activité, chacun(e) trouvera un  suisse qui lui convient.

      En définitive, il en faut un, forcément, à portée de main !



Mots-clés : ,

Découvrez l'auteur


Commentaires

1 -

leonidas

Je n'ai personnellement jamais quitté mes petits suisse depuis que je les ai acquis dans les années 80, date à laquelle Mac Guyver en vantait les mérites. Bien plus qu'un couteau, un outil ! Merci Nicolas de cette revue plus que complète qui nous rappelle que l'essentiel tient dans le creux de la main.

 


leonidas | Le Samedi 18/07/2009 à 17:56 | [^] | Répondre

2 -

Tuan Grand Merci pour cette rafraîchissante revue !

C'est vrai qu'il manquait ici un sujet pleinement dédié à cet incontournable petit multi-outils.

Pour ma part une humble contribution incarnée par mon Victorinox Cybertool accompagné de son clône version papier (plié d'une seule feuille sans découpe ni collage, recto rouge verso blanc).



grandmerci67

 


Tuan | Le Samedi 18/07/2009 à 17:57 | [^] | Répondre

3 -

Revue très sympathie merci pour cette sympathique idée. Par contre utilisant moi même en EDC (entre autre) un cybertool, je rencontre un petit soucis car les éléments sont devenus durs à ouvrir :( Sauriez vous comment remédier à cela? (Car passer 10mn pour sortir le décapsuleur pour une bière ça fait un peu long :()

Merci encore pour la revue.

 


canard66 | Le Samedi 18/07/2009 à 19:06 | [^] | Répondre

4 - Re:

leonidas Bonsoir Canard et bienvenue un peu d'huile W40 au milieu des lames, laisse agir 5 minutes et aprés les avoir actionné toutes, cela devrais sensiblement en augmenter le confort à l'ouverture ;)

 


leonidas | Le Samedi 18/07/2009 à 19:51 | [^] | Répondre

5 - Re:

Guillaume Mets de l'huile type "3-en-1".

Si rien n'y fait : eau chaude produit vaisselle pendant la nuit, brosse le lendemain matin. Séchage au sèche-cheveux, re-huile ! Et cela devrait fonctionner...

 


Guillaume | Le Samedi 18/07/2009 à 19:52 | [^] | Répondre

22 - Re: Nettoyage !

Nicolas Oui, j'ai oublié l'indispensable chapitre sur le nettoyage :
- pleinement d'accord avec Guillaume, l'avantage de leur acier inox est de pouvoir tout nettoyer à grande eau,
- mais attention à ne pas commettre la même erreur que moi qui avait plongé le couteau dans l'eau bouillante pendant un quart d'heure. Résultat : les plaquettes se sont déformées et ont sauté (v. le topic EDC). Cela dit, les remplacer est facile et bon marché (les commander à un revendeur).


 


Nicolas | Le Jeudi 23/07/2009 à 12:46 | [^] | Répondre

6 -

Merci pour vos conseils je ferais ça dès demain ;)

 


canard66 | Le Samedi 18/07/2009 à 20:33 | [^] | Répondre

7 -

pierobin Bravo pour ton article très détaillé ! Très sympa !

J'ai acheté il y a quelques mois le nouveau couteau du soldat :



Celui-ci est plus grand et plus gros que l'original. Il a une bonne prise en main et possède deux crans d'arrêt : un pour la lame principale et l'autre pour le grand tournevis. Le nouveau design et la couleur kaki du manche est plutôt agréable à l'oeil, je trouve.
C'est un bon couteau relativement polivalent pour un usage de tous les jours. Le tout nouveau spyderhole sur la grande lame est une belle avancée pour la marque. Il fonctionne correctement mais ne vous attendez pas non plus à la fluidité d'un skirmish...
Les deux seuls hics pour moi : l'emplacement du tournevis à la place du tire-bouchon. C'est pas très pratique et bien souvent quand une vis est placée trop près d'un mur ; c'est de suite la grosse galère...
Et la lame crantée au bout, c'est pas top. Ca coupe plutôt bien mais bon je trouve pas ça génial pour un usage polivalent. Je comprends pas trop d'ailleurs pourquoi ils ont rajouté ces dents ?... Surtout au bout de la lame. En plus ça rend l'aiguisage assez chiant.

 


pierobin | Le Dimanche 19/07/2009 à 10:35 | [^] | Répondre

8 - Re:

hello à tous (je ferai à l'occasion une présentation),
belle revue  de Guillaume sur les petits suisses -

Je rajouterai juste une comparaison victorinox/wenger (qui ne forment plus qu'un maintenant) au niveau des ciseaux et accessoires

- les ciseaux des wenger me semblent plus performants et plus robustes : plus performant du fait de la denture des deux lames formant les ciseaux (la contrepartie est évidemment un difficulté pour l'affutage), plus robustes  par la présence d'un ressort plus costaud que sur les victorinox ( j'en ai cassé quelque uns, il est facile de s'en procurer de nouveaux mais la mise en place n'est pas des plus aisée).

- les accessoires : brucelles et cure-dent sont mieux conçus chez victorinox - sur le wenger, j'ai remarqué une nette propension de ces accessoires à vouloir jouer les filles de l'air, ceux des victorinox restant plus facilement en place. Pour l'efficacité la taille supérieure chez victorinox en favorise l'usage.

 


stancaiman | Le Dimanche 19/07/2009 à 13:11 | [^] | Répondre

9 - Re:

Guillaume Salut Stan' ! Content de te voir ici et merci pour ces précisions !

 


Guillaume | Le Dimanche 19/07/2009 à 13:16 | [^] | Répondre

23 - Re: Suisse ergonomique.

Nicolas Merci, Pierobin. 
Pour ma part, dans les suisses à profil ergonomique, j'ai une nette préférence pour la série de Wenger : plus variés, mieux étudiés, plus ergonomiques.

 


Nicolas | Le Jeudi 23/07/2009 à 12:48 | [^] | Répondre

10 -

Blue Dog Superbe article !

Comment se fait-il que je n'aie pas encore de couteau suisse?

 


Blue Dog | Le Dimanche 19/07/2009 à 22:28 | [^] | Répondre

13 - Re:

Bart  On se cotise pour offrir 1 sak à l'ami Blue Dog et réparer cette infamie!?

 


Bart | Le Mardi 21/07/2009 à 12:10 | [^] | Répondre

14 - Re:

Blue Dog Hola Hola! Il n'est point question de cotisation;

je me demandais juste pourquoi au milieux de tant de couteaux, je n'avais pas encore eu l'idée de m'en procurer un (moi qui ai regardé tout les épisodes de !

 


Blue Dog | Le Mardi 21/07/2009 à 12:19 | [^] | Répondre

15 - Re:

Bart C'était une boutade! Sauf pour l'infamie!
C'est étrange pour un grand bricoleur comme toi! Je m'attendais à ce qu'au contraire tu en ais une armée entière!

 


Bart | Le Mardi 21/07/2009 à 12:33 | [^] | Répondre

16 - Re:

Blue Dog , en fait le voilà mon "couteau suisse"

 


Blue Dog | Le Mardi 21/07/2009 à 12:43 | [^] | Répondre

17 - Re:

Bart Mdr! Je suppose que tu as un étuis ceinture pour tout ça!

 


Bart | Le Mardi 21/07/2009 à 14:40 | [^] | Répondre

28 - Re:

Nicolas Blue Dog, il te faut un couteau suisse.
Ou, à défaut, et qui te conviendrait d'ailleurs mieux, un multitool.
Le multitool est nettement plus marqué "technique" que le couteau suisse, qui est plus bonhomme, qui passe toujours assez bien, jusqu'à parfois vous faire regarder comme un homme surprenant, prévoyant et sympathique.

 


Nicolas | Le Jeudi 23/07/2009 à 21:10 | [^] | Répondre

11 - La queue helicoidal !

Très belle revue bien sur, un comparatif exhaustif de tous les formats de SAK n'étant pas possible, c'est un  bon début., si je ne devais avoir qu'un couteau, ce s'rais dur, mais ce serait un officier suisse.

Par contre je tiens à préciser que la terminaison caudale de la colonne vertébrale des cochons est, et a toujours été, raide comme un I, (meme si il est vrai qu'ils ont la queue en tire bouchon - ... l'autre-)

 


| Le Lundi 20/07/2009 à 16:52 | [^] | Répondre

29 - Re: La queue helicoidal !

Nicolas Droite ou en tire-bouchon, on y revient toujours... Ah les gros cochons...

 


Nicolas | Le Jeudi 23/07/2009 à 21:15 | [^] | Répondre

12 -

Bart Merci Nicolas de cet revue de couteaux fort utiles et que personnelement j'adorre!

Le couteau suisse est surement le couteau le mieux accepté et celui qui est le plus vu comme un outil enfin une caisse à outils plutôt!

Je me rappel mon père qui avait au moment en horreur ma collection de couteaux (les choses n'ont que peu évoluées) qui m'a dit qu'a son sens le couteau suisse était le seul qui était vraiment utile (aujourd'hui il n'en démord pas encore tout à fait mais plusieurs fois il a était content de pouvoir m'emprunter un couteau le temps d'une coupe).

J'addore mon swisschamp qui m'a était offert a mes 21ans (signe du passage à l'âge adulte), il y a très peu de fonctions que je n'ai pas utilisé sur mon couteau (j'adorre la pince et la scie) (je me souviens que la loupe m'avait servi durant un examen blanc su run document peu visible et mon sak était à 2 doigts de faire le tour de la salle) et les outils sont vraiment de bonnes qualités et j'ai constaté il y a peu que la qualité est resté la même entre 2 victorinox swisschamp séparer par plus de 15ans!

Mon grand-père avait un victorinox, mon père a un victorinox, ma mère a un victorinox, machère et tendre a un victorinox, et moi j'ai aussi un victorinox (enfin des)!

J'aime beaucoup aussi le soldier dont la lame est plus généreuse, le poinson différent, et surtout des crans plus fort!

Il faudra que j'essai wenger et ce sera le new ranger mike horn dès qu'il sera dispo!

 


Bart | Le Mardi 21/07/2009 à 12:08 | [^] | Répondre

86 - Re:

J'adore le Swisschamp...J'ai craqué il y a deux jours et il m'a déjà rendu maints petits services....J'aime beaucoup l'épingle dissimulée près du tire-bouchon, la pince et les scies.....Bref un petit craquage peu onéreux et très utile....

 


perceval2 | Le Dimanche 06/09/2009 à 21:48 | [^] | Répondre

87 - Re:

Bart C'est tellement pratique en effet que ce n'est pratiquement pas du craquage.
C'est de la curiosité mais bon...dans qu'elle couleur l'as-tu pris?

 


Bart | Le Dimanche 06/09/2009 à 22:04 | [^] | Répondre

88 - Re:

 En noir comme le tien...c'est vrai que ce n'est sans doutes pas du craquage.... mais je louche déjà sur d'autres modèles...mais le swisschamp est tellement complet que je me demande si j'utiliserais d'autres modeles...

 


perceval2 | Le Dimanche 06/09/2009 à 22:19 | [^] | Répondre

89 - Re:

Bart Le problème avec le swisschamp c'est le poids et l'encombrement au quotidien, certains le trouve trop épais en main.
Comment le portes-tu? étuis? chainette?

 


Bart | Le Dimanche 06/09/2009 à 22:27 | [^] | Répondre

90 - Re:

 A vrai dire je le trouvais trop épais quand je l'ai eu en main avant de l'acheter, mais je l'ai pris quand meme et je me suis déjà habitué (en deux jours), et je n'ai pas de grandes mains... Pour le port, ni étui ni chaînette, je le mets dans ma poche droite et le poids et l'encombrement ne me gênent pas plus que cela (ceci dit je ne l'ai pas encore testé dans toutes les situations mais uniquement en ville...il est vrai que lors d'activités un peu moins calmes le poids et la taille pourraient etre un probleme...et voila une bonne raison de craquer sur un "petit frère" ) ....En tous cas pour des activités relativement calmes : aucun problèmes....et sa taille est a mettre en relation avec l nombre impressionnant de fonctions qu'il fournit. Mais il est clair que je ne le prendrais pas pour des activités plus sportives (par contre il me semble plutot pas mal pour la randonnée...)

 


perceval2 | Le Dimanche 06/09/2009 à 22:54 | [^] | Répondre

91 - Re:

Bart En extérieur avec un fixe moyen c'est top! Je crois d'ailleurs que c'est la solution adopté par Anzio.

 


Bart | Le Dimanche 06/09/2009 à 23:00 | [^] | Répondre

18 -

cardoso5fr J'en ai je ne sais combien et ils me servent que rarement (d'ailleurs je ne sais même pas ou est la moitié...) je leur préfère maintenant les tool.
Mais c'est une magnifique review.

 


cardoso5fr | Le Mardi 21/07/2009 à 21:36 | [^] | Répondre

19 -

Nicolas

Merci, merci pour tous ces commentaires très sympathiques et les précisions de chacun. Je dois dire que j'ai passé du temps pour faire cette revue.
Je voudrais juste faire un dernier commentaire : s’il y a d'innombrables imitations du couteau suisse, je me permets ce conseil de ne jamais se contenter d'une copie minable dont on regrettera l'achat dès la première utilisation (mauvais ajustement des pièces, mauvaise qualité des aciers, mauvaise finition des outils, aucune fiabilité). Pour quelques euros de plus, en choisissant une des deux marques présentées ici, on aura selon mon expérience de la très bonne qualité ; d’ailleurs vos commentaires corroborent mon sentiment. Le couteau d'officier suisse de base (6 lames) vaut le prix de deux ou trois Opinel, ne pèse rien dans la poche et son équipement n’est pas classique pour des prunes : ses outils sont vraiment très utiles et fiables.
Il n’y a aucune raison de se priver de cette qualité.

Je n'oubie pas les marques qui font des couteaux miltilames de grande qualité (de ce j’en ai lu, car je les connais pas), mais qui peuvent être plus onéreux, avec des variétés dans les tailles, la matière des manches et un peu dans la conception des outils, parfois avec des systèmes de cran d’arrêt sur une ou plusieurs lames :

 

-          Coursolles,

 

-          Bargeon,

 

-          Mongin,

 

-          Mauser,

 

-          Puma,

 

-          Aitor,

 

-          quelqu’un pourrait-il compléter cette liste ? Tuan ? Guillaume ? Tout le monde ?

Merci encore à tous pour vos post chaleureux et encourageants.

 


Nicolas | Le Jeudi 23/07/2009 à 11:15 | [^] | Répondre

20 - Re:

 Leatherman....bon c'est plus cher évidemment....  

 


perceval2 | Le Jeudi 23/07/2009 à 11:23 | [^] | Répondre

21 - Re:

Bart Si on part dans le tool il y a également:

-Bear & Son USA
-Beretta
-Boker
-Byrd
-CRKT
-Gerber
-IDL Tools
-Remington
-Smith&Wesson
-SOG
-Spyderco
-Superknife
-Swiss Tech
-Tool Logic
-Winchester
-Wrangler

Sinon en couteau multi-lames style trappeur américain il y a aussi:

-Browning
-Buck
-Camco
-Carl Schilieper German Eye Cutlery
-Case
-Cold Steel
-Colt
-Hen & Rooster
-Marbles
-Queen Cutelry Company
-Rough Rider
-Shrade
-United Cutelry
-La marque aux 2 cygogne qui se regardent (je ne me rappel pas le nom mais c'est ça le logo blanc sur fond noir)

En swiss-like il y a aussi le réglementaire US d'époque Camilus

En multilames pic-nique:

-Baladéo
-KaBar
-Tatou

En couteau-suisse il ne faut pasoublier les aujourd'hui très rare Victoria (autrefois Victorinox était la marque pour les lames inox et Victoria pour les lames carbone)

ps: Liste non-hexaustive

 


Bart | Le Jeudi 23/07/2009 à 11:47 | [^] | Répondre

24 - Re:

Nicolas Je ne parlais pas des tools, seulement des multilames.

 


Nicolas | Le Jeudi 23/07/2009 à 14:06 | [^] | Répondre

25 - Re:

Autant pour moi.... j'ai tendance a les mettre un peu dans le meme sac...meme si ils sont assez differents en fait....Bel article en tous cas qui reflète bien le charme de ces couteaux tellements utiles et sympathiques et qui m'a fait ressortir mon "officier suisse" que j'avais délaissé un petit temps au profit de Spyderco et autres....

 


perceval2 | Le Jeudi 23/07/2009 à 17:03 | [^] | Répondre

26 - Re:

Nicolas Merci, Perceval2, cela fait chaud au coeur quand on donne envie de retoucher à des lames qui nous semblent si évidentes qu'on n'y fait plus attention. Mon gros Victorinox noir me suit dans tous mes voyages, je me devais de lui rendre cet hommage.

 


Nicolas | Le Jeudi 23/07/2009 à 20:15 | [^] | Répondre

30 -

xavier Belle revue Nicolas
Les petits suisse ont été pour moi mes premiers EDC avec mon vieux laguiole pour le déjeuné.
Ils m'ont souvent sortie une épine du pied dans de nombreuses situations (et parfois une vraie épine dans le doigt).
Je les utilise beaucoup moins aujourd'hui hormis mon soldier, j'ai une préférence pour ma pince Laetherman Charge TTI.

Je me souvient l'air moqueur des gens lorsque je sortais mon swisschamp, mais lorsque personne n'a l'outil adéquate ou le tire bouchon quand il faut, là c'est une autre histoire, le sourire moqueur se transforme en sourire sauveur.

C'est super sympa d'avoir fait une revue qui me rappel pleins de bons souvenirs et de voyages lointains...

 


xavier | Le Dimanche 26/07/2009 à 17:28 | [^] | Répondre

31 -

xavier En parlant de petits suisses (non c'est pas ceux qui ce mange Tuan )

Voici ceux de ma chère et tendre



Je vous rassure elle mange avec un Benchmade Dejavoo et aussi elle vient de me piquer enfin je veux dire adopter mon griptillian  je ne pourrais pas y mettre les plaquettes Wilkins grip  car elle aime bien ce coté tout en rondeur du manche actuel.

 


xavier | Le Dimanche 26/07/2009 à 18:49 | [^] | Répondre

32 - Re:

Nicolas Merci, Xavier !
Pourrais-tu nous dire ce que pense ta femme de ses petits suisses ?

 


Nicolas | Le Lundi 27/07/2009 à 08:22 | [^] | Répondre

33 - Re:

xavier

Salut Nicolas,

Ils ne la quitte plus depuis des années et elle s'en sert souvent et trouve cela géniale.

Comme tout ces autres couteaux d'ailleurs dont un Kershaw Leek Rainbow comme celui de Guillaume.

Nous aimons tous les deux les couteaux ça aide, car je n'ai pas besoins de la convaincre pour acheter tel ou tel coutal .
 

 


xavier | Le Lundi 27/07/2009 à 18:02 | [^] | Répondre

36 - Re:

xavier Bonsoir Maxos,

Le grand déjavoo car le petit ne lui plaisait pas et moi non plus donc nous l'avons revendu.
Mais depuis que j'ai acheté le Griptilian qu'elle a adopté, c'est lui qu'elle utilise pour manger et cuisiner.
Mais bon comme on a la même passion (moi un peu plus, enfin beaucoup plus) elle tourne aussi avec pas mal de couteau dont les miens qu'elle prends au grès de ses envies.  
Quand on aime on partage .

 


xavier | Le Lundi 27/07/2009 à 19:38 | [^] | Répondre

35 - serrations suisses

Torpen aujourd'hui je me suis apperçu que les suisses c'était vraiment pas des idiots:
J'ai vu une pub pour le nouveau sentinel et j'ai vu que les serrations partaient de la pointe et s'arrêtaient à 2 cm du début du tranchant (http://www.victorinox.ch/index.cfm?site=victorinox.ch&page=558&lang=F).

Déjà que je trouvais les serrations victorinox vraiment bien pensées... Là il y a des mecs qui se sont dits que les serrations ça empêchait surtout les coupes de précision (pouce sur le dos de la lame).

Ok niveau esthetique c'est discutable, mais c'est pour moi super bien pensé, comme quoi eux ont réflechit avant de coller des serrations de principe sur tous leurs modèles. Bravo la suisse!

 


Torpen | Le Lundi 27/07/2009 à 19:32 | [^] | Répondre

37 - Re: serrations suisses

Nicolas Désolé Torpen, je n'ai pas compris ton explication sur les serrations. Pourrais-tu préciser ?

 


Nicolas | Le Lundi 27/07/2009 à 20:31 | [^] | Répondre

38 - Re: serrations suisses

Torpen En gros les serrations sont à l'inverse de ce qui se fait sur ton M16 par exemple: il y a pas de serration là ou il y en a sur ton M16, mais il y en a là où il y en a pas sur ton M16.

 


Torpen | Le Lundi 27/07/2009 à 21:51 | [^] | Répondre

39 - Re: serrations suisses

Je pense que ce que torpen veut dire c'est que les coupes de precision se font en general avec le debut du tranchant. Et les serrations chez victorinox laissent cette partie de la lame lisse pour pouvoir justement effectuer des coupes de precisions....enfin je pense...

 


perceval2 | Le Lundi 27/07/2009 à 21:53 | [^] | Répondre

40 - Re: serrations suisses

Nicolas Ce que je n'avais pas compris, c'était l'usage de la place inversée des serrations. Je comprends mieux, mais je trouve que pour une coupe en force de cordage ou de sangle, les serrations près du manche, c'est plus puissant et plus sécurisant.

 


Nicolas | Le Lundi 27/07/2009 à 22:19 | [^] | Répondre

41 - Re: serrations suisses

Torpen c'est exactement ce que dit perceval, à mon avis c'est une trés trés bonne idée!!!

Puis quand à l'usage en force, un sentinel c'est pas un sebenza... ça doit être super pour les petites coupes du quotidien, quant aux coupes en puissance, ben quand je coupe en puissance, j'appuie comme un âne puis je tire sur ma lame comme un boeuf, même dans ce cas-là les serrations victorinox seront efficaces...

Déjà que ce sont les serrations disponibles sur le marché que je préfère, avec celle de Kershaw...

 


Torpen | Le Lundi 27/07/2009 à 22:39 | [^] | Répondre

42 - Re: serrations suisses

Nicolas C'est convaincant. Mais je crois que je ne m'achèterai plus de lame serrated. L'emploi en est vraiment trop spécialisé. J'adore mon M16-13T, mais les serrations ne me semblent pas convenir du tout à la vie courrante. Sur un bateau, pour un pompier, lame d'urgence en montagne, mais en dehors de cela...

 


Nicolas | Le Lundi 27/07/2009 à 23:04 | [^] | Répondre

43 - Re: serrations suisses

Torpen Je suis aussi, de ton avis, ça ne me convient pas comme type de lame, une lame lisse est plus polyvalente pour un usage quotidien.

 


Torpen | Le Lundi 27/07/2009 à 23:19 | [^] | Répondre

44 - Re: serrations suisses

Perso je n'ai jamais acheté aucun couteau avec serrations et je n'en ai pas envie...meme dans les situations d'urgence en montagne une lame lisse bien aiguisée parfaitement efficace (je parle d'experience)....maintenant je suis sur que ca doit avoir son utilité dans certains domaines (sur un bateau peut-etre..?.) mais je n'en ai jamais eu besoin....Je pense que le seul avantage qu il y a c'est que ca "coupe" (scie) meme quand on ne l'aiguise pas...quoique je ne sais pas, j'en ai jamais eu l'usage... mais l'idee de victorinox a le merite d'etre interessante....

 


perceval2 | Le Mardi 28/07/2009 à 19:26 | [^] | Répondre

49 - Re: serrations suisses

Nicolas Oui Perceval, j'avais lu dans ce blog que quelqu'un avait coupé une corde en urgence en montagne avec un Plazen. Je ne connais pas trop ce genre d'usage, n'étant ni pompier, ni marin, ni montagnard, mais j'ai un ami marin qui ne connaît rien aux couteaux et qui a utilisé les serrations de son Witchard avec grande satisfaction. Hors cela, j'ai testé l'efficacité sur des cordages et des sangles, mais jamais en situation réelle.

 


Nicolas | Le Mercredi 29/07/2009 à 09:36 | [^] | Répondre

50 - Re: serrations suisses

Guillaume Oui ! C'est Anzio et l'histoire est là :

a-couteaux-tires.zevillage.org/news/couteaux-en-montagne

 


Guillaume | Le Mercredi 29/07/2009 à 13:08 | [^] | Répondre

74 - Re: serrations suisses

JEAN Bonjour à tous
je profite de ce sujet pour apporter mon grain de sel concernant les serrations.Naviguant énormément toute l'année , les serrations m'ont servi sur l'eau et sous l'eau.Par contre je ne comprends pas ceux qui ne reconnaissent pas leur intéret.On parle toujours  du couteau pour couper le saucisson!Ok mais une chose simple : LE PAIN   AH  le pain ramolli par l'humidité  Eh bien je prèfère utiliser une lame avec serrations qu'une lame sans.Et tous les jours j'y pense car je mange depuis un moment avec mon DESCY RESTO eh bien pour couper la baguette qui s'écrase je lui préfère  mon Kershaw Whirlwind ou mon Spyderco Strecht 1,ou mon vieux M16 .Et pourtant mon Descy coupe fort.D'ailleurs pourquoi la plupart des couteaux dits de table ont des serrations? OK ce n'est tès joli voire quelque fois dangereux car çà coupe vraiment,mais quelle efficacité  et une bonne lame bien conçue , ex l'un des dernier Wenger Alinghi possède une lame très bien conçue au niveau de l'équilibre entre la longueur sans serrations et la longueur avec.Pour revenir à l'exemple cité par quelqu'un : lisse coté manche , le reste serrated , c'est pas du tout idiot et çà devrait faire école.Ceci dit sur un plan plus général je suis plus "tranquille " en ville avec un suisse ou un piémontais (par rapport à la loi) qu'avec mon AUTO AXIS 5000 serrated tout noir et qui fait peur (en réalité je ne le porte jamais , je le regarde car acheté pour des raisons techniques et d'esthétiques : manche avec structures anti glisse unique).Enfin chacun son avis , mais de bonnes serrations (ok pour KERSHAW) çà aide ENORMEMENT pour couper des bouts en textile synthétique ou des tuyaux en platique et autre durites en caoutchouc blindé.
Sur ce bonne coupe.
KENAVO
JEAN
Et bravo à Nicolas pour sa revue car ce type de couteau c'est quand même l'essentiel pour ne pas dire l'essence du couteau à taquetiqueS dans nos collections d'insatisfaits.

 


JEAN | Le Mardi 11/08/2009 à 19:06 | [^] | Répondre

75 - Re: serrations suisses

navydog @ Jean, Merci de nous faire part de ton expérience avec franchise par rapport aux couteaux comportant des serrations ;  je te rejoints dans le sens où je trouve que les lames "serrated" sont souvent trop diabolisées à tort ou à raison, d'ailleurs j'avoue moi-même, je reconnais conseiller plutôt, une lame à couper le saucisson pour l'acquisition d'un EDC. 
De façon générale le "plain edge" est plus polyvalent pour un usage courant et ne nous voilons pas la face, plus facile à aiguiser...  
La conclusion étant que les lames avec serrations sont utiles et nettement plus efficaces dans certaines situations que les lames lisses....et parfois jolies ! (mon avis, qui n'engage que my-self)
Comme dit un viel adage dans ACT : "A chaque usage, une lame ou (coutal)"  

 


navydog | Le Mardi 11/08/2009 à 21:16 | [^] | Répondre

76 - Re: serrations suisses

Nicolas Moi, concernant les serrations, je suis d'accord avec tout le monde, comme ça ce n'est pas compliqué. 
Affaire d'usage.

 


Nicolas | Le Mercredi 12/08/2009 à 17:02 | [^] | Répondre

77 - Re: serrations suisses

On est bien d'accord c'est une question d'usage. Je voulais juste dire que je n'en avais jamais eu vraiment besoin...maintenant il est clair que cela facilite certaines coupes... Mais je n'ai rien contre...c'est juste que je peux m'en passer... et sur certain scouteaux en fait je trouve ca plutot sympa (crkt m-16 par exemple). Merci pour les precisions....et le pain ramolli est un tres bon exemple. A bientot

 


perceval2 | Le Mercredi 12/08/2009 à 17:16 | [^] | Répondre

45 -

Guillaume Alors que nous dégustions un excellent tartare, Jean-Claude m'a offert aujourd'hui ceci :

Couteau Victorinox Pionneer

Un excellent Victorinox Pionneer, série limitée pour le marché américain avec des platines en aluminium.

Petit léger et totalement efficace, il bénéficie d'une lame généreuse :

Couteau Victorinox Pionneer

Un décapsuleur - tournevis plat large et un ouvre-boîte tournevis plat moyen complète la panoplie avec un alésoir-poinçon très bien et qui doit très bien fonctionner :

Couteau Victorinox Pionneer

Ce couteau est totalement addictif ! Merci encore Jean-Claude !

En attendant, j'aimerais bien que tu postes des photos de ton Sebenza avec sa finition superbe dans l'article sur les titanes framelock ! 

 


Guillaume | Le Mardi 28/07/2009 à 20:51 | [^] | Répondre

68 - Re: Les p'tits suisses de Jean-Claude

Anzioluz Salut Guillaume, 

Bon, nous allons faire des jaloux, car il se trouve que notre cher Jean-Claude m'a offert le même qui a illico detrôné le Swisschamp.

Allez Jean Claude, descends vite en bas : Tu m'y montreras les coins à truites, et je t'y ferai decouvrir la magie de la montagne en raquettes, l'hiver..
Et nous monterons notre camp avec nos Plazen et Carcajou.. et nous serons en paix..

 


Anzioluz | Le Vendredi 31/07/2009 à 22:47 | [^] | Répondre

69 - Re: Les p'tits suisses de Jean-Claude

Guillaume Salut Anzio ! On parlait de toi avec Jean-Claude l'autre jour - il voulait savoir si tu avais bien reçu le Pionneer ! Il n'est pas exclus que je me joigne à vous un de ces jours mais moi, je resterai à me reposer dans le hamac tendu entre deux arbres à écouter le bruit du vent dans les branches ! 'Faut que je me repose...

 


Guillaume | Le Vendredi 31/07/2009 à 23:04 | [^] | Répondre

53 - Re:

 le noir a vraiment un chouette look...je me demande si les couleurs restent ou si elles s'en vont avec le temps...j'ai la version alu naturel...donc je me posais la question...chouette serie en tous cas

 


perceval2 | Le Jeudi 30/07/2009 à 00:41 | [^] | Répondre

55 - Re:

Bart Jean-Claude aurais-tu un "tuyau" pour en acheter (autre que la baie hein)? Saurais-tu si le farmer existe en noir?

 


Bart | Le Jeudi 30/07/2009 à 11:21 | [^] | Répondre

57 - Re:

Bart Ok merci Jean-Claude, la traque continue alors!

 


Bart | Le Jeudi 30/07/2009 à 11:38 | [^] | Répondre

58 - Re:

 Merci pour les infos je me répète mais le noir a vraiment une chouette "gueule"....En tous cas j'ai ressorti mon officier suisse et chaque fois c'est pareil : je suis toujours étonné de voir a quel point il tient la comparaison avec des couteaux beaucoup plus couteux....

 


perceval2 | Le Jeudi 30/07/2009 à 13:28 | [^] | Répondre

63 - Re:

leonidas celui couleur sable est tres beau et inabituel dans cette livraie

 


leonidas | Le Jeudi 30/07/2009 à 18:59 | [^] | Répondre

60 - Re: Merci Nicolas

Bart Après tel témoignage je ne résiste pas à l'envie...





 


Bart | Le Jeudi 30/07/2009 à 14:59 | [^] | Répondre

66 - Re: Que du bonheur!

Bart

Oui j'ai craqué et j'essai de ne pas craquer sur les 3 autres mais ca me parrait mal parti...

 


Bart | Le Vendredi 31/07/2009 à 00:29 | [^] | Répondre

72 - Re: Que du bonheur!

Nicolas Pour Jean-Claude, les plaquettes en plastique ne sont pas collées, mais emboîtées sur les rivets que l'on voit à nu ci-dessous sur mon modèle noir, après qu'il avait perdu ses plaquettes :



Il n'en demeure pas moins qu'elles sont moins solides que celles en alu, ça c'est sûr.

 


Nicolas | Le Lundi 10/08/2009 à 11:14 | [^] | Répondre

64 - Re: Ne cherchez plus...

leonidas je suis heureux de constater ne pas etre le seul à adorer ces petits suisse !!

 


leonidas | Le Jeudi 30/07/2009 à 19:01 | [^] | Répondre

65 - En custom aussi !

LaurentL Merci pour cette revue très sympathique !

Je possède le modèle "soldat suisse" à 4 lames. Bien caché entre le porte monnaie et les clefs de la maison, il s'est souvent révélé utile !
Un camarade Belge s'est aussi amusé à en customiser un (oh, juste les plaquettes), mais c'est sympa : cela change !
A voir ici, sur le Forum Opinel.

 


LaurentL | Le Jeudi 30/07/2009 à 23:09 | [^] | Répondre

98 - Re: En custom aussi !

Bonjour,

J'ai craqué il y a quelques années sur le format 'onglier' = 58 min  des Victorinox, j'ai donc réussi a collectionner quelques pièces :) et à retrouver pas mal de référence de modèles anciens pour ma petite base de données perso.


Une petite quesiton pour Laurent L  , sur ta photo tu présentes une version verte de l'Edelweiss , peux -tu me dire ou la trouver STP ? je suis intéressé pour en acheter une :)


D'avance Merci

Sam

 


Kelien | Le Vendredi 06/11/2009 à 00:32 | [^] | Répondre

99 - Re: En custom aussi !

LaurentL Bonjour Keilen !

En fait, ce n'est pas moi qui ait présenté les couteaux Suisses qui t'interpellent mais "Renô" sur le post #78.
L'affichage des messages est tel que l'auteur de l'un d'eux est indentifié sous le message, son pseudo et les références de son message étant séparés de ce dernier par un trait rouge.
Plus bas, seul un "espace" sépare les dites références du message suivant. D'où ton erreur que j'ai moi-même failli faire plusieurs fois. 
C'est juste une question d'habitude !

 


LaurentL | Le Vendredi 06/11/2009 à 08:06 | [^] | Répondre

100 - Re: En custom aussi !

Choix énormesque chez Central Valley Wholesale Knives (boutique ebay), si les commandes Outre-Atlantique ne te rebutent pas.

 


Renô | Le Vendredi 06/11/2009 à 17:40 | [^] | Répondre

101 - Re: En custom aussi !

Grand Merci à tous les deux :)

Le choix de ce revendeur est impressionnant, il a des tas de modèles que je ne connaissais pas, c'est quand même dommage d'aller chercher des modèles rares aux USA alors que la suisse est si prêt...

Par contre mon porte monnaie ne va pas être content

 


Kelien | Le Samedi 07/11/2009 à 00:48 | [^] | Répondre

78 - Photo de famille....

Ma petite pierre à l'édifice.


Les grands sont des CADET Alox (black, olive, red et orange) et les petits sont des CLASSIC (silver alox et green edelweiss).Les CADET vert et orange m'appartiennent tout comme le CLASSIC alox.J'ai mis le rouge et le noir en réserve pour les offrir à mes neveux pour leur anniv'.Le CLASSIC edelweiss est celui de mon épouse.Manquent à l'appel 2 edelweiss appartenant à mes filles.



Le CADET:1 grande lame, 1 petite lime, 1 décapsuleur/tournevis moyen et 1 ouvre-boîte/petit tournevis



Le CLASSIC: 1 petite lame, 1 petit ciseau et 1 lime/petit tournevis.C'est un petit onglier bien sympa avec sa mini-lame hyper affutée. A noter que les versions à côtes plastiques possèdent deux logements pour une pince à épiler et un cure-dent.

 


Renô | Le Mardi 25/08/2009 à 19:00 | [^] | Répondre

79 - Victorinox pour marin

Tomichon Un copain vient de m'offrir un couteau-suisse, visiblement spécialisé pour les marins. Il est doté entre autre d'un manche plus ergonomique, surement pour eviter qu'il ne glisse, d'une grande lame entièrement dentée et dotée d'un système de bloquage, d'un démanilleur et des plus classiques tournevis, poinçons ou ouvre-boites...
Il ne faut jamais dire jamais, je reviens au Victorinox!

Quelqu'un pourrait-il m'en dire plus sur ce modèle tout bleu, orné d'une rose des vents?

Sinon, revue très agréable à lire et très instructive!

 


Tomichon | Le Mercredi 02/09/2009 à 02:30 | [^] | Répondre

80 - Re: Victorinox pour marin

Bart C'est bien celui-ci:
http://www.coutellerie-tourangelle.com/vn53663-victorinox-skipper-xml-365_507-3363.html

Sinon page 10:
http://www.victorinox.ch/images/content/page459/Catalogue_french.pdf

Beau cadeau, Victorinox c'est très bien.

Tu navigue? Au moins un peu?

Une petite photo?

A mon goût sur le skipper il manque l'écailleur/dégorgeoir/règle, le démanilleur inversé je ne suis pas encore fixé, 1 épissoir serait bien parce-que le poinçon est trop court, coupant et mal placé pour les épissures et la tête du démanilleur je ne suis pas complètement convaincu, 1 seconde lame lisse pour manger, en ouverture 1 main ce serait mieux (quand ça secoue c'est bien d'avoir 1 main pour se tenir), et je l'aurai préféré avec les plaquettes jaunes phosphorescentes.

Mes 2 cents très perso.

 


Bart | Le Mercredi 02/09/2009 à 14:12 | [^] | Répondre

81 - Re: Victorinox pour marin : Wenger pour marin.

Nicolas Personnellement et d'expérience, je préfère l'ergonomie de cette série de chez Wenger où l'on trouve ce modèle pour marin :
http://www.idealdeal.ch/wenger-knife-alinghi-176-p-1857.html
qui ne m'a pas l'air mal (mais je ne connais pas ce modèle précis). Quelqu'un l'a-t-il essayé ?

 


Nicolas | Le Mercredi 02/09/2009 à 15:39 | [^] | Répondre

82 - Re: Victorinox pour marin : Wenger pour marin.

Bart Il me semble que Jean en a un. Je compte me prendre le Mike Horn. Le système de replis de la pince est intéressant.

 


Bart | Le Mercredi 02/09/2009 à 16:00 | [^] | Répondre

83 - Re: Victorinox pour marin

Tomichon Le modèle que j'ai est plus fin que celui de ton lien. Je n'ai même pas de tire-bouchon! Ca reste un superbe cadeau.
Je ne suis qu'un marin d'eau douce. Ce qui ne m'empêche pas d'embarquer ce Vitorinox dans le kayak pour des descentes courtes.
Je mettrai une photo a l'occasion, je n'ai pas mon appareil sous la main.

Merci pour tes 2 cents.

 


Tomichon | Le Mercredi 02/09/2009 à 18:24 | [^] | Répondre

85 - Re: Victorinox pour marin

Bart Ce doit donc être le Helmsman visible sur le 2eme lien.
De nada!

 


Bart | Le Mercredi 02/09/2009 à 18:27 | [^] | Répondre

92 -

leonidas



Reçu de la part de Jean-Claude vendredi ! Merci JC, moi aussi j'ai le miens maintenant !

Un EDC permanent dans la besace. Compagnon de toutes les gourmandises à portées de lame !
Un cadeau d'une grande valeur car c'est justement le fait que ce soit un cadeau qui le rends inestimable !

 


leonidas | Le Lundi 14/09/2009 à 21:31 | [^] | Répondre

93 - Re:

Bart Miam! Tant pour le couteau que la jolie drisse que pour le chorizo!

 


Bart | Le Lundi 14/09/2009 à 22:57 | [^] | Répondre

94 - McGyver peut prendre sa retraite!

Blue Dog Ça y est, je suis un grand! J'ai moi aussi un couteau suisse, un beau, qui me permet d'entrer au "Black Pioneer Club"





Mc Gyver va pouvoir se reposer un peu et regarder des émissions de déco à la télé; je gère!

Merci JC!

 


Blue Dog | Le Mercredi 16/09/2009 à 20:11 | [^] | Répondre

95 - Re: McGyver peut prendre sa retraite!

leonidas Belle drisse avec cette perle noix de coco ! Moi aussi je gère !

 


leonidas | Le Mercredi 16/09/2009 à 20:52 | [^] | Répondre

96 - Re: McGyver peut prendre sa retraite!

Blue Dog C'est le club des 5 !

La drisse et la perle sont "maison".
Au départ je ne suis pas fan de ces accessoires mais c'est fun à fabriquer, et comme c'est un petit couteau, j'ai peur qu'il saute hors de ma poche; la drisse le freine un peu...

 


Blue Dog | Le Mercredi 16/09/2009 à 21:01 | [^] | Répondre

97 -

Bart J'ai eu l'occasion d'utiliser le workchamp (cadeau d'anniersaire de mon oncle, pour remplacer son swisschamp noir offert à l'époque par mes parents et qu'il a perdu 2 fois et retrouvé malheureusement qu'une fois à Djibouti (sait-on jamais si l'un d'entre vous passe par là et le retrouve )!


(on retrouve donc sur le workchamp : des plaquettes en nylon rouge, une grande lame blocante, une pinces, une scie métal avec lime en métal et à ongle, une scie à bois, des ciseaux, un ouvre-bouteille avec tournevis et dénudeur de câbles, un ouvre-boîte avec tournevis au bout, deux tournevis Phillips, un tire-bouchon, un mini tournevis, un cure-dent, une pince à épiler et un anneau)


(à titre de comparaison avec mon swisschamp)

C'est donc 1 modèle de la série 111mm  avec blocage de la lame principale.

Les plus par rapport aux 91mm:
-Meilleure egonomie du manche permettant une meilleure prise en main.
-Lame, scie à bois et lime/scie à métaux plus importants.
-Blocage de la lame.
-Deux tournevis cruciformes : 1 "standart" et 1 plus fin et plus long.
-Plaquettes mates et légèrement granuleuses qui sont moins glissantes et qui à priori prennent bien moins les chocs et rayures que les brillantes.

Les moins:
-La taille augmentant, l'encombrement est supérrieur et donc moins adapté au port urbain quotidien.
-Même si le couteau suisse passe relativement très bien en cas de contrôle le blocage de la lame lui fait perdre l'avantage de sa légalité.
-A mon goût il lui manque la loupe, le sciseau à bois, le crochet,

Dommage qu'il n'y est un modèle encore au-dessus où il y aurait l'ensemble des outils du swisschamp plus le deuxième tournevis cruciforme.

Je suis (et c'était unanyme) complètement conquis par ce modèle que je verrai très bien comme pliant unique pour mes ballades ou randos (en complément d'un fixe) ce que j'ai du mal à faire avec mon swisschamp.

 


Bart | Le Lundi 12/10/2009 à 00:02 | [^] | Répondre

102 - Victorinox série limitée 2010




 


Lemy | Le Jeudi 20/05/2010 à 21:48 | [^] | Répondre

103 - Re: Victorinox série limitée 2010

leonidas Etonante cette série. Des précisions ??

 


leonidas | Le Vendredi 21/05/2010 à 11:20 | [^] | Répondre

104 - Re: Victorinox série limitée 2010

Bonjour Léo,

C'est le fruit d'une collaboration Victorinox/Swissbianco, sur la base d'un Pioneer Black Alox. L'acier est du Damasteel inox, motif oeil d'Odin, annoncé à 60 HRc. Une série limitée à 2100 pièces, et ça c'est vraiment trop dur  

 


Lemy | Le Vendredi 21/05/2010 à 21:36 | [^] | Répondre

105 -

leonidas Merci Lemy, comme souvent les séries limitées il faut se jetter dessus. Une bien belle lame en tout cas, très original pour ce type de couteau.

 


leonidas | Le Samedi 22/05/2010 à 13:08 | [^] | Répondre

106 - Ne les oublions pas...

leonidas Explorer :



New Military :


 


leonidas | Le Mercredi 04/08/2010 à 00:45 | [^] | Répondre

107 - erreur ??

bonjour !  j'ai lu votre comparatif, et je me permet gentillement ( etant nouveau sur le blog) de vous dire qu'il y a une petite erreur de votre part !  le petit "tournevis qui sert à rien " est en faite un ciseau à bois ! j'ai le meme sur mon  vieux couteau suisse ! la photo ne montre pas tout, mais si je me trompe pas, il y a un seul biseau.  Salutations !

 


birdy1962 | Le Samedi 13/04/2013 à 08:32 | [^] | Répondre

108 - Re: erreur ??

Nicolas Merci pour votre information ! Néanmoins, sur mon modèle, il ne s'agit pas d'un ciseau à bois, car il n'est en rien affûté : c'est un tournevis qui fait deux millimètres de large au lieu de trois pour celui qui est couplé à l'ouvre-boite.
On peut donc supputer que la firme Victorinox, avec le temps, a décidé de modifier ce tournevis superflu en ciseau à bois utile, ce qui est à mon avis une évolution intelligente !

 


Nicolas | Le Dimanche 14/04/2013 à 11:06 | [^] | Répondre

109 - VICTORINOX SwissChamp 23 ou 24 (15 piéces)


Merci pour toutes les infos qui m'ont permis d'identifier le type de couteau suisse que j'ai eu en 1978, acheté en Suisse.
Donc un Victorinox 23 ou 24 (le nombre de fonctions qui dans le site de Victorinox Suisse, inclus la fonction anneau de suspension).

Egalement un grand bravo pour l'état dans lequel se trouve vos Victorinox.
En ce qui me concerne j'ai assez rapidement eu la pointe de la petite lame cassée. Puis celle de la grande lame et récement celle du poincon. Le tournevis crucixforme est abimé mais fonctionne encore.

Quand à un usage normal, quel est il pour un couteau portable et multi usage?
C'est de pouvoir s'en servir lorsqu'on la sur soi et qu'il peut s'averer utile de l'utiliser lorsque l'ocasion s'y prete?

Encore dernierement j'ai pu ouvrir ma boite à lettre grace au petit tournevis à côté du tire bouchon.
(ou le ciseau à bois si ce n'est un petit tournevis)

Amicalement

 


loicmnr | Le Vendredi 14/06/2013 à 18:17 | [^] | Répondre

110 - Re: VICTORINOX SwissChamp 23 ou 24 (15 piéces)

Nicolas Il est encore en bon état car je ne me sers pas de tout tout le temps, loin de là, même s'il m'accompagne toujours ! Je le prends comme une petite trousse à outils d'appoint, rien d'autre, mais outils tout de même, exactement comme vous le dites.

 


Nicolas | Le Vendredi 14/06/2013 à 23:50 | [^] | Répondre

111 - Victorinox SwissChamp (15 pièces - 24 fonctions) 1978

Quelques photos du Victorinox 15 pièces - 24 fonctions ("1978").



 


loicmnr | Le Samedi 15/06/2013 à 15:25 | [^] | Répondre

112 -

LaurentL Bonjour à tous !
Je remonte cet ancien sujet afin de donner quelques précisions et quelques nouveautés : Sur tous les Victorinox, une "garantie à vie" est applicable dans le cadre d'une utilisation normale.
Ainsi, par exemple, les ressorts des ciseaux Victorinox peuvent être gratuitement remplacés. De même, des plaquettes abîmées, des outils, des lames usées (voire à la pointe cassée) seront changées tout aussi gratuitement. Il suffit de contacter la maison mère (e-mail) et d'envoyer le couteau. Je trouve la démarche fort honorable.

Concernant le nom "Victorinox", la société a été fondée en 1884 par Karl Elsener (et depuis tous les premiers-nés garçons reprenant l'entreprise familliale portent ce nom). En 1909, en l'honneur de sa défunte mère, le fondateur nomme sa marque "Victoria", nom qui se retrouvera gravé sur les lames. En 1921, avec le passage à l'inox pour les lames, le nom devient "Victorinox".

Le couteau du soldat suisse est fourni depuis 1890/91 (il a changé de forme et de matière depuis) sur un cahier des charges de l'armée suisse. En 1893, le second fabricant de couteaux en suisse - depuis 1886 -, Paul Boéchat & Cie – qui deviendra rapidement par la suite Wenger S.A. - reçoit lui aussi des commandes de l'armée suisse (50% pour chaque société à partir de 1908). Notons que le poinçon "WK" (Waffen Kontrol) apposé par le service de controle de l'armée disparaît en 1988 sur les couteaux du soldat suisse (les "Soldier", à plaquettes aluminium à partir de 1961). Il se dit que le "contrôle de réception" n'ayant jamais mis en évidence de modèle défectueux, celui-ci est abandonné : belle marque de confiance.

En 2005, Victorinox rachète la société Wenger (qui reste indépendante).

En 2008, le "Soldier alox" disparaît au profit d'un modèle plus grand (111mm, basé sur le modèle "Trailmaster" et celui déjà fourni à l'armée allemande) avec blocage de lame
- semi serrated et "spyderhole" - par linerlock. Il n'y a toujours pas de tire-bouchon.. mais il y a un anneau. Les couteaux du soldat suisse portaient tous sur leur lame les deux derniers chiffres de leur année de fabrication. Les soldier alox "08" sont donc assez recherchés. Un modèle équivalent - hormis le blason et avec anneau - a pris la relève pour le grand public : le "Pionnier".

En 2014, Wenger disparaît : dans une interview donnée au "Nouvelliste" (un journal suisse), le patron de Victorinox expliquait en juillet dernier que les deux gammes se chevauchaient et que Wenger représentait un niveau de qualité légèrement plus bas (note : ce qui est parfaitement vrai selon mon expérience). Quelques couteaux Wenger absents de la gamme Victorinox sont conservés mais portent désormais le blason de Victorinox et non la croix Wenger sur leurs plaquettes, certains outils sont - c'est tant mieux - d'origine Victorinox (poinçon, ouvre-boite) et le marquage de lame est spécifique.
Le stock de Wenger est toutefois tel qu'on en trouve encore beaucoup en vente en magasin (en Suisse en tous cas).

Détail étonnant : la seule partie des couteaux Victorinox qui n'est pas et n'a jamais été fabriquée en Suisse est le tire-bouchon. Celui-ci vient de France !

 


LaurentL | Le Mercredi 06/08/2014 à 23:04 | [^] | Répondre

113 - A Laurent L

Anzioluz  Salut,

Merci pour ces précisions interessantes.
Pour ma part, en tourisme "pépère" avec Madame j'emporte toujours le Soldier Alu qui est d'un pratique inégalé, et qui attaque fort bien les baguettes de pain pour le p'tit dej ; avec surtout ses outils en bout de manche, ce qui est qd même mieux que de les avoir sur le coté..
J'ai toujours trouvé que les Officier relevaient plus du gadget que du couteau de poche.. Avis à deux balles, of course..

 


Anzioluz | Le Jeudi 07/08/2014 à 10:50 | [^] | Répondre

114 - La garantie Victorinox

LaurentL Garantie : retour d’expérience.
J’ai déjà parlé de la garantie "sans limite de temps" dont bénéficient les couteaux Victorinox.
Pour des produits « de grande consommation », ou presque, c’est tout de même assez rare, voire exceptionnel !
Certes, cette garantie est soumise à des « conditions normales d’utilisation », certes, les couteaux Victorinox ont déjà fait la preuve de leur excellent rapport qualité/prix, mais tout de même, de la part de la société d’Ibach, c’est une preuve de sérieux comme on en voit peu.
Dans les faits, en suivant la procédure indiquée sur son site officiel (http://www.victorinox.com/ch/content/faq_SAK_customer_service_page/category/1), Victorinox vous remplace gratuitement les côtes en plastiques et outils cassés sur vos « SAKs ».
Si jamais Victorinox estime que les dégâts qu’a votre pliant ne relèvent pas de la garantie, un devis vous est proposé pour la réparation. Ceci dit, l’expérience montre que très souvent la remise à niveau de votre couteau est gratuite.
Il en va de même du port lors de l’envoi puisqu’il suffit de laisser l’objet à réparer chez un revendeur agréé (avec une fiche de renseignement spécifique et correctement remplie) où il sera récupéré puis ramené par un représentant de la marque. C’est parfois très long, mais c’est encore une fois gratuit !

J’en viens maintenant à la démonstration de l’efficacité de cette garantie.
Ne soyez pas surpris, nous sommes là très loin des magnifiques couteaux habituellement présentés ici. L’inox et le plastique règnent en maîtres, ce qui, compte tenu du prix d’achat de ces couteaux, donne encore plus de valeur à la garantie Victorinox.

Au mois d’août dernier, un ami me donne un vieux couteau Victorinox qu’il a trouvé en déchèterie. C’est un ancien modèle « Farmer ». Celui-ci, de la famille des « Alox », est vraiment dans un piètre état.

Je ne sais s'il a longtemps trainé dans une caisse à outils peuplée d’acier trempé agressif mais il a été affuté à la meuleuse, a peut-être été martelé chez un forgeron psychopathe ou a servi pour réparer un char d’assaut. Résultat : il manque le bout de la lame et deux des trois ressorts sont brisés !

Je ne crois pas à un défaut de fabrication alors je me demande vraiment comment on peut briser un ressort sur un couteau Victorinox ! ? !
J’ai bien eu quelques idées mais je n’ai pas envie d’essayer, je tiens à mes doigts, à mes yeux, à ma santé mentale.

Ce couteau cassé a ceci de particulier que la lame porte le marquage ELINOX qui n’existe plus depuis longtemps et que la scie à bois a des dents inclinées vers l’arrière alors qu’elles sont droites aujourd’hui (et depuis longtemps).
Cela en fait un modèle assez ancien. J’ignore son année de naissance mais 1957 est une date possible.

Bref, je rempli le formulaire idoine en racontant comment j’ai eu ce couteau puis en précisant que j’aimerais un remplacement des deux ressorts manquants mais pas de la lame car je tiens à conserver celle-ci, même raccourcie, à cause de son marquage spécifique qui n’existe plus de nos jours.
L’ancienneté de la société Victorinox et la pérennité de ses modèles font que les ressorts ont la même longueur depuis que les modèles 91mm existent… Pourquoi changer un modèle bien conçu ?
J’étais prêt – dans une optique de « collection » - à payer la réparation. Car j’aime les vieux couteaux ayant du vécu et surtout, j’aime les utiliser.

J’ai donc laissé le couteau chez mon coutelier préféré puis je l’ai presque oublié.

Pas moins de 6 mois plus tard, juste après le nouvel an, j’ai eu la très agréable surprise de retrouver mon vieux « Farmer ». Chez Victorinox, ils avaient suivi mes demandes : seuls les ressorts avaient été remplacés et la lame, conservée, avait été retouchée et repolie au mieux.
Coût de l’opération : rien, gratuit !

Victorinox avait une production annuelle d’environ 7 millions de couteaux de poche avant sa reprise totale de Wenger l’an dernier. Ses modèles sont presque tous abordables financièrement.
Et malgré tout, une épave de vieux « Farmer » a été réparée au mieux et suivant les désirs d’un « client » qui n’avait même pas acheté ce couteau puisque produit avant sa naissance…
Alors je ne sais pas vous, mais moi, je ne peux que m’incliner devant le sérieux d’une société qui, au titre de la garantie « sans limite de temps », répare un couteau de plus de 50 ans dont la valeur en neuf est inférieure à 30 € !

Autant vous dire que bien qu’il lui manque sa bélière, ce couteau est devenu depuis un de mes EDC favoris.
C’est mon côté sentimental… ;)

Laurent


 


LaurentL | Le Samedi 28/02/2015 à 23:02 | [^] | Répondre

115 -

Nicolas Bravo Laurent, beau témoignage.

 


Nicolas | Le Dimanche 01/03/2015 à 06:15 | [^] | Répondre